28ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


11 réponses à “Coaching commun N°28”

  1. Ma plus grande problématique est d’être en accord avec moi même.
    Comment être sûre de prendre les bonnes décisions celles qui sont positives pour soi?
    Comment identifier ses émotions? La plupart du temps je suis triste mais je ne sais pas identifier pourquoi, ni dire quelle émotion était à l’origine de ce mal être.

  2. Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Maxime, pourrais-tu nous parler de l’Estime de soi ? Non pas de la Confiance en soi, en ses moyens, en la vie… Mais du problème de l’image que l’on a de soi, de sa propre valeur, d’un sentiment profond de peu d’importance, de n’être jamais assez bien, d’inutilité… même si l’on peux toujours aider les autres en surface. Comment peut-on faire évoluer cela ?

    Merci d’avance pour ta réponse, et à demain !

    Martine dlb

  3. Bonsoir maxime , bonsoir à tous ,
    Dans la même idée que martine , j’ai également un sentiment d’être inutile , de ne pas savoir pourquoi je suis là en fait ..
    Ce que je fais ne nourrit pas en profondeur mon être et je ne trouve pas ma place …
    La vie me renvoie sans cesse des situations pour que j’accueille les blessures d’abandon , je sais que je dois vivre pour moi avant tout ,sans dépendance affective et j’avance dans ce sens grâce à la formation , je n’ai pas peur d’être seule , j’essaie de ne pas retomber dans des relations de dépendance et c’est de plus en plus clair pour moi , j’arrive à être dans l’observation de ce qui se passe et à prendre de la distance par rapport à la situation .
    Mais voilà j’ai besoin d’avoir un but et je n’en ai pas , je ne trouve pas ce dans quoi je pourrais m’épanouir , car finalement quand on quitte les “rôles” qu’on a emprunté au cours de sa vie on se retrouve un peu perdu !
    C’est une sentiment très profond difficile à décrire …on parle de “mal être” , c’est un peu celà j’ai mal à mon être !
    Merci maxime pour ton aide précieuse

  4. Bonsoir Maxime,
    Bonsoir les sincères chercheurs 😉

    Je suis en train de prendre conscience que je n’ai plus aucune motivation pour travailler dans le monde de l’entreprise (clients ou employeurs).
    D’autre part, je ne suis encore prêt pour aucun des autres métiers que j’envisage à destination des particuliers et qu’il va encore me falloir du temps (web, yoga, danse, accompagnement, photo…). Même Pôle Emploi me le confirme en me disant de d’abord régler mes sujets privés (maison, divorce) et de ne pas prendre de grande autre décision tant que ce n’est pas fait.
    Du coup, j’avance à mon rythme d’escargot, qui me convient car je me sens bien ainsi, j’apprends et j’évolue, et j’imagine que les choses arriveront quand elles auront décidé d’arriver ;). De toute façon, je ressent bien l’évolution, aussi car j’attire d’autres personnes à moi, qui sont soit également dans une recherche identitaire et qui veulent s’élever, ou bien qui sont encore dans un mal-être profond et qui cherchent consciemment ou inconsciemment à en sortir.

    Maxime, j’aimerais juste ton ressenti par rapport à cela, car ça m’inspire chaque fois énormément ce que tu dis :D.
    Merci beaucoup !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Bonne soirée !!!
    Thierry

  5. Bonsoir à toutes et à tous,

    Tout comme Thierry, j’avance à mon rythme d’escargot (en Bourgogne, c’est chose courante) ;-). Comme je vous l’ai dit, j’ai pris la décision de ne pas me battre contre moi-même en luttant directement contre mon addiction au tabac. Je me dis que si je me bats contre moi-même, je serai nécessairement perdante. J’ai donc décidé d’accepter et d’explorer pourquoi cette addiction est présente dans ma vie en attendant la séance d’hypnothérapie au mois d’août.
    Il m’apparaît que je comble un vide et que ce vide se nourrit de mes peurs. Je suis tombée sur la peur du manque mais aussi sur la peur d’avoir des ambitions parce que mon éducation a mis au premier plan une valeur appelée “humilité”. Sauf que, ce que mes parents nommaient “humilité” était en réalité plus proche de la dévalorisation de soi. Je me souviens des réflexions du genre “tu n’es pas mieux que les autres”, “arrête de te prendre pour une grande dame” lorsque je me sentais fière de quelque chose que j’avais écrit, dessiné ou exprimé. Jamais on ne me complimentait. Au-contraire, on minimisait mes réalisations pour ménager la susceptibilité de ma mère qui prenait toujours très mal que l’on me mette en lumière. Si on me valorisait, elle se sentait elle-même minimisée.

    Du coup un profond dilemme s’est crée en moi. J’ai toujours été consciente de mes talents artistiques et je sais que je suis faite pour cela. Cependant, une gêne se fait sentir en moi dès que j’ose dire que j’ai du talent. Je suis constamment tiraillée entre l’humilité que l’on m’a inculquée et la reconnaissance de mes talents. Cela me frêne parce que je n’ose pas contacter des maisons d’éditions, ni créer de site internet où exposer mes photos. Cela me freine aussi dans ma formation de voix-off car je n’ose pas envoyer de maquettes de peur de découvrir que je suis un “imposteur”.

    Que sont l’humilité et l’égocentrisme Maxime ? Peut-on être humble tout en ayant une pleine reconnaissance de ses talents ?

    J’espère être en mesure de vous rejoindre en cours de séance. Je crois que je suis en train de démêler un énorme noeud qui m’a paralysée dans ma Vie.

    Gros bisous à toutes et à tous

  6. Bonsoir à tous,
    Je viens de vivre 2 mois très difficiles, l’impression d’être dans un tambour de machine à laver, de ne pas être entendue, malgré mes gros efforts pour exprimer mes besoins.
    Grace à la méditation, j’ai (enfin !), compris que je voulais expliquer aux autres ce que j’ignorais : mes propres limites.
    J’ai réécouté la vidéo ” Comment déterminer ses limites et les respecter “( réponse à Tara) Là j’ai eu un flash :Le flou et sentiment d’être perdue, c’est un signal qu’il y a quelque chose qui ne me respecte pas, que mes limites sont atteintes, voire dépassées ?
    Comme tu le dis si bien, Maxime, la formation, c’est répéter les mêmes choses, comme aux enfants. Vendredi 7/7/17, chiffre bien rangé, j’ai entendu ce que j’avais besoin d’écouter, les mots ont prit tout leur sens.
    Peut être que je n’avais pas assez souffert, que ce n’était pas le moment ?
    J’ai compris que ma souffrance vient de ce que je ne respecte pas ( ou ne sais pas la faire respecter )mon besoin de LIBERTÉ, d’AUTONOMIE.
    Depuis, je me nourris de cette découverte de moi même, sous une autre facette. Beaucoup de questions sur moi même, avec un nouvel éclairage , et aussi des souvenirs de joies intenses, moments de bonheur qui me confortent dans ce sens.
    J’ai l’impression d’avoir traversé un jungle épaisse, et que grace au” coupe-coupe Maxime”, j’ai ouvert une nouvelle voie, vers autre chose, de plus apaisé, serein, avec cette certitude que certaines réponses sont maintenant à ma portée.

    J’aurais beaucoup de questions, entre autres sur la non-écoute de ma famille lorsque j’ai osé exprimer ma souffrance. Les réponses du type ” C’est toi qui ne comprend pas” ” c’est toi qui interprète mal “…qui résonnent comme des claques, comment les gérer ? Mais peut être faut il que j’avance sur cette nouvelle route pour y voir plus clair ?

    Depuis ta réponse au dernier Live, j’explore l’Empathie / Sympathie : pas simple du tout pour moi qui suis une vrai ” éponge “.

    Aujourd’hui, je vais parfaitement bien, mieux, je crois, que je ne l’ai jamais été : le début de la vrai Liberté ???
    Merci à toi Maxime, pour tout ce que tu nous donnes si généreusement, et à vous tous, les chercheurs pour vos témoignages si sincères.

  7. coucou !
    Quand je suis fatiguée, je suis angoissée et j’ai envie de câlins. Comment devenir indépendante affectivement, arrêter de rêver d’une relation amoureuse? Je suis bien seule, j’apprécie mon indépendance et mon temps libre.Mais je n’arrive pas a arrêter mes projections. La tendresse est ce qui apaise le plus efficacement ma tendance “anxieuse sans raisons consciente”. Rêver de tendresse fonctionne aussi un peu…
    J’ai aussi remarqué que c’est principalement quand je passe du temps en solitaire que mon anxiété apparait. Pourtant la solitude ne me fait pas peur et je l’apprécie. Une fois avec d’autre personnes, dans une groupe, je suis complétement dans le moment présent et mon anxiété disparait.
    Bises
    A très vite

    Ange

  8. Bonjour à tous.
    Les mois passent et l’ intégration se fait petit à petit : c’est de plus en plus agréable d’ETRE, tout simplement ETRE.
    La séance de coaching est là pour titiller ce qui nous tracasse…
    J’ai, dans certaine situation, l’ impression de ne pas être à ma place, de ne pas me respecter… La sensation de ne pas être légitime, me parle à moi aussi… Surtout au travail !
    Celui-ci a changé en début d’ année et depuis c’ est difficile. Je pense que la vie m’ a présenté cette nouvelle expérience professionnelle pour me faire grandir. Pour l’instant, je n’ arrive pas encore à mettre de la conscience sur ce que je traverse. La journée au travail m’apparait comme une contrainte, une privation de temps. Or la vie ne se limite pas aux soirées, week-end et vacances… Je SUIS, en vie, à chaque instant de chaque journée. J’ essaye d’être présent à l’ instant. Mais j’ai plus de mal à l’ être quand je suis au travail. C’est comme si c’était un autre moi, ou une autre vie… Comment puis-je être totalement moi, aligné, y compris au travail ? C’est comme si je nourrissais la croyance que le travail doit être pénible, épuisant et que je ne peux pas m’ y épanouir dans la joie, la paix, le bien-être… C’est pourtant mon souhait.
    Je vous souhaite à tous un bel été et de chouette vacances. Merci par avance pour ta réponse Maxime.

  9. Bonsoir Maxime, Bonsoir les chercheurs,
    Je serai parmi vous à partir de 19H.
    Maxime, on entend de plus en plus parler de la loi d’attraction, y compris des écrits de Joe Vitale sur le sujet, etc… peut-on réellement tout créer p

  10. Je reprends…
    Peut-on réellement tout créer par la pensée ?
    Une méditation pourrait-elle permettre de nous aider à mieux visualiser et ressentir les émotions nécessaires à la création des situations ?
    Merci par avance Maxime pour tes réponses toujours éclairées.

  11. Bonjour 🙂

    Pas de question précise pour ce soir, je serai là quand même, car j’en ai grand besoin ! Je suivrai donc attentivement les questions/réponses déjà posées 🙂 Mais je vais faire un petit point d’états d’âmes.

    Globalement en ce moment ce n’est pas terrible de mon côté (alors que j’ai CHOISI beaucoup des situations de ma vie actuelle).
    Je sais que je dois changer des choses mais je me sens super fatiguée d’avance (ce qui m’inquiète un peu je n’ai jamais été dans cet état d’esprit). J’essaye comme les autres “escargots” 😉 d’accepter qu’il y a sûrement des raisons à mon piétinement généralisé en tout ces derniers mois.
    D’un point de vue “technique” j’ai beaucoup de choses, un toit, à manger, du temps pour moi, un cerveau qui fonctionne, un conjoint (et même quelqu’un d’autre qui m’attend…situation complexe que je ne vis pas bien) et ce qui pourrait aller moins bien je le relativise tout à fait… malgré ça j’ai fais le constat que je vais mal. Je juge ça “indécent” de ne pas profiter de tout ce que j’ai déjà, plus légèrement. Certes mon passé est beaucoup moins rose mais j’ai fais le choix de laisser le passé au passé.
    Voilà, certains jours je navigue entre confusion, culpabilité et peur de voir la vie passer si vite alors qu’il y a tant de choses magnifiques et géniales. Et certains autres jours je ressens de la gratitude pour tout ça, le bon comme le moins facile, certaines fois je profite à fond, comme si deux Elsa se déchiraient en ce moment !

    Donc j’ai bien hâte de suivre le coaching qui a un effet “coup de pied aux fesses” quasi à chaque fois 🙂
    A ce soir !!
    Elsa 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *