19 ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


13 réponses à “Coaching commun N°19”

  1. Bonjour!
    Zut alors, je suis encore la première…

    Bon, je reviens suite à ma dernière question sur la motivation et les blocages qui m’empêchent de me lancer dans ce que je veux vraiment faire.

    J’ai creusé comme tu m’as dit de faire, au-delà de la peur de ne pas être reconnue. Et j’ai fini par lier le manque de motivation à la dépendance affective… Et à la blessure d’abandon.

    Je m’explique : Je vis actuellement une situation avec un homme. Nous ne sommes pas dans la même ville, nous avons peu de contact et il m’a dit qu’entre nous il ne voit pas très bien où ça peut mener vu la distance.

    Une belle situation de dépendance pour moi, et j’en apprends énormément parce que j’ai tout mon temps pour observer mes réactions, mes pensées, mes émotions face à cette situation qui semble sans avenir. J’ai essayé plusieurs fois de couper tout contact, pour ensuite le relancer, selon l’évolution de mon travail intérieur.

    Et dernièrement, il m’a dit à plusieurs reprises qu’il allait m’appeler, ce qu’il n’a jamais fait. (Je suis consciente que ça ne sert à rien de le relancer parce qu’il viendra pas habiter chez moi, mais ce n’est pas le problème ici 😉
    Le mécanisme que j’observe c’est qu’il ne s’intéresse pas vraiment à moi, mais juste un tout petit peu de temps en temps, et que je n’arrive pas à lâcher prise et à vraiment l’oublier (je ne suis pas arrivée au bout de mon processus donc je pense que ce n’est pas encore le moment).

    Depuis, je suis entrée dans une phase de fatigue, de manque d’énergie, j’ai attrapé un rhume, je me traine. J’ai donc réfléchi à tout ça et j’en suis arrivée à la conclusion que j’ai une sorte de système de défense qui fait que quand je me sens abandonnée, je me ralentis. Ce n’est pas la première fois où ce genre de situation m’arrive.
    Et dès que cet homme me donne de nouveau de l’attention, je suis pleine d’énergie.

    Déjà quand j’étais ado, je me souviens que pour me motiver et me mettre à travailler, il fallait que ma mère vienne me donner de l’attention pendant quelques instants pour que je me lance.

    Comment je fais pour “guérir” cette blessure d’abandon? Et changer la croyance que je n’ai pas l’énergie en moi-même? Une méditation? Laquelle?

    C’est quelque chose à lâcher aussi non? Une peur quelque part de ne plus être dépendante?
    J’y suis presque hein Maxime, je le sens bien ^_^

  2. Coucou tout le monde!

    J’ai une question concernant le changement “d’environnement” qui s’opère tôt ou tard quand on est sur un chemin de croissance et d’évolution.

    Je sais que c’est un processus normal. Des gens qui s’éloignent inconsciemment ou dont on s’éloigne sans vraiment sans rendre compte. Un milieu professionnel et social qui change. Des nouvelles rencontres.

    Pour donner un petit exemple j’ai démissionné de mon boulot de façon assez tranchante! Je sais vers quoi je tends maintenant et ce dans tout les domaines de la vie.

    Tout ça m’arrive en très peu de temps! Çest assez secouant…
    Certes je l’ai grandement voulu. Mais du coup tout s’accélère…une intention, une conscience sur telle ou telle chose, et hop ça part, ça se mets en route!
    Certes c’est cool! Pas mal de choses sont à ma portée. Mais je ressens comme une période de flottement, de “nostalgie”.

    Je sais ce qui est derrière moi, ce qui est présent.
    Mais même dans ce présent que j’adore, je n’ose pas. La “nostalgie” m’envahit . Je me dit même que je procrastine un peu..un peu!

    Est ce normal de freiner sur ce présent pourtant si génial?

    On aura le temps d’en parler plus longuement pendant la formation du 23 je l’espère mais déjà avoir un premier élément de réponse et si ça peut servir à d’autres c’est parfait!

    Merci à tous!

    • Bonjour Valerie
      En un mot : tu as un problème d’estime de soi (faible amour de soi et faible estime de soi) , ce qui te rend vulnérable, dépendante affective des autres., facilement manipulable, ..ect
      Le manque d’estime de soi est la mère de tous les maux.
      La dépendance affective résulte directement du manque d’estime et d’amour de soi!
      On est tenté de chercher à l’extérieur l’amour et la reconnaissance que l’on ne se porte pas soi meme mais tout ça est vain… Tu cherche à remplir un puit sans fond.
      Toute la reconnaissance et l’amour des autres du monde ne suffiront jamais à compenser l’amour et l’estime que tu ne te donne pas toi meme.
      Tu vas solliciter les autres , et les autres vont fuir.
      Il n’y a que toi meme qui puisse t’aider. C’est à l’intérieur de soi que tu trouvera la solution de ton problème et non à l’extérieur !
      Tu dois trouver à l’intérieur de toi l’amour de soi et l’estime de soi dont tu as besoin pour devenir autonome affective.
      Ainsi, tu ne cherchera pas à vivre pour quelqu’un mais pour toi , tu cherchera des relations où tu te considérera égal à l’autre et tu te respectera et les autres, te respecteront aussi ..car on ressent toujours du respect pour une personne qui s’aime, d’admire, se respecte, s’affirme ..bref est autonome affectivement.
      C’est attirant !! Alors qu’une personne faible, fragile, vulnérable, qui ne se connaît pas, qui ne s’aime pas, ca suscite la pitié, les gens la fuient ! C’est repoussant! On n’attire pas les hommes avec la pitié mais au contraire, en leur vendant du rêve !
      Tu dois travailler sur l’estime de soi ( ses composantes l’amour de soi, l’image de soi, la reconnaîssance de soi, l’acceptation de soi., la confiance et l’affirmation de soi ect ). Évite les psychologues mais va voir les psychothérapeute ( psychopraticien en PNL, hypnose, et les psychopraticien en thérapies brèves.. ).
      C’est plus efficace, plus rapide, plus concret et donc moins cher.
      Bonne chance Valerie, quand tu aura compris comment sa marche, appris à te connaître, tu verra que tu as déjà tous ce qu’il faut pour être heureuse. Cordialement Maia

  3. Coucou tout le monde !

    J’ai récemment entendu quelqu’un faire la différence entre “développement spirituel” et “développement personnel”. Le premier, selon cette personne est dirigé vers l’intérieur de soi, et le second vers l’extérieur. En fait, je n’ai pas bien saisi car au final, depuis que je suis avec vous, il me semble que les deux vont de paire, en tout cas pour mon cas personnel. Quand on parle de l’énergie universelle, de la loi de l’attraction notamment et de l’âme, ce sont des concepts qui, pour ma part, me semblent toucher au plan spirituel. La personne dont je rapporte les paroles dit aussi que l’on ne peut pas vraiment changer si on n’allie pas les deux. Qu’en penses-tu Maxime ?

    J’espère être avec vous en image pour ce nouveau coaching. Pour le cas où je ne le serais pas, j’ai commencé ma formation de voix-off. C’est dur parfois, mais génial ! Je suis vraiment sur un petit nuage. Trouver sa voie par la voix, il fallait y penser 😉 En tout cas, voilà encore un exemple de belles synchronicités. C’est extraordinaire !!!!

    Gros bisous à tous

    Val 21

  4. Bonsoir Maxime, Bonsoir à tous!

    Je ne pourrai malheureusement pas être parmi vous ce soir. Mais je tiens à vous faire part de mon témoignage car beaucoup de choses ont bougé pour moi depuis le dernier coaching commun.
    La dernière fois, je te faisais part de mon ressenti: il me semblait que j’avais du mal à accepter et à vivre les expériences qui m’étaient proposées. Je sentais ce besoin de revenir dans un concret et un vécu face à tous les enseignements spirituels que j’avais reçus.
    Il se trouve que depuis 3 semaines environ la vie me répond en m’offrant une belle expérience amoureuse.
    Je ne pourrais pas il me semble raconter ici toute la richesse de cette expérience..
    Mais ce que je retiens surtout c’est que je suis amenée quotidiennement, grâce à cette relation, à expérimenter en premier l’AMOUR DE MOI MËME.
    Je tente de m’expliquer: à chaque fois que je me recentre sur moi-même face à une situation, que j’accepte qui je suis sans chercher à plaire, que j’observe et visite mes émotions face à ce qui arrive, la vie me répond de manière favorable voire merveilleuse, au delà de ce que je pensais.
    Mais pour que cela arrive je dois me délier de tout jugement et je dois consciemment ressentir ce qui est ” juste”, fluide ou évident pour MOI.
    J’espère que cela vous parle..
    Je ne sais pas du tout ce que l’avenir me réserve dans cette histoire…Mais ce qui ma paraît sûr aujourd’hui est que l’expérience que nous faisons avec nous mêmes est la plus belle ici.Le reste vient après et par dessus.
    Nous ne pouvons vraiment pas faire l’économie d’accepter et de rentrer en contact avec qui nous sommes vraiment.
    Car le plus grand amour que nous pouvons donner aux autres, c’est avant tout l’amour de nous mêmes.

    Merci Maxime pour ton avis et vos réactions.
    Bonne soirée à tous.
    Laetitia.

  5. Bonsoir,

    Comme chaque année, cette période automnale m’amène à du questionnement, là où j’en suis et là où je souhaiterai aller. Mon gros souci est que j’ai du mal à identifier mes envies. j’ai beau me poser pour faire le point, j’arrive souvent à la conclusion que je n’ai pas envie de grand chose, et cela me désole. Sans envie, j’ai l’impression de ne pas vraiment vivre pleinement ma vie. Y a t il une solution pour arriver clairement à identifier ses envies? si on n’a point d’envie (globalement dans sa vie), est ce un signe que l’on est pas bien dans sa vie? J’ai besoin d’éclairage… Je vous remercie de votre réponse.

  6. Bonsoir Maxime,
    Bonsoir à toutes et tous,

    Tant de chemin parcouru, tant de nouvelles perceptions du Monde.
    Après mon questionnement sur les rencontres et les effets miroir, j’en suis à accepter ce qui est mais que je voudrais autre.
    Je sais que je suis impatiente de vouloir voir évoluer des situations et, du coup, le moral est au minimum syndical : tenir bon en espérant le meilleur.
    Après tant de plénitude, de lâcher prise, la paix intérieure est encore là et, parfois, un événement fâcheux vient fragiliser cet état.
    Je n’ai pas vraiment de question, je voudrais juste confirmer avec toi qu’il y a des périodes d’involution après des périodes d’évolution : les fameuses vagues…

    Merci Maxime.
    Bonne soirée à tous.

    Amicalement vôtre.

  7. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous,

    ma question ne concerne pas directement la formation mais la gestion des conflits interpersonnels.
    Je m’explique : mes deux garçons de 11 et 13 ans que j’élève seule sont dans le même collège depuis cette année
    et ça se passe mal; ils sont en permanence en conflit.
    J’arrive à prendre du recul, à les séparer, mais je ne parviens pas à traiter le fond du problème, si tant est
    qu ‘il puisse être traité. Je suis confrontée en permanence à des explosions verbales voire physiques (entre eux) qui peuvent déborder sur moi, et évidemment impossible de savoir qui a fait quoi, les versions sont toujours différentes. Du coup j’ai tendance à les séparer et à ne rien faire de plus. Je cherche de l’aide pour modifier mon comportement face à ça. Est ce que Maxime tu as fait des vidéos sur le sujet?
    Je me sens bien sur mon chemin d’éveil et d’évolution, cette situation c’est comme un caillou dans ma chaussure 😉

    Merci Maxime pour ton aide
    Sophie D.

  8. Bonjour Maxime, bonjour à toutes et tous 🙂

    Ma question je la tourne et retourne dans ma tête depuis quelques temps, elle concerne la juste distance à prendre par rapport à des proches pour pouvoir accepter leurs propres situations ?

    Je m’explique : depuis quelques temps je m’aperçois que la vie de pas mal de mes proches ne leur convient pas vraiment, et je vois un peu les schémas dans lesquels ils semblent “embourbés”…D’une part ça me fait de la peine et d’autre part ça me fait travailler de mon côté aussi puisque j’ai “peur” qu’ils tombent malades ou qu’ils soient et restent malheureux…

    Parfois c’est plutôt de la colère, je pense au cas précis d’un ami qui justifie des situations que j’imagine “injustes” et “intolérables” par des raisons qui relèvent de la fuite, qui l’enferme dans ses peurs (du conflit par exemple). Après je me dis “ok” ce sont SES raisons, reste ouverte, je demeure bienveillante, et parfois ça se solde par l’abandon pur et simple de ces sujets, il fuit les conversations, les verrouille et on fini par discuter de choses superficielles, légères ou juste faire des blagues….

    Je ne veux pas couper les ponts avec ses gens que j’aime, même si parfois ça me coûte beaucoup énergétiquement tout ça, comment travailler ce type d’acceptation (presque plus difficile que d’accepter ses propres situations limitantes) ?

    A ce soir si je réussi à arriver à l’heure ^_^
    Elsa.

  9. Bonjour Maxime, Bonjour tout le monde
    je suis très contente d’apprendre que tu vas donner des cours au lycéens . C’est une excellente idée ! Les adolescents d’aujourd’hui en ont bien besoin! Merci pour eux!!

    Aujourd’hui, je voudrai que tu m’aide a comprendre ce problème :
    J’ai le besoin constant de m’identifier à une image, un personnage, un rôle pour ME RAPELLER qui je suis , et donc, comment je suis sensée agir dans telle ou telle situation ..
    comme si mon identité n’était pas déjà ancrée en moi…
    Je n’ai pas une identité forte mais au contraire: avant une décision ou une action, je prends quelque secondes pour visualiser dans mon mental l’image que je me représente de moi-même , pour me rappeler de mon identité et donc, de ce que dois être mon “rôle”

    Ce manque d’identité forte me donne un fort sentiment d’insécurité intérieur , je suis hésitante, peu confiante car au fond: j’oublie toujours qui je suis , perdue dans les jeux de rôles que je change au gré des saisons..
    je sais que c’est une des manifestations de l’ego du profil 4 que je dois combattre en revenant au moment présent ..mais j’ai besoin que tu revienne un peu dessus
    Car c’est très dur de vivre tout le temps au moment présent . En plus, j’ai l’impression que j’ai aussi ce problème au moment présent .

    Ce problème touche à l’identité qui est à la base de notre personnalité. Ça affaiblit mon caractère. Tout ce que je déteste .
    Comment ancré en moi mon identité de manière définitive ?
    L’hypnose peut elle m’aider aussi?

    Merci beaucoup à toi Maxime et Bonne soirée à tous

  10. Bonsoir Maxime, Bonsoir tout le monde,
    J’espère que ce soir la connexion va se faire et que je vais avoir le plaisir de vous retrouver vers 19H.
    Ma question, Maxime, est : comment aider une personne qui s’est coupée de ses émotions afin de se protéger suite à ce qu’il a vécu et qui ne fait pas de travail sur soi.
    Il a conscience des boucliers qu’il a mis en place, il a conscience également de ses peurs et de leur origine, mais ne laisse plus « entrer » personne.
    Que me conseillerais-tu pour l’aider à éliminer ses peurs, lâcher prise, se reconnecter, sans bien entendu prendre le rôle d’un psy que je ne suis pas et dont je ne veux pas non plus, sans avoir à « remettre sur le tapis » ses difficultés, sans provoquer de discussions, juste à l’occasion.
    Quels seraient les bons mots, les bons messages pour l’aider à avancer ?
    Merci pour tes réponses et toute l’attention que tu nous accordes.

  11. Bonjour à tous. N’ayant pas pu me connecter, j’ai suivi le coaching du mois dernier en différé et c’était encore une fois super intéressant 🙂 . Un grand merci Maxime pour tes réponses et conseils (j’ai bien récupéré le schéma sur les étapes du deuil…). J’ai ressenti beaucoup de compassion dans tes paroles et çà m’a beaucoup touché… je ne suis pas certain que j’aurai pu parler 😉 …

    Dans l’ensemble je me trouve assez paisible en ce moment, j’essaye d’être vraiment présent dans l’instant et d’écouter ma guidance intérieure avant de faire les choses.

    Il y a des périodes dans la vie, où nous avons des choix pas facile à faire (récemment une orientation pro pour moi ; et d’autres à venir…). Je sais parfois ce que je ne souhaite pas, ce qui m’aide à choisir (petite voix intérieure). Mais c’est pas toujours aussi évident… Mon profil dominant a alors tendance à vouloir me faire étudier tout en détail, pour être certain de ne pas me tromper… Mais bon, notre mental n’a qu’une vision très réduite de la réalité et de ce qui est bon pour nous… Et je comprends maintenant qu’on ne peut pas vraiment se tromper… mais juste obtenir des résultats différents et vivre une expérience plus ou moins agréable, respectueuse de nous et qui nous apporte plus ou moins d’opportunité de croissance ;-)…

    Il m’arrive parfois en méditation d’avoir des flashs sur des choses à faire, ou des idées sur comment réaliser une chose. Au départ, je croyais que c’était systématiquement des perturbations du mental, le brouhaha habituel qui nous sort de l’état méditatif… Du coup j’essayais de laisser la pensée s’évanouir et de me concentrer sur ma respiration… Mais, depuis peu de temps, je me demande si certaines de ces idées ne sont pas une sorte de guidance… D’où ma question du jour : est-ce possible que certaines idées qui nous parviennent lors de méditation contiennent des informations essentielles (d’après ton expérience en méditation) ? Et si oui, existe-t-il une méditation en particulier qui m’aiderait à faire venir à mon esprit les idées et les choix qui me correspondent le plus (le petit coup de ponce de notre ange gardien, de l’univers…) ?

    Merci par avance pour ta réponse, j’espère être avec vous en direct ce soir. Bonne continuation à chacun.

  12. bonjour maxime
    je souhaite témoigner sur mon cheminement personnel…en revanche pas sûre de pouvoir être présente ce soir.
    cela fait quelques années déjà que je suis en quête d’un bonheur intime, et je me heurte à une certaine impatience permanente: je trouve le chemin long et sans signes évidents! Je manque de constance dans ma pratique de méditation, et de recentrage divers ( yoga, hypnose, lectures…). J’ai cette douloureuse sensation de ne pas avancer ( voir de régresser!), notamment lorsque je me laisse envahir par mon égo ( culpabilisation, victimisation, jugement, inquiétudes…), ce qui m’arrive de plus en plus souvent ( par facilité et manque de discipline c’est sûr!)
    Je pense être consciente de beaucoup de choses intellectuellement, mais émotionnellement, c’est différent; j’ai peur! peur du changement, de lâcher prise, de me perdre …?
    je pense ne pas avancer par impatience et peur… 2 obstacles qui me sont difficiles à franchir!
    j entends souvent dire que les événements arrivent au bon moment; sans doute n’est ce pas encore le bon pour moi!
    Je vais cependant continuer mon chemin, semé d’embûches et d’obstacles ( que parfois je me crée toute seule!) en écoutant les coachings, suivant la formation, et demander un peu de guidance et de soutien.
    Merci Maxime pour ton écoute
    et bonne soirée à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *