20ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


11 réponses à “Coaching commun N°20”

  1. Bonjour Maxime, bonjour tout le monde,

    Je suis très émue de vous parler ce soir. Ce n’est pas facile pour moi de parler, de me dévoiler. Longtemps je me suis cachée. Mais bon, c’est quelque chose que je veux explorer et je commence en vous écrivant !

    Voilà une quinzaine de jours que je suis venue à votre rencontre sur votre site et que j’ai commencé votre formation.

    Quelle mine d’OR cette formation et j’en suis qu’au début !

    Enormément de choses font écho en moi dans votre livre et déjà des réponses surgissent en moi par exemple sur les profils. Avant vous, j’avais vraiment l’impression d’avoir plusieurs personnes en moi et je ne comprenais pas ce que c’était, j’ignorais comment cela se faisait. Je les voyais, les regardais les écoutais en moi sans savoir d’où cela provenait et quoi en faire !!!!! je vivais comme je pouvais avec ou bien je passais mon chemin. J’avais l’impression qu’il y avait quelque chose d’anormal en moi. Il m’a fallu beaucoup de temps pour dépasser la peur de savoir.

    J’ai fait mes tests de personnalité. Il en est sorti que j’avais le profil ”consciencieux” suivi de deux points par le profil ”réfléchi”. Mon profil ”entrepreneur” est quasiment inexistant ! celui ci m’interpelle car j’ai vraiment le sentiment qu’il est bien là tous les jours. J’ai encore beaucoup de choses à découvrir et je prends le temps que toutes ces informations se posent en moi.

    Voilà, je n’ai pas de questions particulières à vous poser j’ai juste voulu vous dire bonjour et Merci. Merci Maxime de me permettre de ne plus ignorer, de continuer à ”grandir” d’avancer dans ma prise de conscience, de mettre des mots, sur ce que je vois sur ce que j’entends en moi. Je vous dis à bientôt…Ghislaine.

    Je ne sais pas si je pourrai être avec vous ce soir.

  2. Bonsoir a tous et a toi Maxime qui est si généreux,
    Je suis les modules depuis 5/6 mois et me suis intéressée au développement personnel il y a 2 ans …. a 50 ans je prends seulement conscience que quelque chose de bien plus grand que notre ego existe …je l avais senti depuis longtemps en regardant mon fils évoluer ….essayer de grandir et de se détacher de l amour inconditionnel que j ai pour lui …. Eh oui je l ai étouffe d amour …quel gâchis …je lui ai demandé pardon …il ose dire que je suis une mère parfaite … encore de l ego pour moi …. Bref sans intérêt même si c est super réconfortant … l essentiel n est pas la ….
    Je sens cette nouvelle génération bien plus ouverte bien plus proche de l essentiel ….je ne sais comment l exprimer …simplement je pense que ma génération a permis à ces adultes en construction de grandir vers l universel vers une dimension élargie de l humanité …sans le savoir pour l instant …c est magique …. Et pourtant son père l a abandonné juste avant ses 1 ans … et moi en consciencieuse entrepreneuse que je l ai poussé encore et encore Pedo psy psy hypnose ericksonnienne profil HBDI acadomia…. Tout y est passé ….en tant que manager j’ai aussi poussé chaque membre de mon équipe …encore et encore objectif…résultat …je suis sortie de ma zone de confort en changeant de job de la pub au bâtiment …encore et encore …l histoire je la connaissais par cœur … un nouveau père pour mon fils …qui vient de nous quitter …merci merci et encore merci la vie les apprentissages sont longs douloureux ….je viens de m inscrire à pôle emploi je démarre une activité de marketing réseau j acheté une maison en faisant un crédit alors que je démarre une période de chômage ….le lâcher prise …super tout ça ah oui j oubliais ma mère s est suicidee quand j avais 33 ans …étrange …elle était ce quon appelle cyclotimique … j ai essaye de faire du yoga de me faire accompagner par un psy lorsque je me suis retrouvée seule avec mon bébé ….rien ne m apportait de réconfort …la sensation d abandon ( connu dans l enfance ….) tout cela me permet de dire MERCI …je vis seule mais héberge ceux qui le souhaitent …on me dit devenue spirituelle …moi je trouve cela désuet …je ne suis pas perchée …pas encore car en bonne consciencieuse je continue à gérer les gens l argent la maison …. ma question la seule est comment retrouver le sens profond, la raison de ma venue sur terre, je présuppose des choses mais pas sûre …. pas assez de lâcher prise ? et pourtant !!!! comment se libérer totalement …parfois je reve de tout quitter …tout vendre donner l argent à Monfils et partir …je ne sais où mais partir …abandonner aussi ….et me libérer en fait je souhaite retrouver l insouciance de ma petite enfance ….je me fous de savoir quelle blessure je dois corriger …j aimerais simplement savoir où est ma bonne place ….
    La déjà je regrette deja mes écris ….
    Bonne soirée à tous,
    Anita

  3. Bonsoir à toutes et à tous,

    Je souffre de procrastination chronique voire récurrente 😉 Je ne manque pas de courage, mais l’action me déstabilise tout autant qu’elle me grise. En fait, je suis d’abord grisée alors je fonce parce que je ressens une sorte d’impatience en me disant que cette fois “c’est la bonne” et puis au fur et à mesure, je sens que mon énergie décline, que mon enthousiasme dégringole jusqu’à s’éteindre et je lâche. S’ensuit alors une période de découragement total où je me sens vide, triste, découragée parce que je sais ce que je veux depuis longtemps, mais que je ne parviens pas à concrétiser. Je suis remplie de peurs en fait. Des peurs que je discerne très bien chez les autres, que je parviens même à les aider à apprivoiser, mais pour moi… rien ou pas grand chose.

    J’ai décidé de rentrer dans l’action et de me confronter à ces peurs (de me tromper, d’être jugée…). Je sais que je suis sur la bonne voie dans tous ce que je veux entreprendre alors je ressens ce besoin ENORME de me mettre en avant. Maintenant que j’ai fait ce pas : j’ai peur de procrastiner de nouveau malgré ma vigilance à ce propos. J’ai peur de me sentir de nouveau seule devant la tache que je me suis fixée, de n’être pas crédible (y compris de n’être plus crédible à mes yeux à mesure que je mets des choses en place). Ce serait terrible pour moi car la Vie me dit bel et bien que je suis sur la bonne voie pour moi.

    Quels sont tes conseils avisés pour cette situation Maxime ? Je me sens comme Sisyphe qui remonte sa pierre en haut de la montagne et qui se voit condamné à recommencer chaque fois qu’il y parvient après tant d’efforts et de fatigue 😉 HELP

    Gros bisous à tous et belle soirée ensemble.

    Merci Maxime

    A très bientôt

    Val 21

  4. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous

    Je n’ai pas de question ce soir, juste un témoignage à vous livrer .

    J’ai commencé la formation en avril 2016 et petit à petit je me suis sentie changer de l’intérieur, j’ai acquis une vraie dimension interne que j’ignorais jusqu’alors et qui en plus me gênait beaucoup. Jusqu’à présent je ne raisonnais qu’avec mon ’intelligence analytique froide’ . Maintenant je suis connectée en permanence à mes émotions, et ça change tout.
    J’ai pris beaucoup de murs dans ma vie, burn-out à 22 ans, veuve à 39, remariée puis divorcée à 45, donc seule avec mes deux garçons, c’est là que je me suis dit, si je veux avoir la force de les élever, il faut que j’aille bien.
    J’ai donc commencé la formation, repris des entrainements de natation, mon sport favori, et petit à petit, je me suis transformée de l’intérieur, mon entourage a changé aussi, ma mère me lâche les baskets, et j’ai même rencontré de nouvelles personnes, des nageurs, et même un ami perdu de vue depuis 15 ans a refait surface récemment.
    Quand je tombe sur un ‘os’ ( ex le deuil de mon ex mari ou les conflits entre les enfants), je fais un accompagnement personnalisé avec Maxime et là j’avance encore plus vite.
    Depuis j’ai réussi à faire le deuil de mon ex-mari, j’y pense encore parfois mais de façon apaisée, sans souffrance . Mes enfants se disputent encore pas mal mais je le vis beaucoup mieux : plus je suis détachée plus ils se calment vite. A ma demande ils ont même proposé des solutions pour régler seuls leurs problèmes.

    Je médite deux fois par jour, presque tous les jours.
    Alors certes ma vie n’est pas parfaite, j’aimerais revivre en couple, mais en profitant de la vie présente je me mets dans de bonnes conditions pour que ça arrive. La vie a cessé d’être un combat, elle est devenue bienveillante.

    Merci Maxime d’avoir mis tous ces enseignements dans une formation facilement accessible à tous,
    si ça marche pour moi ça devrait marcher pour beaucoup d’autres.

    Bon coaching à tous,
    Sophie D.

  5. Bonjour Maxime,

    J’ai connu ce site en recherchant des informations plus pertinentes que ce que j’ai pu lire sur la dépendance affective et j’ai beaucoup apprécié l’analyse que tu en as faite.
    De fil en aiguille je me suis intéressé à ce qu’il convenait de faire et j’ai été bluffé par l’eneagramme…
    Juste pour information, j’ai 36 ans et je n’ai jamajs pu/voulu avoir une relation de couple (inconsciemment je me suis toujours arrangé pour que cela ne soit pas possible…).
    Mon explication après plusieurs années de psychanalyse qui n’a pas abouti proviendrait du fait que l’on m’ait annoncé à l’âge de 5 ans à peu près que j’étais un enfant adopté. Je n’ai jamais souhaité en parler alors que je sais que cela m’a profondemment affecté puisque je suis toujours dans la peur d’être abandonné…
    En lisant donc les profils de l’eneagramme je me suis reconnu d’une façon très importante sur le profil c à savoir le consciencieux. En effet, je pense que je me raconte ceci : si je fais mieux que les autres, je deviendrai indispensable et ne serait donc pas abandonné… ce qui ne marche pas bien sûr puisque je ne suis jamais rassuré, me met énormément de pression dans mes relations pour être parfait et comme on pointe mes manquements (ma mère de qui j’étais proche étant du genre à toujours pointer ce qui n’était pas parfait) je m’en mets à en vouloir aux gens de me pousser à être comme cela (s’ils se moquent de mes imperfections c’est qu’ils veulent que je sois parfait non ?).

    J’ai donc l’impression d’être un profil C poussé à l’extrême et je me demande si finalement au lieu d’en vouloir aux autres, je ne devrais pas plutôt m’avouer que cela provienne de moi de part mon conditionnement, est-ce possible ?
    Faut il accueillir finalement cette part noire de moi même pour arrêter de me détester pour ce que je ne suis pas et m’aimer pour ce que je suis ?

    Désolé d’avance si j’ai été trop précis sur mon cas personnel mais j’ai vraiment été surpris et interloqué par ce fameux profil C que beaucoup de questions se bousculent en moi….

    Merci de ton retour que j’écouterai en cours de route j’espère mercredi et dans l’attente de tes éclaircissements 🙂

    François,

  6. Bonjour Maxime ,bonjour tout le monde

    Je vais etre tres bref :J’ai un gros souci pour rencontrer de nouvelle personne ,avoir une petite amie à long terme dans ma vie .Les week end je ne sors pas ,je bouge un minimum .J’ai 2 personalité en moi .Celui qui n’aime pas rencontrer d’autre personne ;qui a peur ,qui ne veut pas bouger;qui ne prend pas de risque , qui ne veut pas souffrir (mon confort) et celui qui veut construire une relation amoureuse à long terme ,qui veut avoir des amis(es) qui veut profiter de la vie .Quand j’étais plus jeune j’étais motivé et plein d’esperance . Mais petit à petit à force de vivre des echecs professionnels et sentimentals le ressort en moi s’est cassé .Donc j’ai décidé d’aller voir une psycologue et puis de continuer de faire de la méditation pour l’instant .Voila c’est un résumé tres bref de ma vie actuelle .
    Merci pour ton analyse .

    Frédéric

  7. Bonsoir à tous
    Petite tranche de vie.J’ai deux trois anecdotes identiques durant ce weekend en voici une.
    Je dois récupérer les clés d’un ami à l’accueil de son lieu de travail comme la veuille.
    À l’accueille sa collègue ne trouve pas les clés, elle décide d’aller le voir au même moment, il apparaît comme part hasard .
    Quand je le voie, je me redresse, j’ai un grand sourire, je sens beaucoup de place dans ma cage thoracique…
    Lui quand, il me voit, il grimace lève les yeux au ciel donne les clés à sa collège sans même me saluer…
    À cet instant, je sens un grand malaise qui m’appartient certes! Néanmoins, l’autre est responsable de ses actes !
    J’ai un cas de conscience d’un côté, je minimise, son acte au nom de je ne connais pas sa journée et patati patata…
    Et en même temps, il y a une petite voix qui me dit, “tu vaux mieux que ça !”.
    Cette petite voix est un jugement, l’autre est un problème! Il n’est pas assez bien pour moi…
    Ma question est, y a-t-il des jugements jugements salvateurs?Maxime

  8. Bonsoir Maxime, Bonsoir tout le monde
    Je ne pourrai pas assister a ce coaching commun mais je suis impatiente d’écouter l’enregistrement 🙂

    j’aimerai aujourd’hui mieux comprendre le lien qui existe entre le profil 4 et la victimisation.

    En effet, je me sens très concernée .
    J’ai vraiment l’impression que ,toute ma vie durant, j’ai été victime des autres ..tantôt d’untel, tantôt d’un autre..tantôt des événements ..et même du hasard!
    J’ai une impression diffuse d’avoir toujours été mal aimée, mis de côté, trahi, sous estime , négligée,incomprise ..
    Je rumine très régulièrement sur mon passe d’ailleurs …
    mais quand je prend le temps d’analyser objectivement les faits qui me font dire ça, je réalise que ce ne sont que des perceptions et que rien dans les faits ne permettent de conclure à ce que je me sente aujourd’hui victime.
    Simplement ma perception des événements, mon interprétation des faits.
    Et maintenant encore, j’ai aussi tendance à me victimiser des que s’en présente l’occasion .par contre, c’est très inconscient . Je suis très sincère dans mon ressenti.
    Ce n’est que très récemment que j’ai pris conscience de tout ceci.

    Quand je regarde mes photo enfant ou adolescente, j’ai le même regard malheureux que Johnny Deep: un regard triste qui révèle une âme tourmentée ..comme une envie de montrer au monde ma “souffrance”pour qu’un “sauveur” se décide de me prendre en charge!
    En amour aussi, des que se présente quelqu’un d’intéressant, je sabote tout..c’est comme ci je cherchai toujours a vivre l’abandon.

    Aujourd’hui , je voudrai en finir avec tout ça . Je suis consciente que j’ai vraiment eu beaucoup de chance dans la vie et c’est de ça , que je voudrai toujours me souvenir.
    Mais pourquoi ma mémoire ne retient de mon passe que les moments malheureux ?
    Que faire pour “reprogrammer ” mon cerveau pour qu’il cesse de penser qu’il est toujours le bouc émissaire idéal ?
    Et surtout, ce passe me donne une mauvaise image de moi-même , ce qui m’empêche d’avancer. comment réduire son influence pour continuer d’avancer ?

    Merci beaucoup
    Maia

  9. Bonjour à tous et à toutes.
    C’est vraiment génial ces coachings : tes conseils Maxime, le soutien qu’on reçoit et qu’on apporte aux autres participants…
    Je suis parfois long à trouver la question essentielle qui me turlupine… pas facile de formaliser ce qui n’est pas totalement conscient… J’ai l’impression que ma question de ce soir est en lien avec mes deux dernières questions…
    2016 est une année marquée par des séparations et des disparitions pour moi. Après le départ d’une collègue proche en début d’année, il y a eu le décès de ma maman. Et, au 1er janvier prochain, c’est moi qui vais devoir changer d’affectation et de lieu de travail. Je vais donc quitter mes collègues dont certains que je voyais depuis mon arrivée dans la structure il y a vingt ans… Ce n’est pas facile, mais il y a aussi des bons côtés, car je vais me rapprocher de mon domicile… Je quitte une petite équipe où chacun était autonome, responsable et où la confiance et la proximité de la direction étaient très appréciables. Notre structure fusionne dans une plus grosse où les niveaux hiérarchiques seront nombreux… Il va falloir que je m’adapte à ce nouveau mode de fonctionnement moins familial !
    … C’est donc plein de personnes que je ne verrai plus ou presque plus… Je me demande si ce n’est pas un schéma de répétition que je vis actuellement ? Il faut dire que l’abandon est une peur primordiale chez moi. J’ai donc à accueillir et à me familiariser avec tout ça.
    En complément à cette question, je souhaite préciser que je continue à installer quotidiennement mes essences. Mon niveau vibratoire s’en trouve modifié et ma perception des évènements aussi… C’est vraiment appréciable 🙂
    Du coup, je me dis que ce changement de cadre professionnel sera peut-être positif pour moi. J’espère que tout se passera bien… que mes conditions de travail seront bonnes… qu’on travaillera en équipe soudée, efficacement dans la joie et la bonne humeur… J’essaye de m’en convaincre ! … je devrais en être persuadé et avoir totalement confiance, mais parfois je doute !… Dans ces moments, mon mental s’emballe et la peur de mon égo montre le bout de son nez. Je pense que ta méditation sur la visualisation, va m’aider à attendre plus sereinement ma nouvelle prise de fonction.
    Merci pour ton analyse et toutes tes réponses aux questions des participants. Cela m’apporte énormément à chaque fois. Michel.

  10. Coucou à toutes et tous 🙂

    que de questions de fond pour ce coaching, wahou, ça s’annonce costaud… Un peu sur le fil je passe poser la mienne qui revient encore sur le “lâcher-prise”.

    Comment faire la distinction entre “lâcher-prise” et “capituler”, de façon concrète ? Je n’imagine pas vivre sans aucunes attentes et je vois passer beaucoup de phrases de ce type “il faut rien attendre” “lâcher prise” etc et dans les faits je m’aperçois que je ne sais pas trop faire la différence entre “lâcher prise” et “laisser tomber”… :/

    Voilà je m’en remets à tes lumières Maxime et à celles de tous ici, si jamais vous pouvez témoigner de comment le lâcher prise s’opère concrètement chez vous 🙂

    A ce soir très sûrement !
    Elsa 🙂

  11. Bonsoir Maxime, Bonsoir à tous,
    Et voilà ma question dans la droite ligne d’Elsa…
    Une de mes difficultés les plus importantes actuellement est le lâcher-prise. J’ai essayé la méthode SEDONA, la méditation, la respiration, l’instant présent… le retour du mental au calme ne dure jamais bien longtemps…
    Que faire quand nos pensées sont en « bad » ? Y a-t-il un truc pour détourner l’esprit de ces pensées obsédantes ?
    Je sais bien que c’est une question récurrente, mais justement ! Impossible de me débarrasser de tout ce qui me submerge, tourne en permanence et m’empêche parfois de dormir.
    Je pense que nous sommes plusieurs dans ce cas hélas ! Et tout comme Elsa, je me pose la question du “laisser tomber” à laquelle tu auras répondu et donc aussi du lâcher-prise/laisser-tomber qui devient une forme de protection ?
    Maxime, peux-tu m’aider ?
    J’espère pouvoir vous rejoindre ce soir, ça n’a pas été le cas aux deux derniers coachings car je n’ai pas pu me connecter…
    Mille mercis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *