3 ème séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct

Retour vers votre espace formation

9 réponses à “Coaching commun N°3”

  1. Bonjour,
    Ces dernière semaine j’hésitais à quitter le travail que j’avais trouvé. » Bizarrement » je suis tombée chez moi sur le bras droit, j’ai été en arrêt maladie et ils ne m’ont pas confirmé ma période d’essai, j’arrête de travailler pour eux dans une semaine.
    Et finalement je suis heureuse qu’il ne me garde pas.
    J’ai compris que si je mettais écouté et que j’étais parti quand j’avais envie je me serai peut-être pas fait aussi mal au bras. J’ai vu deux thérapeute un osteo et une énergéticienne pour mon bras et ils m’ont dit que c’était mon corps essayer de mon montrer que ma partie masculine était meurtrie.
    Et depuis ça a réveillé beaucoup de tristesse et de compulsion alimentaire, j’ai un peu du mal à gérer. Souvent je fuis dans des activités au lieu d’accueillir, c’est tellement fort!
    Je pense qu’il faut juste que je me laisse du temps, je n’ai pas vraiment de question, mais je voulais partager ça avec vous. Merci Maxime pour tous que tu fais.
    Je pourrais pas assister au live. J’espère qu’il y aura l’enregistrement.

  2. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous. Un grand merci à toi, car le blog, la visite guidée, la formation que nous suivons nous apportent les bases et outils essentiels pour avancer. La méditation, la pleine conscience de l’instant présent, la connaissance de mes essences, la découverte de l’existence de mon profil dominant de personnalité, le lacher prise, le détachement, la confiance en la vie, m’apportent beaucoup au quotidien. Leur compréhension, leur intégration, se fait petit à petit, tout comme leurs effets positifs sur ma vie… Plus ou moins suivant les jours évidemment ! On parle souvent de l’ importance de ne pas etre seul lorsqu’ on fait du développement personnel… S’entourer des bonnes personnes et/ou des bons professionnels… Déjà, il faut trouver la ou les bonnes personnes pour en parler. Souvent, ce sont des personnes qui font également un travail sur elles… Mais ensuite, je trouve que c’ est difficile de ne pas lasser, fatiguer ses personnes aidantes (je parle surtout de ceux dont ce n’est pas c’est pas le métier). J’ ai un exemple qui m’ est arrivé récemment : avec une amie, pendant plusieurs mois, nous avons échangé sur nos peurs primordiales (maladie/mort pour elle ; solitude/abandon pour moi). Nous discutions de l’ importance d’ aller à la rencontre de ces émotions quand elles nous assaillent, d’ observer ce que cela nous fait et de nous familiariser petit à petit avec elles… C’est un travail qui n’est pas toujours facile, qui se fait en période de crise et qui est souvent à renouveler… Bref… sans nous en rendre compte, car nos échanges étaient très constructifs (soutien, conseils de lecture, regard extérieur…) nous nous sommes épuisés. C’était lié à notre introspection personnel mais aussi lié au soutien qu’ on apportait à l’ autre. Du coup, nous avons fait une pause dans nos échanges sur le sujet, sans decider si nous en reparlerons. Je me demande si ce genre d’épuisement des aidants arrive souvent ? Et si tu as des conseils pour préserver ces relations de soutien, ce camp de base où il fait bon se ressourcer ! Merci d’ avance pour ta réponse.

  3. Bonjour Maxime,

    Cela fait un an que je suis pleinement engagée dans le développement personnel. La vie m’y a amenée et je la remercie ! Et toi aussi je souhaitais à nouveau te remercier, car quand je lis tes textes, je me sens nourrie et je te remercie de contribuer ainsi à mon épanouissement.
    Ma démarche de recherche est active et j’essaie de comprendre, d’apprendre, de grandir, d’installer en moi mes essences. Je trouve que j’avance bien et je me sens de plus en plus « alignée », de plus en plus à ma place. Quand cela arrive, je ressens de la joie, de l’enthousiasme, une paix qui me donne de l’énergie.
    Je sens qu’il reste encore quelques blocages qui m’angoissent quand j’y suis confrontés. J’accueille et j’essaie d’entendre ce qui se passe. Je vais alors à l’intérieur de moi, je ne fuis plus.
    Tout cela m’a donné un regard neuf sur les gens qui m’entourent. J’ai même l’impression de les découvrir ! Je « vois » leurs mécanismes de défense, leurs stratégies pour répondre à leur besoin depuis que je vois les miens (bon, pas tout le tps, l’égo est rusé !!!).
    Ma question porte sur la résistance au changement. Comment fais tu pour accompagner des personnes qui sont dans l’inconscience et qui résistent à la prise de conscience ?
    Pour me donner de la légitimité, je me sens comme un semeur de graine qu’ils auront, eux, à faire pousser. Qu’en penses-tu ?
    Merci Maxime pour ta réponse !

  4. Bonsoir Maxime,
    Bonsoir à toutes et tous,

    Le cheminement continue, parfois en ayant l’impression de régresser et parfois, en ayant l’impression de faire des bonds en avant, c’est parfois perturbant, mais souvent épanouissant. Bref, depuis février dernier, où je pense avoir commencé à m’ « éveiller », je me surprends à être souvent envahie d’un tas d’émotions. Je les accueille, j’en suis consciente mais ça secoue ! Je suppose que c’est normal. Ais-je raison ?

    Je réalise aussi que depuis que je m’ « éveille », je rencontre des personnes beaucoup plus ouvertes à la réflexion, au développement personnel. Est-ce en raison de ma propre « ouverture » ou est-ce tout simplement que je ne les voyais pas auparavant ?

    Bref, cette nouvelle richesse me fait du bien mais me perturbe aussi.

    Et finalement, je suis en pleine rupture actuellement avec un homme que j’ai rencontré il y a plus de 4 ans. Quatre années de hauts et de bas. Mais aujourd’hui, je prends conscience que mes essences sont peu présentes dans cette relation. J’ai essayé de lui en parler mais je l’ai senti très peu ouvert à ce genre de discussions et finalement je ressens que nous ne sommes plus en phase depuis que moi j’essaye de « grandir ». Je crois que j’aurais pu continuer cette relation longtemps encore si je n’avais pas pris conscience de mes propres besoins.

    Et donc finalement, je ressens de la tristesse et même un peu de culpabilité dans cette rupture tout en en ressentant aussi un peu de soulagement et en ayant l’espoir de rencontrer un jour quelqu’un qui lui aussi aura envie de grandir avec moi et de ressentir ses propres essences avec moi.

    Que pensez de tout ceci ??

    Merci Maxime de ton aide.

  5. Bonsoir Maxime, bonsoir à toutes et tous,

    Avec tout ce que j’ai pu apprendre auprès de toi, mes formes actuelles se sont améliorées.
    Je me répète souvent que je mérite le meilleur et je suis heureuse de constater que la qualité est au rendez-vous.
    J’ai encore du chemin à parcourir et d’ailleurs le chemin en lui même est agréable à arpenter.
    J’éprouve de la gratitude envers toutes les bonnes choses qui m’arrivent et c’est avec sérénité que j’accueille le présent.

    Je lis de nombreux livres sur le développement personnel et j’écoute tes podcasts sur la méditation.
    Vas-tu en enregistrer des nouveaux ? Peux-tu m’indiquer d’autres sources intéressantes à suivre ?

    Par avance merci.

    • Ps: Je veux bien participer à la nouvelle formation enneagramme que tu souhaites tester. Je ne serai pas en ligne lors du coaching commun et concernant le tarif spécial est-ce qu’il y aura un lien dans un mail ? Merci

  6. Bonjour Maxime ,

    Je tiens tout d’abord à te remercier très sincèrement pour tout ce que j’ai appris et que j’apprends encore ,je progresse et quand ça ne va pas ou quand j’ai l’impression d’etre dans le flou ,je relis un de tes articles et hop je repars
    .
    Dernièrement je me suis aperçue que j’avais progressé, parce que: alors que j’ai eu la sensation de ne pas être respecter par un ami je lui ai dit ,je me suis exprimé ,peut être maladroitement,j’étais en colère, pour autant après je n’ai pas eu comme « avant » ce mélange de culpabilité ,cet inconfort que j’avais dans ce genre de situation.Il m’a répondu qu’il était désolé ,cependant nous avons tous les 2 nos armures ,nos protections,nos égos ;moi je décortique je cherche à aller dans le vrai et lui il se ferme et ne dis plus rien; silence, un sourire et on passe à autre chose.. .Et on bloque dans la communication,il me semble.
    Doit on renouer le dialogue avec les gens qui nous ont blessés et comment? ou est ce un signe qu’il vaut mieux stopper cette relation ? En fait comment déterminer les limites ? comment savoir si c’est de la fuite ou bien si c’est nos armures respectives qui nous jouent des tours,si c’est nos mécanismes de défense qui se réactivent? Un réfléchi ,qui décortique et un entreprenant qui se réfugie dans le travail .
    En fait moi je fais ce travail de comprehension et lui il fuit, ne veut par réfléchir pour le moment et pourtant j’ai appris à reconnaitre mes essences,dans cette relation!

    J ‘aime bien cette philosophie de vie qui me dit que « la vie nous veut du bien »et je me répète souvent que j’ai le droit au meilleur et ça me booste.
    Merci Maxime

  7. Bonjour !

    Même intro que d’ordinaire : j’avais vraiment hâte de voir arriver l’annonce du prochain coaching commun ! 🙂
    En ce moment j’essaye de changer un peu les choses dans ma vie, comme depuis quelques mois, mais là j’arrive à un plateau, ou à un pallier. Après avoir eu de bons retours (donc des « preuves ») y compris des choses que je n’espérais plus depuis bien longtemps, je suis de nouveau dans une période d’interrogations : j’ai osé penser que je pouvais parler à Pôle Emploi de mon idée d’éventuellement travailler dans le développement personnel & le bien-être étant donné qu’ils m’avaient demandé de réfléchir à mes centres d’intérêts…je suis tombé sur une personne qui m’a immédiatement coupé les ailes lors d’une prestation spécifique où j’ai rencontré une psy du travail qui soit disant pouvait m’aider. Résultats des courses, je croyais ne pas avoir été touchée par cet entretien désastreux (personne méprisante à l’égard des autres, à me parler de stratégies et d’argent alors que je lui parlais de valeurs etc) et plusieurs jours après je me suis sentie désarmée comme si finalement ça m’avait atteint. Bon ça peut arriver dirons-nous.
    Autre fait : depuis quelques temps j’engloutis les documentaires sur la quête de sens, les documentaires de société et depuis quelques jours j’ai parfois des remises en question d’une notion découverte avec le travail de développement personnel : la notion d’intelligence supérieure à laquelle on devrait accorder sa toute confiance. Alors je suis envahie de questions : en quoi l’intelligence supérieure doit-elle laisser des innocents crever de faim? En quoi le capitalisme frénétique me sert-il de miroir ? Etc. etc.
    J’ai la sensation de recommencer à perdre la foi par moments, que j’avais commencé à acquérir durement. Pourtant je vois bien tous les progrès et toutes les bonnes choses qui m’arrivent depuis que je suis dans cette dynamique, mais là je commence à stagner. Alors oui la « vie nous veut du bien » mais quand même. Qu’est-ce que je fais de toutes les souffrances extérieures ? Du jm’en-foutisme de certains ? Des incompréhensions auxquelles je me heurte (notamment quand une psychologue du travail n’entend pas que vous pensez d’abord à vos valeurs et non à l’argent).
    Alors ce n’est pas une question précise qui se dégage ici, mais je constate qu’il y a des choses difficiles à accepter (les usines où l’on broient les poussins, Monsanto, etc etc).
    C’est surtout que vu tout le positif qui s’est mis en place depuis quelques mois et donc une certaine stabilité, je n’ai pas du tout envie de revivre des angoisses, des inquiètudes permanentes, et de la morosité. Je me sens sur le fil (je crois que ce rdv à Pôle Emploi a été le déclencheur).
    Donc voilà où je me situe en ce moment. Je pense qu’un coaching commun va me remettre les idées d’aplomb 🙂

    Merci à tous, Merci à toi Maxime !
    Ps : je vois que Marjorie vit une période difficile, je lui exprime donc mon soutien, je crois qu’elle était déjà intervenue au micro plusieurs fois 🙂

  8. Bonsoir Maxime,
    Une question pour le coaching commun de ce soir, si je suis dans le sujet bien sûr.

    Je suis tout près du but. Je sais que je suis ma propre pertubatrice de mon bonheur.
    Le plus dur reste à faire, c’est d’aller voir : POURQUOI?
    mon inconscient trouvera toujours une bonne raison à un moment ou tout va bien, pour me faire sentir angoissée, malheureuse, aussi fragile qu’une enfant.
    Ca fait tellement mal! Et dire que c’est à cause de moi. Y as-t il des outils pour m’aider?
    Merci Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *