10ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


24 réponses à “Coaching commun N°10”

  1. Bonjour. Maxime, merci pour tout ce que tu fais ds ce merveilleux monde..J’edpère que tu peux m’aider car je suis épuisé moralement… J’ai le goût de mourrir presqu’à chaque matin, j’ai de la difficulté à me lever… Je crois que je préfère dormir à tout le reste… Et bien voîlà déjà 3 ans je suis amoureuse d’un homme que j’ai rencontré à mon travail… Il est en couple depuis 22ans et il à deux fille 13 et 15 ans… Nous sommes épris l’un de l’autre depuis… Mais lui refuse de quitter sa famille, il préfère rester ds Da zone de confort…Je n’arrive pas à l’oublié… Il est toujours ds mon cœur et ds ma tête… Je vis beaucoup de tristesse et de déprime… Et d’espoir qu’il me revienne… J’ai voipé contact avec lui au moins 100fois et chaque fois que je le vois du travail c’est comme deux éments entre nous qui s’attirent… Et la joie reviens ds nos vie… Mais lui il est bloqué ds ses principes et n’arrive pas à se séparer de sa famille…je pensés que le mieux pour moi est de m’éloigner de lui mais j’en souffre énormément aorès un mois d’éloignement pis reprenons toujours contact ou c’est le travail qui n’a rapproche ou le hasard où ma même… Après 3 mois de fréquentation occasionnel ensemble, sa femme à découvert notre relation sur texto… Depuis il se sent très coupable, il ne l’aime plus et dit m’aimer moi mais malgré tout ça demeure avec elle… J’essais depuis de l’oublié et je n’y arrive pas… Je ne sais plus quoi faire… Aide moi je t’en supplie , guide-moi Maxime… J’ai peur d’en mourrir… J’ai perdu le goût de vivre… J’ai beau méditer chaque jour comment agir efficacement je vois une tbérepeute je lis dès livres de croissance personnel , je fais dès stage de croissance je vais ds des conférances ouf..! Je sais que j’ai jn problême et je n’arrive pas à me retrouver heureuse… J’ai bientôt 51 ans km bon travail et trois filles bien établis Mamou de deux petit garçon et je vis l’abondance matériellement.. Mais à l’intérieur de moi tout est brisé… Mon deuxième conjoint est décédé du cancer il y a cinq ans et j’si vécu avec lui 5sns, il a souffert de deux fois des cancers et mon premier amoureux, le père de mes enfant à fais 17 ans de prison et je l’ai attendu pendant 13 ans et vécu avec lui un an et demi seulement.. J’ai passé ma vie presque toujours tout seul et maintenant chu désespéré… J’aimerais tellement avoir un amoureux ds ma vie.. Je suis vraiment tanné du célibat…. Mais chaque fois que je vibre pour un homme il devienst innateignanle pour toute sorte de raison… Je souffre beaucoup … Merci de m’aider Maxime…

    • Bonjour Renée Marcotte,
      C’est triste d’entendre ce que tu vis. Tu souffre beaucoup.
      Il est évident que tu es dépendante affective dans tes relations amoureuses( pas seulement avec cet homme mais a chaque homme qui se présentera dans ta vie et qui te plaira!), car tu cherche, et attend qu'”un sauveur”débarque dans ta vie pour te sauver(=te rendre heureuse) car tu n’arrive pas à trouver le bonheur seul( le bonheur qui est déjà en soi) .
      et Généralement, si tu plait a un homme ( même si cet homme a tout ce qu’il faut pour te plaire), le fait de savoir que tu lui plait fera qu’il ne t’intéressera pas.
      Il ya quelque chose de dérégler dans les relations amoureuses quand on est dépendant affectif ( on est dans l’excès, les extrêmes, on est guidé et surtout trompé par ses émotions qui nous donne une fausse vision des choses, on est dans l’attirance -répulsion..) tout ça est loin de la maturité affective .
      Un conseil: c’est dur mais oublie le!! ( obligé toi a le sortir de ta tête!) ,
      Fais le par amour pour toi! Pour te préserver d’une souffrance inutile !
      cet homme est déjà engagé et tan qu’il n’est pas libre alors tu n’a pas à être son “bouche trou”.
      Pour sortir de la dépendance affective( et ne plus y retomber),il faut se connaître davantage. Il faut aller voir le vide qui est en nous et l’apprivoiser. Il faut travailler sur son estime de soi . Car une faible estime de soi est la source de dépendance affective.
      Si ton estime de soi est fort, tu aura suffisamment d’amour propre pour ne t’intéresser qu’aux hommes qui te respectent dans la relation amoureuse car tu sera sur de ta valeur.
      Éloigne toi de lui, essaye de changer de service, change tout ce qui peut te le rappeler. Prend du recul , fait de l’introspection sur toi même, réfléchi sur ce qui fait que ton estime de soi est faible..
      . Vas voir un bon psychopraticien en pnl ( les thérapies brèves sont mieux que les psychanalyses qui durent une éternité)
      Et surtout ne cherche pas à remplacer cet amoureux (ce sauveur) par un autre sauveur.
      Avant d’aimer à nouveau, comprend l’origine de ta dépendance affective( l’origine de ta faible estime de soi) et guérit la car sinon tu répétera ce schéma avec chaque nouvel homme dans ta vie. Ne fait pas durer la souffrance.
      Livres à lire : ces femmes qui aiment trop de Robin norwood ( très bien écrit, passionnant) et n’hésite pas à lire d’autres livres sur la dépendance affective et à écouter la conférence de Maxime dessus. Et évite ,les chansons romantiques mélancolique car ça va reveiller tes souvenirs ( ça empire ta souffrance!) les émotions sont de mauvaises conseillères( c’est normal, elles ne réfléchissent pas, c’est pas leur boulot).

      Quand on est dépendante affective, généralement l'”amoureux ” le sait, il le voit, il le sent. Et c’est pour cela qu’on attire souvent que des hommes qui ont compris notre faiblesse et qui veulent en profiter. Les autres hommes, les hommes bien, eux ,préfèrent une femme forte , sur d’elle et épanouie.
      Je suis déjà passé par la, et je peux te dire qu’ avec de la volonté, tu sortira de cette épreuve plus forte. Car comme le dit Maxime, c’est une épreuve que Dieu te donne pour que tu apprenne a te connaître et a “corriger” ce qui ne vas pas bien chez toi.
      Bon courage et j’espère que tu nous trouvera le bonheur qui est déjà en toi
      Et en espérant entendre des bonnes nouvelles de toi.
      .

  2. Bonjour à toutes et à tous, bonjour Maxime,

    Un petit mot pour Renée tout d’abord. Ton témoignage est vraiment émouvant et ta détresse me touche énormément. Je vis à peu près la même histoire que toi. C’est au moment où cette histoire m’a fait le plus mal que j’ai pris conscience qu’elle s’inscrit dans un schéma de répétition sentimental qui dure depuis très longtemps. Elle m’a permis d’intégrer que j’étais très dépendante affectivement. C’est à ce moment-là que j’ai fait la rencontre de Maxime 😉 alors que je cherchais des solutions à ma dépendance affective sur internet. Depuis, j’ai décidé de lâcher-prise par rapport à cette relation et de m’en servir comme miroir, c’est à dire “étudier” ce que les épisodes successifs déclenchent en moi. En fait, elle est un réel moteur à mon développement personnel. Je ne te cacherai pas que certains moments sont plus difficiles que d’autres, mais je t’assure que je vis de mieux en mieux cette relation et que des choses positives se mettent en place. Courage Renée parce que tu n’es pas seule et que je suis certaine que tout va changer maintenant que tu es là. Ta présence n’est pas un hasard non plus.

    J’aime tellement la formation ennéagramme que je veux tout mettre en application 😉 Mon côté “entreprenant” qui se révèle peut-être ? 😉 Je suis beaucoup tournée vers les autres, cela est essentiel pour moi. Du coup, dans l’intention de mieux communiquer avec mes semblables, mais aussi dans le but de sortir de mes mécanismes de défense, je me retrouve à sans cesse observer mes interlocuteurs tout autant que moi-même pour mieux cerner leur profil d’identification. Puisque je me rends compte que ce n’est pas ce que la personne fait qui me permet de le savoir, je pose souvent la question “que ressens-tu?”, “pourquoi fais-tu ci ou ça?”. Du coup, je me sens un peu frustrée parce qu’à force de comprendre les autres, il y a certaines choses que je me refuse à exprimer. Par exemple, si je ne suis pas bien par rapport à des mots ou à des actes, je n’ose pas l’exprimer parce que j’ai peur que ce soit encore mon ego qui parle. En résumé, dans mon esprit c’est où je prends soin des autres, ou je prends soin de moi : je n’arrive pas à trouver de “juste” compromis entre les deux. Parfois, désolée d’être un peu grossière mais cela me ferait tellement de bien de pouvoir dire m…. à certaines choses 😉

    Comme toujours, si je parviens à dompter la technologie, je serai avec vous. Sinon, je vous écouterai en différé.

    Merci

  3. Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Au terme de cette année 2015, si je fais le bilan de mon cheminement personnel, je ne dirai qu’un seul mot : WOWWW !!! 🙂 La magie s’est opéré à partir du moment où j’ai appris à m’aimer, c’est à dire à m’accepter inconditionnellement avec mes côtés sombres, mes forces et mes talents. Pour arriver à cela, j’ai entre autre davantage fait confiance en la vie en changeant de regard sur les situations plutôt difficile à vivre, sur les gens avec qui je vivais des émotions désagréables. Ah l’effet miroir, quel merveilleux outil de prise de conscience et de transformation ! Il m’a permis de devenir plus douce avec moi et de ce fait avec les autres. Un fait vérifié par l’expérience : les autres m’aiment par effet miroir à la même intensité que moi je m’aime. 😉
    Bref, j’ai mis un moment à infuser ce que tu nous expliques ici. C’est avec la pratique de la vie que j’ai compris cela. La vie sur Terre est maintenant pour moi un laboratoire magnifique d’expérimentation.
    Dernièrement, certaines expériences m’ont amené à mettre en évidence un manque de contact avec mon corps émotionnel dans certaines situations. J’ai conscience dans l’instant où ça arrive que je refoule mes émotions et ça s’arrête là !. Je suis avertie que j’ai été touchée quelques temps après par mon corps physique grâce à des blocages dans le dos et des douleurs à l’estomac… Cela me prend du temps pour décoder ces messages là. As-tu un conseil à me donner pour que j’apprenne à maintenir une connexion dans le moment présent ?
    J’embrasse fort tout ceux qui sont sur un chemin encore douloureux et puis aussi tous les autres !!! Vous avez en vous la puissance pour que ça évolue, promis ! 🙂

    Martine

  4. Bonsoir Maxime, bonsoir à toutes et à tous,

    J’ai pas vraiment de question à te poser (j’ai épuisé mon stock dans mes mails, lol) à part peut-être celle-ci : “comment apprendre à être patiente” ?

    Autant j’y arrive dans mon travail vis-à-vis des personnes dont je m’occupe ou dans mes relations sociales, autant quand il s’agit de moi, je voudrais que ça arrive là, tout de suite, maintenant et ça veut pas 😉 !

    Depuis mi-décembre, j’ai décidé de dépasser les limites de ma zone de confort pour pouvoir élargir mon champ d’action professionnel (sans la formation “connaissance de soi”, je pense que je ne l’aurai jamais envisagé) : avec l’aide et le soutien de ma collègue, je m’apprête à franchir le pas de m’occuper d’une personne lourdement handicapée (ce qui me faisait très peur il y a encore quelques mois), en commençant par de petites prestations et en envisageant de plus longues si ça se passe bien avec la personne (progressivement bien sûr, des demi-journées puis des journées complètes où l’on gère la prise en charge de A à Z) après une formation interne de quelques semaines. Je vais sûrement commencer mi-février officiellement mais d’ici là, je sais que ça va être long et comme je suis pas patiente.. En fait, je voudrais déjà y être ; pouvoir faire un bond d’un mois, ça serait cool. 🙂

    Dans un sens, j’ai hâte. Dans un autre, j’vais avoir le temps de me faire à cette idée car j’envisage de prendre sur mon temps libre perso pour aller voir comment ça se passe. Et c’est bien que ça arrive maintenant aussi car cette “diversion” m’a permis d’être moins triste lors de la période pré et post-“anniversaire” du décès de ma mère (à partir du 28 décembre, date à laquelle je lui ai parlée pour la dernière fois jusqu’au 14 janvier, date à laquelle elle a été incinérée). Ça fait 3 ans qu’elle est partie mais c’est la première année où je ne suis pas bouleversée au point de vouloir tout arrêter. Au contraire, j’ai envie que ma vie s’éclaire.

    Voilà, j’ai encore écrit un roman alors que je voulais faire court ! Faut que j’apprenne à synthétiser mais c’est pas facile.. 😉

    Bonne soirée, à mercredi soir (je devrais être dans les parages vers 18h30),

    Rachel

  5. Bonsoir Maxime,

    Qu’est ce que l’effet miroir?
    Je ne comprends pas clairement qu’est ce que c’est, car il n’est pas expliqué de la même façon selon les intervenants et cela m’embrouille. Peux tu le ré-expliquer, d’une autre façon que sur ton blog ou ton livre, avec des exemples peut-être, pour que j’intègre définitivement ce concept.
    Merci

  6. Salut à tous.

    J’aimerais partager avec vous quelques mots sur le vaste sujet de l’amour inconditionnel.

    Je me suis fait la remarque que je m’épuise quand mon amour, ma tendresse, mon écoute…ne sont pas partagé .

    Et en même temps, ils grandissent gonflent et m’envahissent quand le retour est là.

    Deux solutions s’ouvrent à moi !

    Je m’éloigne des personnes avec qui le partage n’ai pas au rendez-vous .

    Ou je continue à les fréquenter et après, retourne me ressourcer dans la nature, et les personnes aimables +++ a mes yeux bien sur…

    Je fuis ou je reste ?Inconditionnel ou conditionnel ? Là est ma question cher Maxime.

    PS:Je donnerai ma définition “des personnes aimables+++” mercredi je pense que c’est là qu’il faut creuser 😉

    • Ma définition, car je ne serai pas avec vous ce soir
      “Ouvertes sur le monde intérieur et extérieur à eux et si l’on rajoute l’humour et l’autodérision, je suis au nirvana !”

  7. Coucou tout le monde 🙂 et plein de bonnes choses à vous pour la nouvelle année !

    J’étais là aux précédents coaching mais 2 fois je n’ai pas posé de questions, pensant que j’étais trop embrouillée pour savoir quelles réponses je souhaitais obtenir…Cette fois je participe même si ce n’est pas encore très très limpide. Je suis un peu perdue en ce moment, pour rappel de ma situation, j’ai 30 ans, j’ai décidé de prendre du temps pour trouver ma voie ou au moins essayer de déterminer certains penchants et forces car rien de ce que j’avais fait jusque là ne sonnait juste (plein d’études, pleins de diplômes, pas de vocation).
    Après quelques temps de questionnement je me sens peut-être encore plus incertaine et je prends conscience de pas mal de blocages…

    Déjà à mon âge je ne suis pas prête à me soumettre à des conditions de travail qui ne me conviendraient pas (j’ai vu trop de gens souffrir de ça autour de moi), ni à brader ce pour quoi j’ai passé plus des 2/3 de ma vie à l’école.
    La solution serait en fait de “créer” mon emploi dans ces conditions…Et là tout est possible. Et je n’arrive plus à me projetter, je suis comme pétrifiée (et notamment maintenant que ça fait quelques temps) pour répondre à la fameuse question “tu fais quoi dans la vie?” …comme si seule notre activité professionnelle nous définissait…
    Autre fait étrange, avant j’anticipais tout, je suranticipais même. je voulais tout contrôler..aujourd’hui je n’arrive même plus à m’inquièter pour la fameuse “retraite”! Matériellement j’ai dû me débrouiller très tôt donc je faisais très attention à tout et aujourd’hui je suis comme décalée, comme si j’étais trop confiante pour l’avenir alors que j’ai du mal en général à avoir confiance…

    Je me sens sur “pause” depuis quelques temps et j’ai peur que ça dure…autant ça me boostait au départ que là je fais du surplace..et dans mes relations ça devient difficile d’expliquer ma démarche…c’est difficile car je ressens qu’on “m’attend”, ça me mets la pression ! Au point que je n’ai même plus envie de voir certaines personnes avec qui ça tourne en rond..et pourtant au fond de moi je “sens” que je fais ce qu’il faut que je fasse…

    J’étouffe quand je me rends compte que pas mal de gens sont enfermés dans une vie qu’ils semblent subir..et je fais des listes longues comme le bras de choses que je ne veux pas…sans savoir vraiment ce que je veux…

    Donc double question très générale : quoi penser de ce blocage en ce moment et comment tenter d’aller au delà sachant que je médite régulièrement?

    Sorry pour le pavé c’est important ^_^

    Hâte de retrouver tous les petits campeurs du camp de base et de te retrouver demain soir Maxime !

    Elsa.

  8. Bonsoir à toi Maxime!
    Je suis heureuse de retrouver mon camp de base, car à chaque fois toutes vos questions font tellement écho en moi… J’espère que je pourrai moi aussi apporter une petite pierre à l’édifice.
    Pour ma part mon travail et mes interrogations portent plus sur la gestion des émotions et sur les relations amoureuses. Mais ce que je voudrais partager avec vous ce soir se prête je pense à toutes les situations de la vie, c’ est autant un témoignage qu’un questionnement, une sorte d’état des lieux de ce que je vis actuellement et que j’ai pu expérimenter.
    Il y a quelques jours, j’ai ressenti en moi un état très désagréable, comme une résistance à des émotions qui ne voulaient pas sortir. Physiquement, cela se manifeste presque toujours par une boule dans le ventre, comme si j’étais paniquée. Le ” petit vélo” tournait à plein et j’ai donc décidé de lister tout ce que je ressentais ( j’adore les listes):
    – Des pensées qui tournent en boucle mais qui ne sont pas claires
    – Un sentiment de solitude, de dépendance affective
    – L’impression de toujours se sentir ” au dessous” des autres
    – L’impression de perdre mon temps dans les actions quotidiennes ( que je remets au lendemain)
    – Je n’arrive pas à méditer, je coupe en plein milieu ( désolée Maxime)
    – Je réfléchis beaucoup, je rumine, je m’impose des choix alors que je n’ai pas toutes les données ( impatience)

    Et puis j’écoute Ilios Kotsou qui dit que les solutions que nous cherchons pour notre bonheur ( discours de l’ego?) deviennent le problème lui-même.

    Alors comment faire pour lâcher prise, sortir de ce cercle vicieux et revenir à soi? Moi je ressens ça comme un bouton qui démange mais il ne faut surtout pas le gratter. .C’est dur!!

    J’ai donc listé tout ce qui me permettait de ” sortir du discours de l’ego” , soulager la démangeaison sans ” gratter le bouton”.

    – Méditer pleinement
    – S’intéresser aux autres et ressentir des émotions positives ailleurs que là où on cherche à ce moment là..
    – Dire stop et s’ancrer dans le présent, se concentrer sur ce que je fais
    – Relire des phrases clé qui m’ont touchée ( dans ta formation et mes lectures)
    – Redéfinir mes essences dans une liste
    – Faire du bien à son corps

    Voilà Maxime, c’est mon vécu quotidien, et si ce n’est pas toujours le top, ce n’est pas à cause des autres et ce n’est pas très grave puisque je suis sur le chemin…
    Ma question est juste de savoir si d’autres se reconnaissent dans ma démarche et comment ils font pour sortir du discours de l’ego.
    J’espère être parmi vous au moins en fin de coaching.

    Merci Maxime.
    Laetitia

  9. Bonjour à tous,

    Pas de question pour ce soir et je ne pourrais être présente en direct… mais je tenais à vous souhaiter à tous une HEUREUSE année 2016 avec seulement ☺ ce qui est nécessaire à votre BONHEUR et à votre BIEN ETRE, tant individuellement qu’avec les autres (pourquoi pas avec le monde entier ou tout l’Univers… ☺).

    Je vous souhaite d’ETRE HEUREUX dans votre vie,
    à chaque instant PRÉSENT,
    PRÉSENT à chaque instant…

    … pour découvrir votre champs INFINI des POSSIBLES.

    BIEN à vous tous,
    et bonne soirée…

    Nathalie

  10. Bonjour Maxime,
    Comme j’ai pu t’en parler au début des webinaires, je suis une formation en art thérapie, je finis ce week end la formation en Yoga du son et début février j’accède au 3e degré Reiki . Je préparais tout ça pour débuter en septembre prochain dans une nouvelle maison (en rénovation)… Je fais partie par ailleurs depuis peu , d’une association crée par une art thérapeute et j’ai l’occasion d’y proposer des cours de yoga du son…
    Récemment , j’ai reçu une proposition de coaching de thérapeutes, expliquant que sans le coaching l’activité a bcp de mal à démarrer voire perdurer ….du coup : Gros doutes à l’horizon ! 😉 Pourrais-tu me donner ton ressenti sur le sujet stp? Peut être en dehors du coaching de ce soir? J’écoute souvent en différé tes interventions, j’ai cru comprendre que ça concerne plus des personnes qui attendent une aide de gestion de leurs émotions au quotidien…J’apprends toujours quelques chose au travers du suivi que tu fais, et nombreuses sont les piqures de rappel, mais ne suis pas sûre que ma question puisse intéresser ce groupe là (?)
    Je t’en remercie par avance! 🙂
    Goriça

  11. Bonjour !

    Je vous souhaite à tous une très très belle année 2016.

    Je suis aussi touchée de lire vos commentaires et notamment celui de Renée, je comprends si bien cet épuisement moral, cette souffrance alors qu’on est “attaché” à quelqu’un d'”inatteignable”.

    Comme chacun de nous j’imagine, j’ai pris des résolutions, mais tout en douceur, sans rien m’imposer de plus vraiment, mais simplement l’envie de voir en chaque jour qui passe “le petit truc” positif, même un “deux fois rien”. Et pour ne pas en perdre une miette, je les note au jour le jour. Mon nouvel agenda ne contient rien des choses à “faire” mais seulement des choses ressenties. J’adore !

    Bon, je l’ai déjà dit plusieurs fois, j’ai mis fin à une longue relation il y a quelques temps. J’ai ressenti un soulagement mais aussi, et encore toujours, un manque, une nostalgie, une impression de “gâchis”, et même parfois une envie d’y croire encore. Normal je suppose. Cette relation a été douloureuse souvent mais c’est elle qui m’a ouvert les yeux sur ma “dépendance affective”. Avec toute la conscience que j’ai mise là-dessus, avec les décisions pas faciles prises pour avancer dans ma vie et me libérer des mes attentes, je pensais être presque quitte de cette forme de dépendance.

    Et là, paf, par hasard une rencontre (sans avenir, ce n’est pas encore le moment), mais une personne charmante qui me nourrit momentanément d’attentions (alors que je n’attendais, ne demandais rien), et puis plus. Et je ressens alors pointer cette terrible attente et ce manque.

    J’essaye d’accueillir, accepter ces sensations mais constater que je n’ai finalement pas fort avancé sur cette dépendance est un coup dur.
    J’avais pris conscience, je pense, de l’origine de tout cela : ma peur de l’abandon suite à des blessures d’enfance.
    Si l’attitude d’un homme peut déclencher en moi ce sentiment d’abandon, c’est sans doute que j’ai des besoins non satisfaits (besoin d’amour, de sécurité, etc.). Et je sais que c’est à moi de m’occuper de mes besoins. Mais alors voilà je retombe toujours sur la même question : Comment m’occuper de mes besoins ? Comment me donner ce dont j’ai besoin et ne pas le chercher à l’extérieur ?

    Je bloque là-dessus.
    Et en même temps, paradoxalement, je suis heureuse et super reconnaissante de cette rencontre éphémère et de ce que j’ai reçu “gratuitement”. Mais pourquoi j’en veux toujours plus, ou pourquoi cela me fait-il mal quand ce n’est plus là.

    Maxime, je te dis merci merci merci 🙂
    A bientôt,
    Vanessa

  12. Bonjour à tous,toutes ,bonjour Maxime

    Je suis ton blog depuis quelque semaines et j’ai appris beaucoup de chose positives et interessantes .Cela m’a donné envie de prendre des cours comme le “guide pour une vie heureuse” ,le mini seminaire sur “comment installer le bonheur tout les jours” et en dernier choix la formule “Gros Minet” . Je pratique la méditation tous les jours ,chose que je faisais déja avant de connaitre ton Blog , dans un centre de méditation .Je me sens plus calme et serein qu’avant et je dors bien .
    Cependant je m’aperçois dans des situations que je controle mal ,l’Ego reprend vite le dessus (irritation,enervement,colere,ressentiment,antagonisme,hostilité) .Pour ça je trouve que le livre d’Eckhart Tollé m’apporte des reponses .Il est vraiment bien ce livre .
    Malgré toutes ces connaissances sages je n’arrive pas vraiment à me mettre en mode action .
    Ce matin dans ton 4EME mail ou tu nous proposais de poser une question ,je suis allé sur le site qui parle de “comment definir des objectifs” . Il y a une citation de” Napoleon hill” qui dit :”La réussite quelqu’elle soit s’obtient systematiquement par la connaissance de ses envies profondes et le désir ardent de les combler “.
    Ma question est comment connaitre ses envies profondes quand on veut avancer dans la vie ?

    Merci Maxime

    Frédéric

  13. Bonjour à vous!

    Je tenais à vous dire merci pour vos témoignages et votre implication dans ce groupe. Un énorme merci à toi Maxime de permettre cette connexion entre nous et de nous aider sur le chemin de la croissance.

    Je m’intéresse depuis quelques mois maintenant à la notion du bonheur et de comment faire pour être plus heureux. A force de me poser des questions et de faire des recherches, j’ai fini par tomber sur ton blog.
    A partir de là, j’ai commencé à lire tous les articles du blog, à faire les méditations que tu nous proposes mais aussi à lire tout un tas de bouquins sur le développement personnel et d’acquérir ainsi de nouvelles connaissances. Toute cette démarche, je l’ai eu suite à la rupture d’une relation de 8 ans avec mon premier petit ami. Je n’étais pas malheureuse, mais je n’étais pas heureuse non plus. J’avais cette sensation de me laisser vivre et de suivre un mouvement qui n’était pas le mien. Je me voilais la face pour trouver une satisfaction dans cette vie qui semblait tracé. Dans ces conditions, les disputes ont commencé à être de plus en plus fréquente et de plus en plus violente. Un jour j’en ai eu mare et j’ai dit stop.
    Aujourd’hui j’ai pris conscience d’un certain nombre de chose, en étant attentive à moi même, en étant attentive aux autres autour de moi mais aussi aux relations que j’ai avec mon entourage et les personnes auxquelles je tiens.

    J’aimerais vous partager une prise de conscience, il n’y a pas plus tard qu’hier.
    Ma meilleure amie, m’a fait remarqué que je lui faisais peur.
    Elle m’a dit, depuis que je lisais mes livres, je commençais à parler comme ces livres et que j’imposais ma vision aux autres. Que les nouvelles croyances auxquelles je commençais à croire, faisaient de moi une personne moralisatrice et que j’utilisais ses connaissances pour m’affirmer. Elle avait peur que je devienne une de ces personnes insupportables. Et que mes nouvelles croyances lui rappelaient les doctrines sectaires. J’étais en colère et je lui en voulais. Comment pouvait-elle oser me balancer ça alors que j’essayai de trouver le moyen d’aller mieux. C’était comme si elle me coupait l’herbe sous le pied et cassait mes efforts pour aller bien.

    En y réfléchissant, j’ai compris que j’étais en train de me faire avoir par mon ego qui s’était approprié ces nouvelles connaissances pour avoir raison et avoir un mot sur tout. Et en plus qui rejetait la “responsabilité” sur mon amie de me faire sentir mal.
    Je l’a remercie d’avoir contribué à cette prise de conscience. Grâce à cela j’ai pu voir comment l’égo fonctionne. J’ai également compris que je suis en train de changer. La personne que j’étais il y a 6 mois n’aurait pas réagi comme ça. Quand aux nouvelles croyances, elles me montrent une plus grande ouverture d’esprit qui peut faire peur à des personnes qui ne sont pas prêtes à les entendre.

    Voilà, j’avance petit à petit et je vous souhaite à tous de continuer à avancer et à persévérer sur votre chemin.

    Courage à tous et surtout ne lâchons pas l’affaire !

    A très bientôt.
    Amitiés à tous.
    Vixra

  14. Bonjour Maxime, bonjour à tous et à toutes. Je suis heureux de vous retrouver. En cette nouvelle année, je souhaite à chacun pleins de bonheur, d’ épanouissement personnel et de vivre en pleine conscience l’ instant présent…
    Cela fait des mois que je suis sur le blog et cela m’ a apporté énormément. Je te remercie Maxime… merci infiniment 🙂
    Oui, cela fait des mois… Or j’ai toujours autant de difficultés à me présenter, à parler de moi et des difficultés réelles que je traverse…
    J’ai tendance à vouloir rendre service et soutenir les personnes que j’aime et que j’ apprécie dès qu’ un problème surgit… Je me sents utile et heureux de les aider. Mais je ressents souvent de l’ impuissance à ne pas pouvoir les aider plus… Je vais visiter ce que cela me fait en méditation… J’ avance petit à petit…
    Donc, ok, qd je peux, je suis là pour ceux qui comptent pour moi… Quand ils ont un problème… Bien… Et moi dans tout ça ?
    Je viens de prendre conscience que quand tout va bien pour eux, je m’ efface, ou je suis plus froid/distant, ou je ne les contacte pas ou moins, ou ne leur dit pas à quel point ils comptent pour moi… Je ne comprends pas bien pourquoi… Sans doute que j’ estime qu’ils n’ ont pas besoin de moi, ou que j’ai peur qu’ils ne me donnent pas le soutien, l’ affection, l’ amour que j’aimerai recevoir d’ eux… Identifier mes besoins… Reconnaitre que j’ai besoin de l’affection des gens que j’ apprécie… Leur demander de l’aide… C’est difficile pour moi…
    Je n’ arrive pas vraiment à comprendre mon attitude… Peux-tu m’ éclairer ? Comment dépasser ce blocage ?
    Nous parlons beaucoup d’ amour ce soir…
    … L’ amour qu’ on se porte à soi, l’ amour inconditionnel pour les autres et l’ amour,la confiance en la vie me paraissent primordiales… J’ y travaille !

  15. Bonsoir à tous,

    J’ai un GROS souci avec GoToWebinar, ma version MacOS est obsolète !! pfff
    Je ne peux pas ouvrir la conférence ! Ils ont du me le dire mais je n’ai pas vu passer ce mail !

    Bref, je vous propose une conférence téléphonique à la place !
    Voici le numéro : 01 85 85 31 50
    Le code d’accès à la conférence : 20160101

    Le numéro n’est pas payant !

    A tout de suite !!!
    Maxime

  16. Rendez-vous mercredi prochain, le 20 Janvier à 18h !

    Nous nous connecterons soit via le n° de téléphone ci-dessous, soit via un autre système… Je ne sais pas encore…
    Voici le numéro : 01 85 85 31 50
    Le code d’accès à la conférence : 20160101

    Cela m’a fait plaisir de vous avoir en ligne et de vive voix ! 😉

    À mercredi !
    Maxime

  17. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous
    Je ne pense pas pouvoir être présente au coaching commun, malheureusement mais je lirai votre réponse avec impatience.
    Pour mainte raisons( et notamment une éducation sévère mais infantilisante avec honte de grandir, les règles est un sujet tabou chez nous, et tout ce qui a trait à la sexualité est considéré comme mal/ honteux ) ma mère a toujours refusé et refuse toujours de voir en moi une femme.
    Aujourd’hui à 31 ans , Je ne me sens pas adulte. Et même, quand j’essaye de prendre ma place en tant qu’adulte, ma mère accourt pour me ridiculiser tant elle est gêné et mécontente que je puisse me sentir femme et être reconnu comme telle.
    Donc, je me sens illégitime voir ridicule dans ce rôle, je ne me sent pas confiante dans ce rôle, je ne me sent pas importante au point d’être adulte ou considérée comme une adulte.
    Quand je parle aux adultes, généralement, je me sent inférieur à eux , ils m’impressionnent vite et j’ai souvent peur d’eux comme un enfant qui a peur de se faire gronder.
    J’ai appris récemment à m’affirmer et a me défendre , seulement, je ne me sent toujours pas adulte. Que faire concrètement/ que dois je dire a ma tête pour que me sentir enfin adulte ?

    Aussi, Maxime aurait tu des livres/ docs ressource a me conseiller pour gérer et apprivoiser mon tempérament nerveux ( il n’y a aucune livre sur ce tempérament), c’est un état d’être naturel mais qui est plutôt dur à vivre:
    on me décrit nerveuse( même quand je ne le suis pas), je m’impatiente très vite surtout lors de conversations avec les autres, je coupe la parole, je ne sais pas écouter ..j’ai du mal de garder mon attention concentrée sur quelqu’un qui me parle sans gesticuler, parler en même temps..
    C’est très désagréable pour les autres…
    je trouve difficile d’avoir du charisme avec ce tempérament surtout pour une femme.
    Le tempérament nerveux a t il une cause biologique ,psychologique ou les deux ? Peut on le changer ?Aurait tu des ressources ( livres, ..) pour que je puisse me documenter dessus et arriver à l’apprivoiser?
    Merci pour ton travail qui m’aide a me sentir mieux.
    Courage à tous
    Maria

    • Bonjour Maria,

      Pour ma part, j’ai le souvenir que c’est dans le regard et les mots de mon père que je me suis sentie passer de l’enfant à l’adulte. J’étais pourtant encore une petite fille (à 11 ans, on est encore une enfant) mais mon père m’a dit “bonsoir madame” ce soir là. Qu’en est-il du regard de ton père là-dessus ?
      Et effectivement, comme le dit Maxime, couper le cordon avec sa mère est important. Ca peut lui faire du mal, parce qu’elle ne comprendra pas que tu prennes du recul et t’éloignes d’elle. mais c’est nécessaire pour toi et il ne faut pas culpabiliser de le faire. Moi c’est au moment où j’ai commencé à voir un psy que j’ai fait ce travail. Petit à petit j’ai cessé de l’appeler toutes les semaines ou dès que j’avais un bobo, j’ai pris en main ma vie et me suis plus tournée vers mes amies que vers elle.
      Elle a eu bcp de mal à l’accepter, même si je le lui ai expliqué, elle n’a pas été capable d’accueillir cela et a continuer à souligner mes problèmes plutôt qu’à m’encourager.
      J’ai culpabilisé et avec le temps j’ai compris qu’elle ne changerait pas mais je suis parvenue à ne plus être touchée par ses mots, en me disant que c’était son problème et pas le mien. Que j’avais ma vie.
      Je l’ai fait à peu près à l’age que tu as. J’avais eu un enfant, c’est vrai que ça m’a aidé de devenir mère à mon tour pour m’en défaire et la voir dans son rôle de mère. Ca m’a montré aussi que je ne voulais surtout pas reproduire ce qu’elle était en tant que mère.
      Aujourd’hui, je ne suis pas en froid avec elle, le temps est passé et l’acceptation est arrivée de son côté, même si c’était un peu aux forceps car je ne lui ai pas laissé le choix.
      Mais je pense que tu peux le faire avant d’être mère à ton tour.

      Bon courage, c’est possible 🙂

  18. Un petit bonsoir rapido pour vous dire que je ne pourrais pas être avec vous ce soir et que c’est très dommage 🙁 j’avais tout de même laissé des questions la semaine dernière 😉 Heureusement que Maxime enregistre tout !
    Bon coaching à tous, à bientôt,
    Elsa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *