27ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


15 réponses à “Coaching commun N°27”

  1. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous,
    Ma question rejoint celle que j’avais posée sur Facebook. Est-on déterminé par la numérologie et ses cycles de 9 années ? J’avoue que parfois c’est troublant de voir ce qui est arrivé en année X avec l’impression que cela correspond vraiment à ce que j’ai vécu ou d’autres personnes de mon entourage.
    Personnellement je pense que notre libre arbitre et notre personnalité font que l’on vit ce que l’on a envie de vivre et non pas ce que des millions de personnes sont censées vivre parce qu’étant à telle année de leur cycle, et qu’il y a en plus beaucoup d’autres paramètres à prendre en compte en numérologie, mais j’aimerais néanmoins savoir ce que tu en penses et s’il y a quelque chose à retenir de ces “prédictions”.
    Merci par avance Maxime.
    Bon coaching à tous… à 18 H je serai encore au bureau…

  2. Bonsoir Maxime , bonsoir à tous ,

    Je prends conscience en ce moment que c’est souvent moi qui relance certaines personnes pour prendre des nouvelles , je souhaiterais faire le point sur ce que j’ai vraiment envie par derrière mes relances , est-ce que je me sens “abandonnée” ( travail sur la blessure d’abandon ) , est-ce que j’ai envie de savoir si la personne va bien par empathie ou est-ce de la dépendance affective ?
    Comment faire le tri ?
    Mon ego me dit de ne pas rappeler et laisser faire car finalement s’ils n’appellent pas pourquoi est-ce que j’appellerais ? mais ca c’est l’ego ! en même temps ras le bol que ce soit toujours moi …..
    merci pour ton aide Maxime

  3. bonsoir Maxime,

    je voudrai savoir comment gérer ce manque de motivation pour aller jusqu’au bout de mes projets car j’ai la mauvaise habitude de laisser tomber ou me laisser distraire à chaque fois que j’entreprends un projet (boulot, loisirs…) je ne vais pas jusqu’au bout ! grrr !!! je ressens de la lassitude, une paresse chiante !! comment faire ?
    j’ai décidé quand même d’aller voir un kinésiologie jeudi car bp de blocages m’empêchent d’être réellement moi-même; j’espère que cela déclenchera de nouvelles portes…
    encore merci à toi pour tout tes conseils précieux et de ta bienveillance.
    Valérie

  4. Bonsoir Maxime, bonsoir les Chercheurs (-euses) Sincères 🙂

    Comment, dans la nécessité de passer à l’action concrète trouver toute la ressource pour prendre une décision pénible ?

    Je vis une situation depuis 6 mois qui avec le temps et la configuration me fait du tord (relation très forte avec un homme qui vit loin, sachant que je SAIS qu’il n’y a pas d’avenir pour nous 2 pour pleins de raisons, malgré les sentiments qui existent) rationnellement tout me pousse à couper les liens qui m’unissent à cette personne.

    Un jour je suis super motivée et vaillante, prête à accepter que ce sera pas facile mais que c’est le meilleur pour moi, j’en aurai presque du soulagement à l’avance..
    SAUF QUE…le lendemain je regarde la situation avec les yeux du coeur, en voyant que les belles choses que cela m’apporte…

    Comment rester avec le leitmotiv du “meilleur pour moi-même” et me forcer vraiment à couper les ponts ?

    Depuis 3 lunes décroissantes je suis motivée pour faire un atelier “bonhommes allumettes” … et gros blocage impossible de passer à l’action..en voilà une nouvelle qui arrive et j’aimerai vraiment me lancer.

    J’ai beau tourner la situation dans tous les sens, chercher les bénéfices secondaires qui me retiennent … je ne “comprends pas”. Ma tête dit STOP en gros, gras, clignotant, mon coeur et mon ventre vont dans l’autre sens.

    J’imagine que la souffrance est un indicateur puissant qui me dit que se retirer de cette relation au plus vite est la meilleure solution.

    Voilà, comment réussir à me lancer ?

    Bon coaching à toutes et tous 🙂
    Elsa

  5. Bonjour Maxime, bonjour les chercheurs sincères,

    Depuis le début 2017, j’entrevois une activité professionnelle bien plus intéressante dans la formation vers les particuliers, par contre j’ai du mal à savoir par quel bout commencer. J’ai par deux fois suivi la conférence Blogueur Pro d’Olivier Roland et à chaque fois, je n’ai pas eu envie de signer. Son style entrepreneurial ou le ton de sa voix bref je ne sais pas, me rappelle trop l’état d’esprit dans lequel j’étais lorsque j’avais ma première entreprise, il y a 20 ans.

    Depuis le début de l’année, je mets de la douceur dans ma vie comme tu me l’avais conseillé, et j’en suis ravi, du coup son discours ne me parle plus. Comment faire ? J’aimerais démarrer en douceur, car ma démarche personnelle n’est pas encore terminée, je suis entrain de vendre ma maison et ensuite je vais divorcer ; néanmoins, j’aimerais bien avancer doucement professionnellement en parallèle.

    Merci d’éclairer stp.
    Thierry

  6. Bonsoir à tous,
    Parmi vous depuis peu, j’ai quasi écouté tout les CC et ça a été très instructif. Ainsi que la séance téléphonique avec toi Maxime. Merci.
    Mais avec plus de connaissances malheureusement les choses se sont empiré..

    Bon, dur de faire court, en gros j’aurai aimé ne pas me réveiller. Genre rester dans la matrice.
    J’ai pris vraiment conscience que mon ego sur entraîner est aussi mon pire châtiment, c’est une lutte permanente avec mon âme qui veut se réveiller. Jusque là j’ai réussi et réalisé ce que je voulais avec les moyens dont je disposais, entreprise, maison, compétitions, sports extrêmes.. Maintenant à 36 ans, usé tant physiquement et surtout sentimentalement je me retrouve inexorablement face à moi même…

    d’où ma question comment s’aimer sans dépendre de l’autre?? Retrouver goût à la vie. Même sauter à 4000m me blase:/

    Je me suis énormément documenté j’adhère vraiment à tout ce côté ésotérique mais rien y fait j’essai bien sur le lâcher prise, le moment présent, méditation and co… help !

  7. Bonsoir tout le monde.
    les journées sont vraiment trop courtes… Et les week-ends le sont encore plus…
    … Enfin c’est l’ impression que j’ai en ce moment…
    j’ aimerai avoir plus de temps à moi.
    j’aimerai profiter plus de l’ instant, sans forcément faire quelque chose. Comme par exemple m’ assoir plus longtemps pour contempler la faune et la flore dans mon jardin…
    C’est quand même bizarre cette notion de temps qui s’ écoule… Le temps horloge qui fait défiler les secondes d’une même durée les unes après les autres… Et notre perception du temps, qu’ on ne voit pas passer quand nous sommes occupé par quelque chose de plaisant…
    d’ où ma question : existe t’ il des techniques pour ralentir notre perception du temps pour savourer encore plus les bons moments ?
    Énorme merci Maxime pour ce que tu m’ apportes au quotidien ! Bonne continuation à tous les chercheurs sincères 🙂

  8. Salut les amis !

    Ma question principale aujourd’hui porte sur un manque de stabilité. Je constate que ma perception du monde des choses des situations est changeante, fluctuante. Et qu’en fonction de mon état émotionnel, ou de mon état de fatigue, je porte un regard tout a fait différent sur une même situation et donc mon avis ne sera pas le même. C’est parfois perturbant pour mon entourage. Pour moi aussi, mais je m’observe et m’y accommode. Au final, je ne sais pas ce que je veux ou plutôt, ce que je veux est variable et c’est insécurisant pour moi quand je dois prendre une décision, et surtout dans un processus collectif, au consensus où au consentement.
    Par ailleurs je suis capable de comprendre et d’adopter différents points de vue et souvent dans l’impossibilité de choisir quel est le mien.
    J’ai un tempérament empathique qui me permet aussi en générale de comprendre particulièrement bien ce que vivent les autres, de “me mettre à leur place” et de comprendre leurs besoins. Aussi lors d’une discutions où deux personne sont en opposition, je suis d’accord avec les arguments de chacun et suis incapable de prendre position.

    Aussi, comment être plus déterminée ?

    Je ne me sens pas assez autonome, « inébranlable », j’ai des réactions émotionnelles très fortes, disproportionnées, grande émotivité, qui m’a souvent amené à quitter brusquement un lieu collectif pour ne pas montrer mes larmes, pour retrouver mon calme… mais là-dessus je m’améliore.

    A 36 ans, j’ai encore du mal à réaliser que je suis une adulte. Et suis encore trop souvent dans un mode attente. Attente que les autres m’apportent des infos, des connaissances, qu’ils fassent ce que je ne sais pas faire… J’aimerais aller plus de l’avant.
    Je me sens fragile et vulnérable et j’attends des marques d’attention des autres, car de me sentir aimée me donne le sentiment d’être en sécurité. J’ai beaucoup de mal à me sentir parfaitement détendue, mais quand ça m’arrive, les rares moments ou ça m’arrive, je suis heureuse.

    Je suis encore trop souvent dans un état émotionnel anxieux, ressentis interne trop présent qui est souvent en décalage total, sans lien avec ce que je fais et ce qui se passe autour de moi.
    C’est comme si j’avais une lame à travers le cœur, depuis si longtemps que parfois je m’y habitue et ne la sent plus mais qui est toujours bien présente pompant une grande partie de mon énergie vitale et me blessant dans de nombreux mouvements.
    Je suis heureuse malgré tout, du projet d’écovillage que je monte et de sa dynamique, des gens qui m’entourent, du lieux magnifique de 25ha dans lequel je vis, de mes progrès en musique, de mes talents…de beaucoup de choses… mais je voudrais arriver à moins souffrir.

  9. Bonjour Maxime !
    Bonjour à tous!

    Je confirme les relations sont faites pour nous faire grandir.Pour autant il y en a qui font grandir dans la paix la fluidité le respect la douceur et d autres dans la souffrance .J ai vécu les 2.
    Donc à choisir je préfère la 1ère !!
    J ai vécu une relation qui m a fait prendre conscience de mes essences , c est top ! Pour autant il n était pas libre et avec l effet miroir , je me suis aperçu que moi non plus je ne l étais pas; il me reste ce sentiment étrange au fond de moi cette fausse croyance que ” ce ´´est pas pour moi , c est trop beau …..,c est pour les autres….”
    Comment me débarrasser de cette fausse croyance ,de ce poids?
    Aurais tu une piste stp
    Merci

  10. Bonjour Maxime, bonjour à tous les chercheurs sincères,

    Comme Valérie depuis des mois je n’arrive pas à avancer concrètement …ou alors est ce une impression ….j’ai démarré une activité de MLM …qui n’avance pas …et une formation de coach avec un grand enthousiasme cependant plus le temps passe et moins je vois ce que je pourrais en faire …..
    Croyances limitantes qui m’empêchent d’agir ?
    Comme Thierry je n’ai plus envie d’agir de façon automatique, j’ai l’impression de ne plus être la même personne …celle qui faisait les choses parce que c’est comme ça !!!!parce que la société nous le demande ….!!!! d’un côté je me sens libérée mais je crains de ne me mettre en danger si cet état persiste ….comment trouver un équilibre, un état satisfaisant pour avancer avec légèreté ?
    Bonne journée à tous
    A ce soir
    Anita

  11. Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Ma question pour ce soir ( en replay pour moi ! ) :
    Comment se détacher du regard des autres, de l’envie de projeter une image “positive”, conforme à ce que l’on s’imagine que l’on attend de nous, à la la pression sociale… pour pouvoir être pleinement nous-même ?

    Merci d’avance, Maxime, pour ta réponse et à bientôt,
    Martine dlb

  12. Bonjour à tous,

    Ma question concerne l’acceptation des émotions : la tristesse, la frustration, la déception, l’irritation en relation, parfois une colère sourde que je ne peux pas exprimer. En méditation et grâce au module 2 j’essaie de ressentir dans mon corps et je ne suis pas sûre de ce ressenti, de la forme et de la localisation ( je dirais que c’est toujours dans la gorge ).
    Ce travail est important pour moi car je sens qu’il peut être une façon de ne plus avoir besoin de mes addictions ( cigarettes, verre de trop quand je m’ennuie quand je me sens énervée par les autres ) Comment être sûre que je suis sùr la bonne voie ? Et plus je fais ce travail et moins je ressens d’amour et de compassion pour les autres, je m’isole. Est ce une êtape ? Vais je devenir associale, moi qui étais le contraire ?
    Comment concilier un idéal intellectuel et une personnalité qui me permet de moins en moins de l’atteindre ? ( là est mon conflit intérieur depuis tant de temps !!)
    Merci Maxime

  13. Bonsoir à toutes et à tous,

    Je vous écouterai avec attention en différé car je ne serai pas avec vous ce soir 🙁

    Comme vous le savez, mon intention depuis plusieurs semaines maintenant, est de travailler sur l’écoute de mes émotions. J’ai vécu récemment de grands moments de bonheur intérieur : notamment ma mère qui, pour la première fois, m’a serrée fort dans ses bras en me disant “je t’aime fort”. Avant, les moments de joie s’évanouissaient sans laisser de trace, il ne restait plus que le côté mental. Je savais que j’avais vécu de la joie, mais aucune émotion pour venir étayer mon souvenir. Seules les émotions douloureuses étaient ancrées en moi. Ceci était cause d’inconfort lors des méditations pour installer le bonheur. Aujourd’hui, c’est différent car il me semble que j’ai vécu ces moments de bonheur en conscience, et que c’est pour cette raison qu’ils génèrent toujours en moi des émotions extraordinaires. Je suis heureuse car je sais maintenant que je peux aller chercher ces émotions quand le besoin s’en fait sentir.

    Je sens que je suis plus ancrée, plus présente à moi-même, de m’affirmer sans plus me soucier de ce que les autres en pensent. C’est bon de ne plus flotter au-dessus du monde comme un ballon de baudruche en espérant qu’une main charitable se saisisse de la corde pour le retenir et l’enraciner durablement 😉

    Je me sens plus ancrée dans la présence à moi-même, mais en contrepartie je me sens plus détachée par rapport à ce qui vient de l’extérieur et qui me blessaient auparavant : des gestes, des paroles, des comportements … Cela me dérange toujours car j’aimerais que ce soit autrement, mais je ne descends plus aux enfers comme auparavant.

    Est-ce normal Maxime de se sentir à la fois ancré(e) et détaché(e) ?

    Merci Maxime et à vous chercheurs sincères.

    Gros bisous

  14. Bonjour à tous,

    Depuis quelques temps je ressens une forme de tristesse et solitude assez profonde.
    Je travaille sur l’accueil de cela. Cependant, depuis plusieurs mois j’avais pris l’habitude d’installer quotidiennement mes essences. Or, et bien depuis que la tristesse est très présente, c’est devenu très difficile pour moi de faire la méditation sur les essences, comme si c’était “impossible” de les installer, ca sent faux… et on dirait que mon corps ou mon cerveau n’en veulent pas! 🙁
    Que pourrais-tu me conseiller Maxime, stp?
    Belle journée à vous

  15. Bonsoir Maxime, bonsoir tout le monde,

    Je me rends compte que j’ai peur de déclencher des émotions chez les autres qui auraient un impact sur moi, tel que les conversations dont le sujet demanderait à être argumenté. Je ne manquerai pas d’argument sauf que c’est là que ça bloque. Je me dis à quoi ça sert de dépenser de l’énergie dans une conversation qui pourrait déclencher de l’agacement et si c’est pour entendre encore sous-entendre que je suis à l’ouest, trop dans psycho ou trop philo ou illuminée ou que sais-je encore, je préfère encore me taire. Et du coup, je me tais encore trop souvent. Et cela ne me convient pas non plus puisqu’à l’intérieur, ça boue.

    Quelle serait donc la meilleure attitude à adopter?

    A ce soir.

    Chaleureusement,

    Solen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *