2 ème séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos espaces formation :

10 réponses à “Coaching commun N°2”

  1. Bonjour Maxime
    J’ai enfin trouvé un boulot et j’en suis très contente, mais voilà que la vie vient le remettre sur le tapis des situations potentiellements conflictuelles très similaire avec mon ancien travail.
    Du coup je me dit que je dois d’une manière ou d’une autre sans m’en rendre compte participer à la construction de ces situations. Mais j’ai vraiment du mal à savoir quoi, j’ai bien des quelque idées mais je ne vois surtout pas du tt comment faire autrement.
    Alors je me dit qu’une partie de la solution est d’installer mes essences plus régulièrement, j’ai plus de mal avec le rthyme du travail mais je pense qu’il faut que je me consacre un instant pour ça tt les jours. Si non chaque jour je me sent m’éloigner petit à petit de moi.
    Je commence un tout petit peu à m’interesser à la communication non violente mais je suis même pas vraiment sûr que ça soit ça le problème, mais jvais creuser.
    Ma question serai:
    En plus d’installer mes essences et la pratique de la méditation, as tu d’autre pistes à me conseiller dans ce cas ?

  2. Bonjour Maxime !
    Super contente de pouvoir participer à une 2ème session de coaching commun, j’avais adoré la 1ère ! Ceci étant, j’ai une “grosse” question qui me taraude depuis quelques temps. Depuis quelques mois maintenant je suis lancée plus intensément et plus assidûment sur cette voie de la connaissance de soi etc. J’ai mis en place pas mal de choses dont les méditations, toujours un mp3 ou un livre d’E.Tolle à portée de main, etc, j’essaye de mettre de la conscience partout où je peux etc. Je sens du mieux c’est indéniable. Par contre j’ai remarqué, qu’à chaque fois où je dirai que je me laisse aller, des angoisses de fonds viennent saper les moments où j’ose penser que je suis heureuse. Exemple, si je passe un très bon moment avec une personne, d’autant si c’est un proche, j’ai tout à coup à l’esprit que cette personne mourra un jour, qu’elle peut tomber malade etc. etc. C’est assez violent en fait, et même si j’essaye d’être à l’instant présent durant ces pensées, ça reste difficile. J’ai noté que dans ces moments c’est la peur de souffrir qui gâche tout. Malgré tout ce que je tente d’appliquer au quotidien, tout ce que j’essaye de mettre en lumière, ce type d’angoisses ressurgit. Existe-t-il d’autres “exercices” pour les angoisses de “fond” ? Ou alors est-ce qu’il est question de temps (avec beaucoup de pratiques ça s’apaisera?). C’est un peu déroutant de constater que tout ça est efficace si rapidement sur certains aspects mais que certaines situations semblent bloquées.. 🙂

  3. Bonjour Maxime,

    Je suis heureuse de pouvoir à nouveau participer à une séance de coaching.
    J’ai avancé sur mon chemin de vie grâce aux outils que tu nous permet d’acquérir : liste de lecture / podcasts de méditation / blog / formations. Je me sens grandi dans le sens littéral du terme.
    Je m’exerce à vivre plus dans le présent et à cultiver mes essences afin de m’épanouir pleinement.
    Néanmoins, tout ce qui m’arrive est encore loin de me permettre de vivre de mon rêve.
    Mon nouveau travail va me permettre d’être plus indépendante, certes, et il sans rapport avec mes centres d’intérêt.
    Je le prends comme une étape pour évoluer sur certains aspects de ma façon d’être.
    J’aime l’idée que la vie fasse résonance à ce que nous émettons, à ce qui se passe à l’intérieur de nous.
    Je constate donc, que je n’ai pas encore intégré / visualisé les ingrédients nécessaires à la réalisation de mon rêve. Est-ce que je me trompe en disant cela ?

  4. Bonjour Maxime,
    J’ai vraiment apprécié notre première séance de coaching commun. J’attends donc cette deuxième rencontre avec enthousiasme. Car au delà de ta réponse à ma question qui m’ a apporté de bons éléments de progressions, j’ai également apprécié les conseils donnés aux autres…
    Actuellement et dès que j’y pense, j’essaye d’etre l’observateur pleinement conscient de l’instant présent et j’essaye d’installer mes essences grace aux méditations. Celle sur la visualisation et la préparation de situation est effectivement puissante et demande un niveau de méditant que je n’ai pas encore… Ma question porte sur la liste des émotions essentielles pour nous, (pour nous sentir bien) qu’ on énumère en méditation. Lorsqu’ on dit par exemple ” j’ ai envie de ressentir de la paix, de la fluidité…”, la liste et parfois longue… Et je me demande s’ il suffit de nommer les émotions avec attention, ou s’il faut pour chaque émotion, prendre le temps de la faire venir en nous et la ressentir y compris physiquement ? (doit-on alors mettre la bande son sur pause…) … L’installer un peu à la facon dont tu le montre dans une des premières vidéos expliquant que le bonheur est un état interne auquel on peut se reconnecter d’ instant en instant.

  5. Bonjour Maxime ,
    Merci pour cette continuité dans l l’accompagnement ,je crois qu’en effet il est nécessaire de se rebooster,de temps en temps car les mécanismes reviennent vite!Ils s accrochent !!
    Je viens de relire “comment arrêter définitivement les shemas de répétition ”
    Et tu dis que l’on perd 80%des relations ,c est vrai ,pour autant c est inconfortable .Je n’ai plus envie de fonctionner comme avant ,mais je me retrouve bien seule par moment ,puisque certains ne vous laissent pas évoluer comme vous le souhaitez,c’est comme une punition ,comme si ils disaient:”Tu ne fonctionnes pas comme je veux ,alors je te punis je ne t’appelle plus!”
    Y a t il un moyen pour adoucir cette période inconfortable?
    Merci

  6. Bonjour Maxime,

    Merci pour votre générosité et votre bienveillance toujours renouvelées. Je suis très sensible au stress (profil B) et je médite chaque jour grâce à vos enregistrements. Cela m’apaise. Mais cela n’est pas suffisant.

    J’ai un poids de plus en plus lourd au niveau du plexus solaire à mesure que l’échéance du 30 avril approche, date à laquelle je dois déménager. Or, à ce jour, je n’ai toujours pas trouvé d’appartement: on ne loue pas à une femme seule avec deux enfants, même si je peux avancer 1 an de loyer d’avance. C’est la loi de la jungle, au moins à Paris.

    Ma fille de 10 ans s’inquiète aussi, même si elle aura un toit chez son papa. Elle s’inquiète pour moi, elle s’inquiète de ne pas pouvoir faire une garde alternée, elle s’inquiète de ne pas me voir suffisamment. J’essaie de la rassurer (venir plusieurs fois par semaine chez son papa, organiser des week ends, etc), mais elle s’inquiète. J’ai développé avec elle “la positive attitude”, mais à l’approche de l’échéance, je deviens de moins en moins crédible à ses oreilles.

    Quels mots de réconfort pourrais-je lui souffler au creux de l’oreille?
    En dehors de ma recherche active d’appart (loi de Pareto), de mes méditations, de mes observations sur la connaissance de soi, de mes demandes d’aide et de soutien, que puis-je faire de plus pour réduire ce stress?

    Merci de votre réponse

    Je ne serai pas avec vous ce soir. Pas connectée mais avec vous par la pensée.

    Belle soirée
    Corinne

  7. Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    Très heureuse moi aussi de voir que notre formation s’inscrit dans la continuité !
    Après l’engouement des premiers temps, après beaucoup de découvertes très positives, de débuts d’apprentissage sur moi-même, après avoir terminé la formation et la visite guidée, je me suis sentie soudainement perdue face à tous ces nouveaux “outils”. Quelque chose est comme retombé après l’enthousiasme des débuts. Je sais qu”à l’approche du 10 avril, date à laquelle j’ai eu une opération, je n’ai plus été capable de penser à autre chose qu’à cela tant ça m’inquiétait. Aujourd’hui au repos pour quelques temps encore, je suis souvent envahie par une espèce de tristesse de ne pas faire avancer les choses, de ne pas trouver en moi l’énergie pour tendre vers ce que je souhaite.
    Donc je me demande comment faire pour installer le bonheur même quand la vie rappelle chaque fois toute mon attention pour traverser toutes sortes de “crises” (santé, argent, échecs scolaires enfant, relation amoureuse difficile, solitude).
    Ma question est assez vaste mais ça reflète, je pense, le fait que je n’arrive pas aujourd’hui à utiliser mes connaissances récemment acquises dans le quotidien de la vie.

    Je ne pourrai malheureusement pas me joindre à vous ce soir.
    Je vous souhaite une très bonne soirée et un bon moment de coaching!

  8. Bonjour Maxime,

    Je souhaitais d’abord t’exprimer ma gratitude pour tout ce que tu nous transmets.
    Mes questions tournaient autour de la connaissance de soi, du bonheur, de rester authentiquement soi dans les relations humaines, et surtout dans les relations amoureuses.
    Depuis ce jour où la vie m’a amené sur ton site, j’ai commencé doucement à m’éveiller. Je consacre du temps à mon développement personnel dès que je le peux, et j’apprécie de transmettre mes bonnes adresses et ce que j’ai appris aux autres. Je réapprends le bonheur, réapprends car il m’habitait dans l’insouciance de ma vingtaine d’années, mais ça c’était avant ! Je me fais aider par une thérapeute dont les méthodes me correspondent et me parlent. Là aussi gratitude ! J’ai confiance en la bienveillance de la vie.
    Mes 2 dernières relations amoureuses m’ont beaucoup fait grandir et souffrir aussi. Mon compagnon actuel peut dire la même chose. Notre relation amoureuse s’est bâtie sur la base de se réparer soi et de réparer l’autre. Chaque prise de conscience pour se comprendre, comprendre l’autre, prendre en compte les besoins de chacun s’est faîte après avoir quitté l’autre de très nombreuses fois (et cela des 2 côtés) ! Bref, un couple bâti sur une alternance de phase 1 et de phase 2, une dépendance affective réciproque épuisante. J’ai pris la décision d’arrêter ce schéma de répétitions en étant authentique avec lui, en laissant tomber l’égo, en me remettant en question, en lui lisant tes textes, en lui disant mes désirs et mes besoins (une grande première pour moi !), en lui demandant les siens et voir si nous pouvons nous accepter tel que nous sommes, un lâcher prise qui m’apaise. Il a d’abord lutté contre cette sortie de zone de confort puis m’a récemment suivi en se remettant en question.
    Ma question est la suivante : Peut-on passer d’une relation de dépendance affective à une vraie relation d’amour entre 2 personnes suivies psychologiquement ?

  9. Donc une 2nd question… On parle souvent de l’ importance de ne pas etre seul lorsqu’ on fait du développement personnel. Déjà, il faut trouver les bonnes personnes pour en parler. Souvent, c’est des personnes qui font également un travail sur elles… Mais ensuite c’ est difficile de ne pas lasser, fatiguer ses personnes aidantes. J’ ai un exemple qui m’ est arrivé récemment : avec une amie, nous échangions sur nos peurs primordiales (maladie/mort pour elle ; solitude/abandon pour moi). Nous discutions de l’ importance d’ aller à la rencontre de ces émotions quand elles nous assaillent. D’ observer ce que cela nous fait, de se familiariser petit à petit avec elles… C’est un travail qui n’est pas toujours facile, qui se fait en période de crise et qui est souvent à renouveler… Bref… sans nous en rendre compte, car nos échanges nous semblaient très productifs, nous nous sommes épuisés. C’était lié à notre introspection personnel mais aussi lié au soutien qu’ on apportait à l’ autre. Du coup, nous avons fait une pause dans nos échanges sur le sujet, sans decider si nous en reparlerons. Est-ce que ce genre d’épuisement des aidants arrive souvent ?

  10. Coucou
    Impossible de me connecter .Dommage.
    En fait ma question rejoignait un peu celle de Michel.
    Pour ma part j’experimente ,j’ai répondu a une personne que je connais depuis peu(je n’aurais jamais osé avant) ,que “je comprenais sa souffrance mais que je ne pouvais pas la prendre en charge ,personne ne le peut,d ailleurs!”
    J’essaie de ne pas rentrer dans le triangle dramatique “sauveur victime persécuteur ”
    Et v´est pas forcément facile
    Merci Maxime
    Je suis fort déçue de n’avoir pas pu me connecter
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *