33ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


16 réponses à “Coaching commun N°33”

  1. Bonjour Maxime,

    J’aurais aimé avoir ton point de vue sur la fidélité en amour.
    Est-ce une condition à la relation ?
    L’amour spirituel ne dépasse-t-il pas cette notion de fidélité ?

    Merci par avance pour ton éclaircissement.

    Véronique

  2. Bonjour Maxime, Bonjour tout le monde.
    Je serai intéressée à avoir des précisions sur le terme “l’Inconnu”.
    C’est au sujet du terme “Inconnu” que l’on utilise souvent… Allez dans l’inconnu, s’ouvrir à l’inconnu, ne pas craindre l’inconnu, sortir de sa zone de confort …etc…
    Je m’interroge sur la nature du terme, qu’est ce cet Inconnu ?. Comment peut-on le définir pour mieux plonger dedans.
    Comment savoir si on expérimente l’inconnu ? Est-ce bien une façon de réagir nouvelle ?
    Si je me vois réagir face à un événement d’une certaine manière et que je choisis cette fois de réagir d’une autre manière à mes habitudes, est-ce allez dans l’inconnu ?
    Fait-il partie des outils du processus de transformation ? Est-ce aussi ça savoir lâcher prise ? Juste observer la quantité de possibilité que l’on a pour réagir face à une situation ?
    Encore un grand merci pour ton dernier live sur le lâcher prise et le cadeau en prime de ta très belle méditation.
    J’espère vraiment pouvoir être présente cette fois demain. Biz.

  3. Bonsoir à toutes et à tous.

    J’ai quelque peu décroché ces derniers mois : je me suis sentie épuisée, démoralisée, dégoûtée, amère, perdue dans des émotions assez virulentes de tristesse, de désarroi, d’impuissance, de colère… et en totale incapacité de réagir : je me suis contentée de dormir au sens propre comme au figuré car plus rien n’avait de saveur. Une sensation qui m’avait un temps quittée est revenue : l’impression d’être un ballon de baudruche planant au-dessus de toutes choses et qui espère qu’une main solide en saisira la ficelle afin d’arrêter sa course incessante. Je suis allée le plus loin possible dans ces profondeurs et j’ai la sensation d’avoir toujours été moi sans oser l’être vraiment. Je ne sais pas comment l’expliquer autrement. Je ne m’affirme pas en tant que véritablement moi parce qu’être moi serait prendre le risque de déplaire, de créer des polémiques, de me mettre en porte à faux et ma blessure de rejet est tellement bien ancrée en moi, et j’ai si peur de manquer de ressources pour faire face à tout ça que je m’arrête en chemin. Je m’exprime jusqu’à la limite du tolérable ou du-moins ce que je considère comme tel. Mais cette façon d’être me frustre parce que je sens quelque chose en moi qui me pousse à aller plus loin dans mes agissements, dans mes propos, dans mon être. C’est un tiraillement perpétuel que je vis depuis ma plus “tendre” enfance et que je ne supporte plus : je veux me sentir vivante et libre d’être ce que je suis, sans me bâillonner par peur de… Arrêter de plaisanter pour masquer ma détresse intérieure. Être vraie. Avoir confiance, enfin ! 😉

    Je ne sais pas quelle question poser en fait parce que c’est assez embrouillé dans mon cœur et dans ma tête.

    Gros bisous et merci à vous d’être-là.

    • Merci pour ce témoignage, Val, et bravo pour l’avoir si bien formulé, car ce n’est pas évident….
      Çà me parle beaucoup, et même si grace à la formation et à vous tous, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup, beaucoup avancé, un événement, une réflexion de quelqu’un (une broutille quoi !) me fait replonger dans ce que tu décris. Heureusement, je crois que j’en sors plus facilement et plus vite.

      La réponse de Maxime va énormément me parler
      Gros bisous,
      Françoise Plassart

  4. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous.
    Je me reconnais assez bien aussi dans le témoignage de Val. Ce sentiment du ballon de baudruche qui survole tout sans s’ancrer vraiment. J’ai conscience d’une certaine évolution… malgré tout, je continue de vivre ma vie en boucle… au final, je me retrouve toujours au même point de départ, avec chaque fois des peurs qui se rajoutent, de la colère aussi !! Qu’est ce que j’ai à apprendre que je ne vois pas ?? Un exemple concret… Je rencontre souvent dans ma vie des personnes qui me mentent. Je sais que je suis naïve, que je vois le bon en chaque personne et que je pardonne très facilement et ce, parce que j’ai appris à voir les autres avec beaucoup d’amour et à comprendre qu’ils font ça inconsciemment et en rapport à leur propre blessures. Je me suis donc demandée ce qui me blessait la dedans pour parvenir à trouver mon besoin non comblé. Voilà ce que je pense: Je suis restée une petite fille que le monde effraie, qui refuse de voir la réalité parce qu’elle serait trop difficile à accepter ! Pire même, que je refuse d’accepter ! Parce qu’accepter de voir le monde avec d’autres yeux que mes yeux naïfs serait accepter de ne pas vouloir y vivre. Ce que je vois autour de moi, ce que l’homme est devenu … Je ne peux pas vivre avec. Quelle est alors la solution pour moi ? Que suis je sensée faire de tout ça? Aucun métier ne me convient parce que tout tourne autour de cette société qui m’effraie tant … du coup, j’en suis là… Je ne travaille plus, je suis forcément en galère financière, pas d’amoureux… l’impression de ne plus savoir à quoi m’accrocher… Qu’est ce que je dois comprendre que je ne vois pas ?
    Rassurez vous, je ne suis pas suicidaire je peux en avoir l’air comme ça mais ce n’est pas le cas. Il y a au fond de moi cette petite flamme qui brûle et une petite voix qui me dit qu’il y a sûrement quelque chose à faire… On me dit souvent de lacher prise mais lacher quoi ? Je me suis déjà demandé si une âme peut aussi décider de venir explorer une vie ou elle mettrait fin à sa vie. Si c’est le cas, pour la mienne se sera un échec, elle n’a pas choisi le bon mental … enfin voilà, ça fait 7 ans que je lutte et m’épuise. Qu’est ce que je refuse de voir ? Malgré mon évolution, mes prises de conscience… il y a quelque chose que je n’arrive pas à atteindre. Désolée pour le pavé, mais j’en avais besoin …
    Peut être que quelqu’un saura lire dans mes mots ce que je suis incapable de voir… Merci

  5. Bonjour maxime , bonjour à tous

    Depuis le début de la formation le cheminement est stupéfiant , il y a eu beaucoup de douleur car un gros travail de détricotage à faire et d’abandon de vieilles croyances , c’est loin d’être fini et j’ai compris que cela ne serait jamais fini mais aucune importance , le but est dans l’instant et non dans le temps , c’est ce mouvement intérieur qui compte …
    Je ne sais pas quelle sera ma vie matérielle dans quelques mois mais j’ai un trésor dans mon coeur maxime et je te remercie pour la formation et l’accompagnement , je ne peux que souhaiter que cela continue pour moi et tous les autres ..
    Je laisse la vie me guider , actuellement j’ai démarré un groupe autour du thème de la CNV au sein d’une association d’échanges de services et on m’a nommée ” coach ” du groupe alors que je ne demandais rien , peut-être m’a t’on identifié ainsi ? , je n’ai pas de certification et j’ ai répondu que nous nous coachons tous , ce groupe me permet d’expérimenter beaucoup et je suis bénévole mais je m’aperçois que la formation et le travail que j’ai fait sur moi interpelle et résonne beaucoup quand je prends la parole …on se tourne vers moi en posant des questions et je vois un cheminement qui se fait peu à peu . Je me demande si je serais légitime pour envisager d’accompagner des personnes ? et sous quelle forme ? d’où ma question de ce soir maxime , comment procéder par étape pour commencer à ne plus être que bénévole , car être rémunérée vu mes ressources financières m’aiderait beaucoup …. Autant te dire qu’en écrivant tout cela j’ai la petite voix en moi qui dit ” mais dit donc tu te prends pour qui ? oser dire que tu pourrais aider des personnes et en étant payé ! ” Voilà,encore une croyance à balayer , celle de la victime qui ne vaut rien et n’a pas d’estime de soi ! je me dépêche de poster ma question avant de regretter de l’avoir écrite LOL Bise à tous et merci maxime pour ta réponse

  6. Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Ma question tourne autour de la jalousie. Je cherche en ce moment comment m’en débarrasser. J’ai plusieurs cas de figure :
    * être agacée qu’une fille au bureau soit mieux habillée que moi, de manière plus soignée
    * être agacée qu’une fille ait l’air d’avoir passé un super bon week-end
    * vouloir être la détentrice unique de la pensée positive : j’aime bien être la petite maligne qui se réjouit alors que tout le monde se plaint, qui sait voir le côté positif. ça m’agace quand je vois une fille dans le métro qui lit un bouquin de développement personnel. Quelque part, je voudrais qu’il n’y ait que moi qui connaisse cet univers. ça m’enlève un petit peu de ma particularité si tout le monde s’y met !
    Comment sortir de ce piège qui me conduit :
    * soit à me rassurer que les autres soient moins bien
    * soit à avoir peur que les autres soient mieux ou aussi bien que moi ?
    Je me dis : la comparaison ça a quand même un côté positif : ça donne des idées de choses à améliorer chez soi. Mais comment faire pour ne pas avoir l’aspect négatif qui empêche de se réjouir sincèrement du bonheur des autres et qui me conduit à être toujours sur le qui-vive de la comparaison ?
    Merci beaucoup Maxime.

  7. Coucou Maxime, coucou les chercheurs sincères.
    Je suis très occupé en ce moment, j’ai même un rendez-vous ce soir et ne pourrais pas suivre la séance en direct… 😉 … J’ai cependant une petite question… Moi qui aime prendre le temps de BIEN faire les chose (mon profil dominant) , je manque de temps pour y arriver (c’est, je pense, ce que la vie a choisi de me faire travailler en ce moment…). Du coup, mon intention en cette période, c’ est d’etre un maximum présent à l’ instant en veillant à ressentir mon Corp et à écouter mon intuition.
    En effet, je dois prendre des décisions bien plus rapidement que j’ avais l’ habitude (mon cerveau ne suit pas… ne sait pas faire) et à part l’intuition et la présence je ne vois pas d’autres méthodes, vu que je ne peux pas étendre les minutes…
    As-tu d’ autres méthodes, idées, remarques… ? Par avance MERCI 🙂 . C’est chouette de partager cette aventure de connaissance de soi avec vous tous. Prenez bien soin de vous. A bientôt. Michel.

  8. Hello a tous,
    Je vais essayer d’ecouter le coaching demain. Toujours le decalage horaire! Je n’ai pas specialement de question, mais juste une petite refflection a propos des essences, car j’ecoute et lis beaucoup Eckhart Tolle en ce moment et je n’arrive pas a trouver cela dans son enseignement, les essences. Je n’arrive pas a trouver le lien entre tout ce que j’apprend autour du fonctionnement de l’ego, du mental, createur de souffrance. Etre heureux ou malheureux, un jour cela va un autre rien ne va plus, tout cela vient de l’ego, la permanence: c’est l’ETRE, la seule joie pure.
    Je n’y suis pas encore, pourtant c’est la seule voie et elle est accessible a chaque instant!
    Merci Maxime pour ton travail et ton ecoute!!
    Much love,
    Val.

  9. Bonjour Maxime, Bonjour à toutes et tous,

    pas sûre de pouvoir me connecter ce soir, je ne suis pas à mon domicile, mais je laisse une une ptite question quand même 😉

    Depuis quelques temps je me sens très frustrée dans mes relations d’amitié et j’ai clairement dégagé un beau petit schéma qui se répète.

    Qui ne me dérangeait pas il y a quelques années mais aujourd’hui je ne peux plus (ce qui me fait envisager depuis un moment de convertir ça en activité professionnelle, je m’explique).
    Dans mes amitiés les personnes se sentent souvent proches de moi, me disent que j’ai une grande qualité d’écoute et que je donne souvent de bons conseils, que je suis joyeuse, chaleureuse tout ça, sauf que récemment j’ai réalisé que je ne savais pas parler de qui j’étais vraiment j’étais plus en position d’aidant, de confidente dans mes relations (je prends donc) mais que j’étais incapable de “donner”, dans le sens où plusieurs fois ayant essayé de parler de moi j’ai senti que ça n’intéressait pas ou que la personne revenait sans cesse sur son cas à elle. J’ai même été confrontée à la situation où une personne me considérait comme son “amie” et de mon côté pas du tout…. c’était génant. Je ne sais pas me confier non plus. Je suis parfois conviée à des évènements où je n’ai pas envie d’aller et où je ne me vois pas refuser devant l’enthousiasme ou les projections positives des gens. Le point positif c’est que je culpabilisais de ressentir ça avant, aujourd’hui non. Un peu lassée aussi par moment aussi de voir les schémas des autres se répéter je crois, mais ce n’est pas à moi de leur dire, juste poser quelques idées ici et là.. Bref ça ne me nourris plus (si cette forme m’a nourri un jour…)

    J’ai fini par mettre en place un système où c’était normal que les gens ne me demandent pas comment j’allais ou comment se passait ma vie, aujourd’hui je ne veux plus de ça mais je ne sais pas comment faire pour modifier mon comportement, j’ai l’impression de devoir repartir à zéro, que socialement je me demande si je n’ai pas entrenu un faux-self les 3/4 de ma vie et qu’aujourd’hui je n’aspire plus à ça du tout.
    De fait, je prèfère par moment (souvent en ce moment) passer du temps seule que de me forcer à accepter les sollicitations.

    Comment établir des relations équilibrées en terme d’amitié ou de relations sociales simples?
    Je me questionne aussi sur les amitiés mixtes (homme/femme, dans un cadre hétérosexuel), mais ce sera l’objet d’un autre coaching je crois 🙂

    Pleins de belles ondes, à ce soir, ou de vous écouter en replay !
    Merci 🙂

  10. Bonjour Maxime, bonjour les chercheurs sincères

    Comme Val21, je me sens démoralisée, pleine de questions sur tout : pourquoi je n’arrive a rien ? Pourquoi je ne m’en sors pas ? Pourquoi je retombe aussi bas, en dessous du creux de la vague cette fois, j’ai coulé au niveau inferieur… Je n’en vois pas la fin. Pour moi je ne suis pas un ballon de baudruche mais je me sens au fond d’une bouteille en verre, je me cogne contre les parois, je tourne en rond et personne ne m’entend, le verre etant opaque je ne vois que du gris. Je me dis “arrete de te plaindre et change ce qui ne te va pas dans la vie” . Ce que je voudrais changer, j’ai fais ma part mais ne peux pas forcer les autres a bouger ou a changer. Faut-il changer de reve quand nous ne sommes pas les seuls a etre les constructeurs de ce reve et que nous ne pouvons pas y acceder a cause d’eux ?
    J’aimerais juste sortir de ce brouillard une bonne fois pour toute. Je sais tres bien que ca ne peux pas durer, qu’il y a toujours des rechutes mais si elles pouvaient n’etre qu’une legere brume ce serait bien plus apaisant.
    En principe je ne serais pas la ce soir mais je pense fort a vous, oui ! Oui ! La en ce moment pendant le live 😉

    Bisous a tous et prenez bien soin de vous, vous etes importants.

    Merci Maxime pour ta réponse.

    Katy

  11. Bonsoir Maxime, Bonsoir le groupe des chercheurs sincères,
    Je serai avec vous vers 19H.
    Je suis un peu triste en ce moment, c’est comme si tout me pesait, tout prend trop de temps, je suis très incertaine professionnellement du devenir de la société pour laquelle je travaille, j’ai envie de passer à autre chose mais malgré le séminaire et le question/réponse sur les forces et les talents je ne trouve pas ma voie… bref ! grosse lassitude.
    Voilà, je pense que tu as comme toujours de précieux conseils à me donner et je t’en remercie bien par avance.
    Je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de fin d’année, heureuses, joyeuses, pleines de lumière, d’amour et d’espoir.
    Martine

  12. Bonjour à tout le groupe..
    Je voulais juste exprimer un petit regret, quant au rappel du coaching par mail. J’ai le sentiment que de recevoir ce rappel la veille ne me permet pas souvent de trouver le sujet de quoi parler, et le moment pour écrire, puisque je ne rédige pas cela en 3 minutes. J’aime prendre un peu le temps. Donc je voulais juste en faire part, et savoir si nous pourrions être prévenu plutôt 48h avant?

    Donc je vais copier/coller ici le message que j’ai rédigé ces jours-ci sur le groupe Fb, petit bilan… 😉 :
    “Je souhaite vous faire partager ma gratitude pour ces 3 dernières semaines où je pense avoir fait quelques pas de géant, grâce à la psychologue analytique, comportementaliste et art-thérapeute que je vois depuis 1 mois.
    Mais également grâce à mon investissement + approfondi dans le développement personnel depuis 1 an, et donc grâce à ce groupe et surtout grâce à Maxime (et Delphine G aussi).
    Et, autant il est parfois conseillé de ne pas avoir forcément besoin de mettre des mots pour accueillir certaines situations, émotions,… Autant pour moi je crois que j’avais ce besoin de parvenir à savoir quel est ce schéma que je répète -malgre moi- depuis tant d’années!

    La psychologue m’a donc permis de comprendre le schéma que je mets en place depuis des années dans le domaine professionnel comme dans mes histoires de couple. Connaissant ma blessure “principale” (d’injustice), nous avons cheminé.
    À priori j’ai un mode de fonctionnement qui est celui de me mettre régulièrement en position de “faiblesse”- hypersensible.. (inconsciemment bien entendu)
    Cette situation permet à des personnes (dans mon couple, ou pro) de s’immiscer dans cette “faille”, et me faire “manipuler”. :/
    Cela permettant ensuite, sous quelque forme que ce soit de venir demander régulièrement “justice”! Ceci pour guérir une blessure.. (de famille à priori car mon père à également ce schéma et sa mère également).
    Du coup je vais pouvoir accueillir cette blessure encore plus profondément, y être encore plus présente afin de diminuer cet automatisme le + possible.. en prenant le temps qu’il faudra. 🙂

    Par ailleurs, nous avons mis le doigts sur le fait de ma “nécessité” à avoir de l’empathie très souvent pour des personnes que je vois souffrir. Ceci serait pour guérir une blessure en moi. Parce que moi même je n’ai pas eu (ou ressenti) cette profonde écoute bienveillante (d’amis ou de la famille) à une période de ma vie ou ma santé était très fragile, ainsi que celle de mes parents. Et que j’ai ancré le sentiment que toute la vie j’allais me battre seule.

    Voilà.. j’espère que mon témoignage ne mettra personne mal à l’aise. Car je partage ici mon “intimité”, mon histoire qui fera peut-être écho à certains d’entre vous.
    Encore merci!”

    Je participe également à des ateliers de groupe où l’on me fait comprendre (comme Fabienne) que je suis très bienveillante dans mon écoute et ma façon de m’exprimer. Que j’ai déjà pas mal “d’avance” sur ce qu’il faut faire pour aller mieux et aussi dans l’accueil des émotions que je pratique assidûment depuis un an.
    La psychiatre trouve malgré tout que je pleure “trop” souvent, et je le constate aussi. Je ne pensais pas que ma couche de tristesse et de colère était SI ÉPAISSE! Mais je ne prends quasiment plus d’antidépresseurs depuis 6mois, alors j’espère que ces émotions qui remontent parfois pour des événements passés, finiront bien par s’estomper. Car la psychologue m’a fait remarquer qu’on dirait que je sur-reagis, comme si l’événement venait d’arriver. Alors je dois apprendre à me distancier des émotions des autres, et prendre du recul sur mon passé. Bien que l’EMDR ait déjà atténué certaines douleurs fortes, en 6 séances.

    Quelques questions persistes:

    La psychologue m’a fait prendre conscience du “Pourquoi” je me mise en couple avec une personne à tendance manipulateur, dans ma dernière relation.
    Ceci dit, comment faire pour éviter que cela ne se reproduise?
    Pourquoi y avait-il tellement d’effet miroir que c’était trop pour moi, trop cette fois-ci? Et le fait que lui ne veuille que très très peu se remettre en question pourquoi cela m’a “découragé” dans mes projets de couple avec Lui?
    Pourquoi suis-je hypersensible?
    Que puis-je encore apprendre de tout cela, cette expérience que j’ai du mal à laisser aller?

    Je pense terminer 2017 toutefois plus “légère”. Je ne sais pas si je serais présente au début du coaching mais surement vers 19h.
    Merci à tous et à Maxime pour cette année TELLEMENT enrichissante! Bises 

  13. Bonjour Maxime, bonjour tout le monde !!!!!
    Je suis à la bourre, j’ai failli louper les 12h fatidiques hahah 😉
    Ce soir j’aimerais partager avec vous mon expérience de l’année écoulée et je n’ai pas de question particulière.

    J’ai envie aujourd’hui de faire un petit bilan de mon année 2017 par rapport à l’intention de départ en janvier qui était de mettre plus de douceur dans ma vie, d’équilibrer mon yin et mon yang, sans être plus spécifique. D’un point de vue matériel, j’avais le projet de vendre la maison familiale et de divorcer.
    Alors, le compromis est signé et la remise des clés se fera au plus tard début janvier ; ensuite je pourrai divorcer, j’ai déjà un devis par internet (plus besoin de juge si on est d’accord sur tous les points).
    D’une façon magique, j’ai trouvé un appartement sans chercher à un endroit pas loin d’ici et où j’avais déjà maintes fois imaginé que ce serait idéal d’habiter !!! Bon, en ce moment j’ai le nez dans les cartons, c’est une étape à passer 😉
    Pour ce qui est de la vie en général, l’année a été placée sous le signe du yoga, avec des cours hebdomadaires et des voyages/retraites. Progressivement je me sens nettement glisser d’un monde industriel de masse, dur, vers un univers beaucoup plus doux et bienveillant dans lequel je me sens à l’aise. J’acquiers de nouveaux réflexes progressivement. Le weekend dernier, j’ai suivi une formation de massage bien-être dans un lieu très serein et c’était vraiment top. Je ressens que les choses se mettent en place progressivement. Mon intention pour 2018 est de passer à l’action professionnellement en mettant bout à bout tous ces acquis récents.
    Cher Maxime, je te remercie du fond du cœur pour tous les déclics que tu as provoqués en moi cette année et les coaching communs sont pour moi la Source de ces déclics.
    Chers chercheurs sincères, je vous remercie de tout cœur pour votre bienveillance et votre soutien sans faille 😀
    Je vous souhaite une merveilleuse soirée !!!!!!!!!!!!!!!
    Thierry

  14. FEEDBACK 😉

    Coucou Maxime!
    Merci beaucoup pour ton approche,

    En effet je n’ai pas écouté la psychiatre, et je me suis justement dit, je vais poursuivre le sevrage en “profitant” d’être actuellement vraiment bien accompagnée! 😉 hihi

    Pour le fait de pleurer “trop”, psy voulait me doubler la dose (à laquelle j’ai mis de long mois à diminuer!) Donc non, j’ai pris son ordonnance, mais pas augmenté ma quantité.
    La semaine suivante elle trouvait que j’allais mieux.. oui, mais pas du fait des médocs!

    Et bien non, je ne savais même pas que les antidépresseurs tuent les émotions! :/ !!

    Pour explications, j’ai aussi eu un psychiatre pendant 8 ans, et je pense avoir avancé sur bien des choses avec lui.
    Maintenant le développement perso et l’évolution que j’ai entrepris depuis début 2015 me fait grandir sans nul doute.

    Cependant les derniers mois de ma relation de couple a été tellement compliqué, j’étais seule et je ressentais vraiment le besoin d’un soutien psy accessible également côté financier, donc j’ai revu un psychiatre, qui m’a vu glisser vers le bas. Car mon ex a rendu la cohabitation super difficile, compliquée, avec des menaces, et je ne parvenais plus à faire face seule (car loin de mes proches géographiquement).
    Donc voilà,.. il m’a proposé une hospitalisation de jour en clinique psy. ce que j’ai accepté en prenant cette expérience comme un moyen d’etre entouré de thérapeute et de ne pas glisser trop bas également, ainsi qu’une expérience pour grandir, ce qui se produit 🙂
    Je suis donc depuis 3 mois en clinique, d’où les noms “savants” que j’ai pris soin de détailler dans mon 1er message 🙂 lol

    Et oui, je pense qu’un travail transgénérationnel est revenu plusieurs fois dans ma vie, je crois donc qu’il faut maintenant que je m’en occupe vraiment!

    Je pense que tu as raison, mon besoin est d’intégrer d’avantage tout cela… en éloignant le mental.

    Concernant le côté “hypersensible”, cela ne vient pas du tout des psy par contre! Mais de mon ex, ET aussi de plusieurs définitions de maux me concernant et que j’ai lu dans le dictionnaire de Jacques Martel! Où il parle en ce terme..
    Du coup ton point de vue est intéressant tout de même, merci 🙂

    Pour les manipulateur/pervers ou autres, ils ont tout de même l’art et la manière de ne pas vraiment nous mettre en porte à faux dès le début des rencontres. Pour ma part les choses et leur comportement s’est mis en place une fois la relation de couple un peu installée..
    Ou alors je n’avais pas assez de capteurs pour repérer leur mode opératoire :/ Je ne sais pas. Mais j’espère parvenir à devenir encore + vigilante 🙂

    MERCI MERCI, à bien vite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *