24ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


29 réponses à “Coaching commun N°24”

  1. Cc Ghislaine, je ne comprends pas très bien ton message et j’avoue qu’il m’interpelle. Si tu as besoin de parler, rejoins-nous sur FB ou mets un nouveau commentaire. Il y a des gens merveilleux qui seraient heureux d’échanger avec toi. Nous apprenons tous des uns des autres. Ne reste pas isolée stp.

    Gros bisous

    Val21

    • Bonjour Val21

      Merci pour ton message. Je vais bien !
      C’est ma première colère ! une colère dirigée et adressée à EGO ! dans ma tête, c’était lui que je visais !!!

    • Val 21,

      J’ai écris ce message suite à ma question posée dans le coaching 23. Y étais-tu ? ou l’as tu écouté ?
      Je suis sincèrement désolée de ma réaction et de la colère que cela a provoqué en moi. Mais bon c’est sorti… peut-être mal sorti ? C’est comme si j’avais mis les choses à plat en moi avant de vous rejoindre en toute visibilité le 08 mars dans le coaching.
      Je te remercie une nouvelle fois pour ton soutien. Bises à toi…

  2. Coucou tout le monde,

    Je suis un peu en avance, mais si je laisse passer du temps avant de poser ma question, je vais filer sur autre chose 😉

    Je viens de faire la méditation “body-scan” et comme je le disais dans mon commentaire cela a eu un effet perturbant. Je suis très mal à l’aise quand il s’agit de visualiser l’intérieur de mon corps et notamment le squelette ! Et encore plus précisément les os des pieds et des mains. Je ressens le besoin d’arrêter car je me mets à bouger à cause de ce mal être : une sorte d’agacement incontrôlable qui surgit.
    Durant la méditation, j’ai ressenti une émotion d’injustice et de culpabilité (larmes qui sont montées) au moment où tu dis, Maxime, que notre corps est à notre service. Je ne l’avais jamais ressenti à ce point comme un ami.
    Après la méditation, des pensées me sont venues pêle-mêle et je me souviens que toute jeune, j’avais écrit des textes qui portaient les titres évocateurs de “mon corps, cet inconnu” ou “prisonnière de mon corps”. Et puis, j’ai aussi fait le rapprochement avec le fait que je ne peux pas méditer en posant les pieds au sol. Quand il s’agit d’exercer une pression pour ressentir l’ancrage, j’éprouve ce même agacement gênant dont je parlais précédemment.

    Est-ce un problème d’ancrage ? Comment expliques-tu cela ?

    Je vais faire cette méditation régulièrement car je sens qu’il y a une piste à suivre. Si je suis présente au coaching commun, je vous dirai comment tout cela a évolué. En tout cas, ça m’interpelle vivement comme si je venais de découvrir une clef pour ouvrir un fabuleux trésor 😉

    Gros bisous à toutes et à tous

    Val 21

  3. Bonjour maxime , bonjour à tous ,

    En avançant dans la formation , je me retrouve actuellement dans la situation où je prends conscience du profil d’identité avec lequel j’ai fonctionné jusqu’à maintenant et je me retrouve perdue car en fait je ne sais plus qui je suis , je n’ai plus d’envies , tout se qui me permettait de “tenir” s’écroule …;Je pense que je suis profil 2 , j’hésite parfois avec le 4 …
    Voilà je n’ai plus d’estime de moi-même , je me sens très fragile quand je suis avec les autres et quand je suis seule également .
    Je suis fatiguée en permanence, je n’ai aucun plaisir à vivre et je m’éteins petit à petit … Peut-on se sortir seul de cet état ?

    merci pour tout maxime et merci à ceux qui m’ont soutenue sur facebook

  4. Bonjour à tous et à toutes et bonjour maxime je refais un autre témoignage de mon avancée sur l’apprentissage sur moi-même.
    J’ai découvert une nouvelle activité qui me plaît énormément avec une amie. nous sommes allée prendre un cours de danse Forro. cette danse consiste à travailler en total connexion avec le partenaire et là je peux vous dire que j’apprends à me laisser guider, faire confiance et surtout a découvrir, explorer le fameux lâcher prise…
    Ça n’a pas été facile la première fois car j’ai tendance à « contrôler et prendre le role inverse ! Le petit ego ! Qui dirige les pas » alors que c’est au partenaire masculin de me guider .
    Et là j’ai pu me rendre compte combien mon mental contrôlait la situation !
    J’ai appris aussi à me concentrer un peu plus dans le ressenti c’est-à-dire tout le corps travaille, les pieds, les bras, les mains (comme le bodyscan) et suivre le tempo.
    Je me suis sentie en phase avec moi-même, cette danse exprime mes essences internes ! Je suis bien dans ma tête et dans mon corps à ce moment là ! Je suis dans l’instant présent. Que du bonheur !
    Bref, après le tsunami d’émotions fortes du mois dernier(lâchage de pleurs sous la douche), quelques semaines après, je me suis sentie poussé des ailes ! , je sors un peu de ma zone de confort. Ca faisait très très très longtemps que je voulais prendre des cours latino . C’est génial !
    Pour les nouveaux modules audios, je les explore un a un. Marche consciente le matin en allant au boulot, la douche ça marche de temps en temps mais très dissipé par le mental ! Grrrr !

    Ma question du jour : tu avais dis que tu ferais un séminaire sur paris, est-ce toujours d’actualité ?

    En esperant être parmi vous à temps et au pire bonne soiree à tous !

    • Bonjour Maxime,

      Merci pour ton debrieffing, je continue les audios pour que ca devienne une habitude.

      Pour ton séminaire sur Paris, il y a pas mal de salles mais tout dépend du budget que tu voudrais mettre.
      J’en aurai peut être une qui pourrait t’intéresser, ayant assisté à un séminaire l’année derniere dans cette superbe salle.

  5. Bonjour à toutes et à tous,

    J’ai beaucoup hésité avant d’écrire ce commentaire car j’ai honte. Mais je me dis qu’entre chercheurs sincères c’est un peu l’endroit pour échanger.
    Depuis 2 mois, j’ai l’impression que beaucoup de prises de conscience ont été effectuée.
    J’ai découvert que j’avais de la colère en moi moi qui ne me met jamais en colère, un manque de sécurité, de la honte de mes défauts et pensées et que dans mes pensées malgré que je sois quelqu’un de pétillant j’étais pleins de croyances limitantes (exemple, si tu fais met pas ton manteau tu vas tomber malade).
    J’essai d’accepter tout cela, et de me dire ok ca c’est ton passé maintenant tu peux décider d’autre chose. Mais j’ai le sentiment de tourner en rond. Sauf que plus des choses remontent plus cela m’angoisse. Je deviens hypersensible et je dors très mal. J’ai beau essayer d’appliquer ton conseil Maxime de moins penser… En le faisant sincèrement je bloque je n’y arrive pas. L’angoisse reste et je me remet à penser.
    J’ai l’impression que je suis en mode « défensive », je prend prétexte de tout pour angoisser. Notamment une peur de l’invisible qui est né il y a 10 mois maintenant qui est lattant mais qui ne part jamais et ne me rend jamais sereine. J’essai de la visiter mais sans succès. Je crois voir poindre une peur de me retrouver toute seule en difficulté, et d’insécurité. Cette peur a été alimentée par plusieurs choses ces 2 dernières semaines, je suis tombée par hasard sur des lectures de livres « réputés » pour d’autres sujets qui en parlaient (que des entités existaient et pouvaient prendre notre énergie). Cela a été couplé avec une méditation pendant laquelle j’ai ressenti des sensations bizarres, et des sensations sur l’épiderme du dos que quelque chose se promène.
    Alors je me résonne en me disant que cela n’a rien d’irrationnel, que c’est juste mon corps qui libère des tentions. Mais le doute me ronge. J’ai essayé ce week end d’aborder les choses différemment en me disant dans le pire des cas que peut il se passer ? J’ai réalisé que rien alors j’ai été sereine toute la nuit, mais le lendemain matin rebelote. La peur qui revient. Et du coup je suis attentive à la moindre sensation physique inexpliquée argggg ras le bol .

    J’ai l’impression que j’ai plus instauré un mécanisme. Mais je n’arrive pas à m’en sortir.et plus je médite (malgré moi j’ai peur pendant celles-ci du coup de lâcher prise), m’oblige à penser positif et à ne pas y penser plus je psycote.

    Alors je me dis bon maintenant tu arrêtes et tu décide de ne plus subir et que tu as le droit d’être heureuse que de se sentir mal n’est pas un état normal. J’essai d’instaurer mes essences. Mais plus je fais cela plus je m’angoisse…
    Désolée pour ce poste si bizarre mais j’ai envie d’aller au bout pour passer à autre chose. Je sens que dernière cela y a la lumière . Et j’ai envie de me dépatouiller de tout ceci .

    • Bravo Marie, même si tu te sens mal avec tout ce qui se développe en toi, tu peux aussi être fière de toi : d’avoir fait ce commentaire. Tu prends le problème à bras le corps, sans avoir peur, devant nous tous en en parlant à Maxime, qui pourra t’aider. Tu t’aimes et tu te veux du bien. Super ! J’ai hâte d’entendre la réponse de Maxime. A demain les pétillants.

      • Merci Katy pour ces encouragements:) En effet, malgré que ça soit compliqué je me dis que j’ai un message à intégrer:)

        Et je crois que une petite idée à germée cette après avoir écrit ce post.

        La première idée que j’ai eu au réveil c’est “arrête de tout vouloir maitriser et d’avoir peur de ce que tu ne peux pas maitriser etttttt lâche prise”…:):)

        Je ne sais pas pourquoi je sens que la réponse de Maxime tendra vers ça…:):)

        Mais avez vous des conseils pour y arriver??:) Car intellectuellement j’y adhère à 10000%:) mais dans le ressenti et au quotidien lol

        Belle journée à vous!
        Marie

  6. Bonsoir Maxime, bonsoir chercheurs sincères,
    Je suis très content d’être à nouveau parmi vous ce soir 😀 .
    Je continue à lâcher prise et ça me plaît !!!!!!!!! Je ressens une déconnexion croissante du monde matériel et des affaires financières.
    Mais voilà ma problématique actuelle :
    Mon ex, son compagnon et moi-même vivons dans l’instant présent, et nos relations sont apaisées, et arrive la question bien concrète du divorce.
    Les conseillers de chaque partie, que ce soient des amis ou les conseillers juridiques nous amènent à nous prémunir contre tout ce qui pourrait arriver jusqu’à notre mort et de tirer le maximum d’argent de la répartition. Après, il y aura aussi les actions très concrètes de vente de maison (ou pas), des meubles…En fait, ça nous gonfle tous, mais nos conseillers nous conseillent de quitter le moment présent pour imaginer tous les pires scénarii.
    Ma question : comment gérer cette discordance ?
    Merci Maxime de m’éclairer !!!

  7. Bonsoir Maxime, bonsoir au camp de base,
    Ma première question, très courte, est : que penses-tu de l’EFT ? Efficace ou non ?
    La seconde concerne l’amour de soi. Peut-on apprendre à s’aimer ? Comment ?
    Je sors d’une relation difficile avec un traumatisé de l’amour, qui ne donne rien, ne pense qu’à lui, ne veut pas s’engager, est dans le dénie, se ment à lui-même… et j’ai cru que l’amour le ferait changer, mais il ne veut surtout aimer personne de peur de souffrir et a mis en place depuis plusieurs années toutes les protections possibles pour ne surtout pas tomber amoureux… et finalement n’est pas si malheureux. J’ai donc mis fin à cette relation et je me sens beaucoup, beaucoup mieux, libérée, plus légère, je retrouve ma sérénité et le sommeil (YES !!!).
    J’en ai retiré un certain nombre de leçons (cool) et l’effet miroir a très bien fonctionné : il ne m’aime pas parce que… je ne m’aime pas. Mais il ne m’aime pas parce qu’il ne s’aime pas non plus puisqu’on ne peut donner que ce que l’on a… donc je suis pas non plus capable d’aimer parce qu’en le quittant je me suis aperçue que je n’étais pas amoureuse, ou alors je me suis super bien protégée (il doit y avoir des degrés ? J’ai toujours pensé donner de l’amour aux autres, quelle découverte !). Donc le miroir est parfait dans tous les sens !
    Je ne pense pas pouvoir travailler seule sur cette blessure. Acceptes-tu Maxime de m’accompagner ? Et puis tu vas certainement en découvrir d’autres, pas possible autrement…
    Peut-on en discuter rapidement ce soir et dès demain je demande sur le blog un accompagnement personnalisé ?
    J’espère être parmi vous à 19H. Si ce n’était pas le cas je me manifesterai en vous rejoignant et si on peut discuter un peu à la fin…
    Comme d’hab mille mercis

  8. Bonjour Maxime, bonjour tous les chercheurs sincères,

    Je viens de lire vos commentaires et étrangement je retrouve un peu de mes préoccupations dans chacun d’eux….j’avance sur certains sujets et pas vraiment sur d’autres ….la colère du profil 1 surgit lorsque l’autre vient appuyer sur le bon bouton ….pourtant j’ai l’impression de faire mille efforts, d’observer …de prendre de la hauteur ….. Oui mais …..
    Hier j’ai regardé Yes Man comme tu me l’avais conseille Maxime ….formidable ….un bon moment de lâcher prise ….. Oui mais …..
    Ma question depuis longtemps est en quoi suis je légitime ?
    J’ai toujours eu des idéaux …..oui mais ….les autres n’ont pas les mêmes ….ok j’accepte ….cependant je reste à cette question ….ou est ma légitimité sur cette terre ? Je ne sais pas l’exprimer autrement ….image de soi, confiance, energie suffisante pour réaliser le ce pourquoi je suis venue …..
    Etre honnête avec soi même ….quelle difficulté ….
    Je ne sais si je pourrai être présenté demain mais je ferai le maximum.
    Merci à vous tous d’être là,
    Anita

  9. Bonsoir Maxime et à vous tous les amis Chercheurs Sincères!

    Enfin je peux me libérer pour être présente au coaching et c’est justement de libération que je viens vous témoigner ce soir..
    Pour raconter les faits brièvement, la Vie a répondu à une demande précise de ma part et m’a mise en TP ( travaux pratiques) depuis septembre. Humainement, je qualifierais cette expérience de douloureuse, mais sur un plan plus profond il s’agit en fait d’une expérience ” lumineuse”.
    Une fois de plus il s’agissait d’une relation ” amoureuse” avec pour la 3 ème fois un scénario identique face à une personne manipulatrice et hautement toxique: des apparences trompeuses, des intuitions, la découverte de la vérité et la fuite…sauf que cette fois ci et bien heureusement j’ai fui suite à mes ressentis sans attendre les preuves et bien m’en a pris. Les preuves sont arrivées quelques jours plus tard!
    Je vous témoigne cela car ce qui est intéressant est l’enseignement qui en ressort: face à une personne manipulatrice, un usurpateur ou un mythomane, notre mental n’est PAS ASSEZ FORT. Personnellement j’ai fait le choix à un moment donné d’écouter mon corps, mes ressentis, mes intuitions. Il était parfois difficile d’identifier cette ” petite voix ” au milieu du vacarme car je ne la trouvais pas toujours sensée ou légitime. J’avais l’impression de devenir folle à me sentir à ce point en danger. Je me rends compte que malgré tous les enseignements que j’avais reçus, intégrés, mon mental voulait prendre le dessus et censurer ‘ l’invisible”, l'”indicible” le ” non formel”.
    Mais les ressentis et les synchronicités à répétion étaient trop évidents. Donc je me suis ” libérée” le 14 février ( pur hasard..) et contre toute attente une seule phrase a suffi pour qu’il lâche son emprise.
    Je parlais d’expérience ” lumineuse” car il m’a fallu en passer par là pour savoir en pratique me reconnecter à moi même. Acceptons la légitimité de notre ” petite voix” même si elle est contraire à nos croyances. Nous écouter et nous aimer…c’est notre pouvoir et notre liberté.
    J’espère être présente pour en discuter et je vous remercie tous pour vos partages!
    Merci à toi Maxime,

    Laetitia

  10. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous,

    L’Ennéagramme est un bel outil de connaissance de soi et de développement personnel, qui met en évidence nos modes de fonctionnement automatiques et nous permet de nous ouvrir à d’autres visions du monde, pour ce que j’en perçois.
    Peut-on également se risquer à s’y référer vis-à-vis d’autres personnes sans tomber dans un étiquetage abusif ?

    Merci d’avance pour tes lumières et à demain, j’espère être là vers 19h.

    Martine dlb

  11. Bonjour Maxime, Bonjour à tous,
    Je vis actuellement une période très difficile où je ne crois plus en rien : plus rien ne m’enthousiasme.
    J’ai 28 ans. J’ai travaillé 3 ans dans l’Assurance, études statistiques à la Défense. J’avais l’impression que ce travail prenait trop de place dans ma vie, et que comme, en plus je ne l’aimais pas, ça m’enlevait toute énergie/motivation pour me faire des amis et me construire une vie personnelle : le week end je n’avais qu’une envie, me reposer de ma semaine, et “à quoi bon chercher un petit copain si globalement ma vie ne me plaît pas ?” je me disais alors. J’ai donc décidé de faire une année sabbatique où j’organisais ma vie comme je voulais, je prenais le temps, faisais des lectures hyper intéressantes, avec un petit côté “je suis bien contente d’être en dehors du monde”. J’ai adoré cette période, surtout à ses débuts, j’avais l’impression de redécouvrir la vie. L’idée était de me laisser l’espace pour que je puisse trouver une activité professionnelle dans laquelle je m’épanouirais +, ce qui déclencherait en cascade une vie personnelle plus satisfaisante. Pendant cette période, j’ai essayé de me construire ma propre vision sur la vie en faisant mes propres synthèses à partir de lectures en devpmt personnel. A l’époque, je trouvais cette réflexion passionnante. Aujourd’hui, pour des raisons financières, je suis obligée de reprendre un travail dans l’Assurance, mais je n’ai aucune motivation. Je ne vois pas d’autre métier qui me motiverait vraiment. J’ai l’impression que toutes mes théories sur la vie ne m’ont pas aidé à me construire une vie plus harmonieuse, et d’en revenir au même point : si je n’ai pas un boulot qui me plaît, je n’aurai pas l’énergie de me construire une vie perso. Ma question est : Quel conseil me donnerais-tu pour retrouver goût à la vie ? et le minimum de motivation dans mon travail pour faire ce que j’ai à faire et gagner ma vie ?
    Merci Maxime pour ton avis

  12. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous. J’ ai envie de ME dire ” cessez d’ etre gentil, raisonnable… soyez vrai !!! ” … Oui je suis sous le porche d’ entrée d’ une nouvelle façon de me comporter, de m’ affirmer… La chrysalide ne s’ est pas encore ouverte et le papillon n’ est pas encore sorti, mais je ne suis plus seulement la petite chenille, je suis elle et plus que cela… La transformation extérieure va venir, mais je vais devoir accepter, il me semble, de vivre des émotions que j’ essaye d’éviter, comme la colère… (j’ai par le passé eu des mots qui dépassaient ma pensée et qui sortaient sans que je les controle…) L’ accueil de cette émotion tout seul, serait sans doute mieux qu’ en réaction à une situation avec le risque de froisser quelqu’un (mais bon… lui non plus ne serait pas là par hasard…). J’ai envie de ressentir plus de paix, d’ amour de gratitude et bizarrement j’ai la sensation qu’il serait bon pour moi de libérer des émotions comme la colère… D’ où ma question, n’ est ce pas contradictoire ? Merci d’avance pour ta réponse Maxime. Très probablement à ce soir en direct ! Excellente continuation à tous les chercheurs sincères 🙂

  13. Salut tous le monde, Bonsoir Maxime,

    Ma question rejoins un peu celle de Maeva au final avec le “ce pourquoi nous sommes fait” et notre mission de vie. J’ai 31 ans maintenant et je reviens d’un voyage d’un an à l’étranger qui m’a beaucoup appris sur moi même. J’ai eu la chance de faire ce voyage accompagné de ma meilleure amie. Depuis notre retour nous sommes complètement déboussolées. De mon côté, j’ai du retourné vivre chez ma mère. C’est une période transitoire qui me permet de réfléchir sur la direction que je veux donner à ma vie. Si je m’écoutais je repartirais dès que possible mais cette fois seule. J’ai une croyance limitante tenace qui est “à 31 ans je devrais plutôt me trouver un boulot, un appartement, un copain, faire des gosses.” Le truc lourd que la société nous mets dans le crâne depuis enfants. Ma question est donc comment être sur que les choix que je vais faire m’appartiennent réellement? Qu’ils ne sont pas conditionnés par mes peurs du regards des autres etc..
    Merci beaucoup pour le temps que tu accordes à chacun! Et bravo à tous d’être sur ce chemin d’évolution. A très bientôt! 🙂

  14. Salut Maxime, salut la compagnie !
    Comment trouver la force et l’énergie d’être indépendante et d’oser? oser faire ce que je veux en toute circonstances.
    Trouver la force de m’assumer entièrement, seule.
    Je n’ai réussi à prendre suffisamment mon autonomie. Je suis encore comme un enfant. Je me fie trop aux avis des autres et j’attends qu’ils m’apporte les réponses. Je tombe éperdument amoureuse quand je rencontre un homme en qui je peux vouer ma confiance, qui a une bonne capacité d’analyse, de prise de décision en plus de ce qui me fait vibrer.
    Je crois que j’attends trop d’un homme, je suis comme une orpheline qui chercherait un père…au lieu d’avoir le courage, le force de vivre par moi même…je ne sais comment y parvenir. j’ai besoin d’un guide et je le recherche dans la relation amoureuse. Mais toutes ces exigences font que je rencontre si rarement un tel homme, que le jour où effectivement il croise mon chemin (et que ses qualités se confirment quand j’apprends à le connaitre), ça a tellement d’importance que mes émotions m’empèchent d’être spontannée d’oser aller vers lui, de créer un lien… je reste des mois et des mois souvent des années dans le silence à rêver cette relation, à ne pas vouloir me confronter par peur d’un rejet…et puis au bout de longtemps je suis obligée de voir la réalité en face cette relation n’est pas possible… je souffre à en mourir, mais je continue de regarder cet homme et le peu d’espoir qu’il m’a laissé pour ne pas sombrer. des mois des années…jusqu’à ce que peut être je rencontre à nouveau un homme avec suffisamment de qualités… mais c’est si rare…
    Du coup n’arrive pas à vivre l’amour, je vis des relations insatisfaisantes, avec des hommes qui ne sont pas à la hauteur. et dans lesquelles je ne peux pas m’impliquer pleinement car je suis restée bloquée, amoureuse de mon vrai prince charmant…ou attendant le suivant… et je répète ces situations toujours plus douloureuses.
    Et je m’aperçois dans l’échec combien cet homme “parfait” donnait tout son sens à ma vie, je suis si perdu dans son rejet que je fais tout pour pouvoir continuer d’espérer jusqu’à croire que d’une autre façon, en changeant la demande, un autre jour, car je suis en train d’évoluer…j’arriverai à partager un peu avec lui…

  15. Bonsoir Maxime, bonsoir les Chercheurs (-euses) Sincères 🙂

    Voici un petit topo du moment : je pratique de façon assidue la méditation, je lis pas mal (bon ça c’est sûrement pour donner à manger à la partie intellect’ et rationnalisante), j’essaye d’avoir une hygiène de vie correcte, je suis réellement engagée je crois dans la démarche de mon chemin personnel et en ce moment je vis de façon assez chaotique émotionnellement…Je suis dans l’intention de pratiquer pour pratiquer sans attentes, du moins sans l’idée que mon hygiène de vie globale me serve à tout contrôler (à moins que ?)

    Assez peu calée en énergétique j’ai vu passer que s’ouvrait une nouvelle période qui pouvait être réellement bouleversante pour les personnes non alignées… (là je cherche encore des explications à ma tornade émotionnelle hin c’est grillé ^^)

    Malgré ma bonne volonté et du boulot, je suis toujours dans le flou et le marasme émotionnel qui me traverse en ce moment ne m’aide pas du tout…
    Petites nouveautés pour Mars 2017 >> des sortes de crises d’angoisses au réveil le matin j’ai très mal au plexus et dans la gorge et comme des névralgies dans la mâchoire..(heureusement je réussi grâce à la respiration à remettre de l’ordre en peu de temps)..en apparence aucune bonne raison.. si ce n’est l’idée récurrente de la responsabilité quand à notre chemin, nos décisions et l’aptitude à profiter du chemin…

    Je commence à être vraiment fatiguée, je vois ma capacité à ressentir de la joie qui s’amenuise ces derniers temps, je ne me reconnais pas vraiment… j’essaye d’accepter ça, mais c’est tellement inconfortable et un peu flippant.. Est-ce que c’est l’arrivée d’une nouvelle Elsa ?

    QUESTION : que faire dans des moments pareils, sachant que j’ai un bon lot d’outils à ma disposition ?

    Si quelqu’un a des précisions sur les phénomènes énergétiques du moment aussi, j’étais peu ouverte à tout ça avant, mais mon mental rationnalisant semble capituler à ce niveau depuis que je médite régulièrement….

    A ce soir normalement si je rentre à temps ! J’ai amené ordi et oreillette sur mon lieu de repos ^_^

    Elsa 😉

  16. Bonjour Maxime et bonjour tous les chercheurs !

    Je voudrais d’abord dire avec grande joie que depuis le dernier coaching commun auquel j’ai participé, en janvier, la vie a beaucoup bougé. J’ai eu le sentiment depuis décembre que j’ai pris mon bonheur en main et pas mal lâché prise sur un tas de choses (sur l’incertitude de l’avenir professionnel, sur les petites crises de mes ados, sur des soucis de santé…). Et là, je me sens tout simplement heureuse, je suis bien avec les gens que j’aime, avec mon entourage. J’ai des amis et de très bons contacts avec eux, on se parle beaucoup, on rit beaucoup. Mais là, où je constate que ça bloque, c’est en présence de personnes que je ne connais pas. Lorsque je suis amenée à rencontrer de nouvelles personnes, on dirait que je ne suis plus moi. Je veux être moi et c’est pas moi, je le vois comme si j’étais à l’extérieur de moi-même. Et ça, surtout si l’on est en groupe.
    Je sais que mon mode de fonctionnement a souvent été d’avoir besoin de temps pour être bien avec les autres. J’ai mis ça sur le compte de la timidité.
    Mais ce qui me dérange, c’est cet espèce de blocage que je ressens. Alors, d’où cela peut-il venir ? Une sorte de peur ? Comment l’identifier, comment lâcher là-dessus ?

    Je ne suis pas encore sûre de pouvoir me libérer ce soir, j’essaye en tous cas !!

    Merci de tout coeur Maxime et des bisous à tous

  17. Bonjour Maxime, Bonjour les chercheurs sincères
    Après un deuil amoureux comment vivre une nouvelle relation « amoureuse » en gardant son autonomie affective, sa liberté intérieure et ne pas retomber dans les mêmes erreurs ?

  18. bonsoir maxime et bonsoir à tous
    ce petit mail pour te donner un retour sur ta réponse lors du dernier coaching; tu m’as bien fait sourire en parlant du panda qui ne bouge que si on lui présente des biscuits ( profil 7)… je n’avais jamais pensé à ce profil, répondant plutôt à tous les critères d une consciencieuse! sans doute suis je alors un peu des 2 non?
    Alors depuis ta réponse je me bouge! pas tant au niveau de mes principaux questionnements, mais pour de petites actions au quotidien; le reste viendra peut être après?!
    je travaille également mon degré de victimisation… mais l’équilibre reste fragile car prise entre la réalité ( personnes pas toujours bienveillantes) et l’interprétation que j’en fait ( émotions+++): la méditation m’aide, mais souvent après coup ( sur le moment, je le manifeste encore par de la colère ou de la tristesse)
    voilà encore beaucoup de travail! mais je vais continuer sur cette dynamique qui demande beaucoup d’énergie tout de même!
    merci maxime et à bientôt

  19. Bonsoir Maxime, Bonsoir Tout le monde,

    Je viens partager avec vous l’expérience d’un souvenir obsédant qui remonte à ma jeunesse et de ce que j’en fait. Du coup , Maxime, pourrais-tu me dire ce que tu en penses?
    Ce souvenir est remonté il y a 3 jours et depuis ne me quitte pas. Il s’agit d’un espèce de triangle amoureux dans lequel je me suis retrouvée à 19 ans, dans lequel ma sœur et ma mère sont venus interférer. Je me suis retrouvée dans un tumulte émotionnel sans nom , totalement perdue, sans même réussir à l’époque à savoir ce que je voulais, ni ce que je ressentais, lorsque j’ai dû faire un choix face à ces deux garçons amoureux de moi. Aujourd’hui je me dis que la seule raison d’être de ce souvenir est que j’ai fait beaucoup de place dans ma tête et que je suis maintenant en mesure de faire face et de traiter ce choc émotionnel que j’ai voulu oublié très vite à l’époque tellement ce que je ressentais face à ma mère et ma sœur était douloureux et insupportable.
    Ce matin, j’ai réussi à me dire que je devais repérer , lister et accueillir les émotions qui me revenaient : perdue, perplexe, apeurée, trahie, choquée, abandonnée, rejetée, jugée, condamnée, coupable d’être une mauvaise fille et une mauvaise personne. Je sais aussi aujourd’hui que ces événements sont venus conditionnés entre autre mon paysage amoureux, mais qu’ils étaient une manifestation de ce que je portais en moi , et que c’était finalement le début d’une longue liste de déboires amoureux, puisque tant que je refuserai de voir la peur en moi qui se cachait, et comment je me sentais vraiment, cela ne s’arrêterait jamais. J’ai donc découvert que j’avais cette peur viscérale de me faire manipuler et aussi cette croyance que je suis une proie potentielle et facile, et que pour me protéger maintenant, je m’isole, je me terre , je me cache, je m’enfuie, car je me sens totalement impuissante, et en insécurité totale. Autant dire que ces idées ne m’enchantent guère , car je ne trouve pas ça courageux du tout. Et oui, ça aussi à accueillir, ainsi que la honte de ressentir tout ça…. Beaucoup de boulot…..Mais une chose positive , c’est que je constate que je ne ressens pas ce matin ces sensations désagréables qui me paralysent et clouent sur place habituellement. J’ai donc forcément avancée!
    J’ai donc pratiqué la méditation d’accueil et l’hypnose du tableau noir. J’attends de voir …. sans attendre, car je sais bien qu’il va se passer des choses. Je suis juste curieuse de savoir comment cela va se manifester, sous quelle forme en fait.
    Je devrais être présente ce soir. Donc à très vite

    Solen

    • Olalala.. Solen ton post résonne très fort en moi.. je crois que je suis dans un mouvement où je me convainc de m’isoler et d’être mieux seule car confrontée à un situation similaire.. alors que je suis d’ordinaire hyper sociable etc..Merci pour ta question et ton histoire et ton recul.. courage <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *