4 ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


19 réponses à “Coaching commun N°4”

  1. Bonjour Maxime
    La chose qui me freine le plus c’est que dans ma relation amoureuse, dès qu’il y a une dispute, j’ai tendance à vouloir quitter la personne de façon définitive, en remettant en question la relation et les doutes ressurgissent .Je ne relative rien. Parfois il me faut plusieurs jours avant de réaliser que c’est pas quitter mon compagnon que je voulais mais juste résoudre dans le calme la dispute ( dont l’objet n’est pas grave du tout, juste à régler ) .
    On est tous les 2 amoureux l’un de l’autre, susceptibles les 2, et donc j’aimerai résoudre cette tendance que j’ai à vouloir tout détruire, car je fais souffrir mon compagnon par cette réaction.
    C’est la 1ere fois que je rencontre qqun avec qui je me sens bien, pour construire et cela fait qqs temps qu’on est ensemble, moins d’un an, on se découvre encore.
    En vous remerciant. Je ne sais pas si je serai là au coaching commun, je l’espère.
    A bientôt

  2. Bonjour « petit d’exercice d’énnéagramme » pour qui veut m’aider !

    Je ne suis pas dans le stage avec vous je m’étais déjà engagé dans un parcours CNV mon budget m’impose des choix 🙁

    Si vous avez vu le film « la fille sur le pont » avec Paradis et Auteuil vous allez peut-être pouvoir m’aider.
    Sans blague je vis une histoire similaire
    Dans le film paradis sûrement 2 sous-types sexuels et Auteuil 5 sous-types sexuels également.

    Dans mon histoire on remplace le lancer de couteau par un échange de photos et de textes depuis presque un an. On garde la rencontre de deux êtres dépressifs et suicidaires ( je vais mieux ouf et tu n’y es pas pour rien Maxime MERCI 😉 Lui 5 très probablement moi 8 sous-types sexuels

    – Côté confortable de cette relation l’échange artistiquement intime 😉
    – Coté inconfortablement l’avarice du 5 en communication et en temps, pour une 8 sous-types sexuels comme moi qui en veux toujours plus c pas simple une bonne manière de grandir “oui”, et j’en soufre !

    Chaque fois que je lâche prise et que je me rapproche d’un autre, il réapparaît même le côté télépathique du film y est et je passe des signes à vous redresser les poils dans le dos.

    HELP ! Je n’ai pas envie de vivre dans un film j’ai envie de simplicité de fluidité

  3. Bonjour Maxime,
    Je profite de cet espace dédié aux questions pour te dire que…je n’ai pas de question ! Je ne sais pas si je dois me considérer comme étant arrivée (ce qui serait immensément prétentieux de ma part) mais force m’est de constater que…petit à petit l’oiseau ayant fait son nid…eh bien oui, le bonheur est possible, oui j’ai compris le truc, et oui pas pour quelques secondes ni quelques minutes mais au contraire dans une sorte de ce qu’on pourrait appeler “tous les instants”.

    Comment décrire ça ? Comment expliquer ça ? Il y aurait beaucoup à dire, trop peut-être, et tu seras le premier à être d’accord. Néanmoins, le meilleur témoignage qu’une personne ayant rejoint sa félicité puisse dispenser réside dans son ETRE et le rayonnement de cet ETRE. Alors on va laisser tomber le FAIRE, ou ce que l’on pourrait appeler la forme, si les gens comprennent mieux, et on va rester concentré sur l’ETRE.

    Ce que je peux en dire, de manière synthétique ? C’est qu’effectivement rien n’est possible tant qu’on n’est pas allé au plus profond de ses profondeurs enténébrées, tant que l’on n’a pas atteint le point du non-retour, tant que l’on n’a pas DECIDE de se respecter ENFIN, et tant que l’on n’a pas compris que l’on était un être entier et non pas une fraction de personne. Qu’il ne faut pas avoir peur d’aller prendre des risques, de se “déshabiller” même, et parce que la frilosité est le meilleur ennemi de la croissance, se souvenir qu’en ne faisant rien on se trompe toujours.

    Il y a eu dans mon cheminement (qui aura duré quand même 25 ans) 4 ou 5 personnes qui ont joué un rôle majeur dans cet aboutissement ; et tu en fais partie, Maxime. Alors MERCI à toi, et aux autres aussi.

    Concrètement, ça se traduit comment ? Je vis enfin la vie que je voulais (qui n’a pas été évidente à définir, d’ailleurs !), de mes passions, de ce que j’aime, où j’ai envie, et comme je le souhaite. J’ai écrit un premier livre traitant de ces sujets, suivi bientôt d’un deuxième qui va traiter de la sacralité des relations, à paraitre dans les semaines qui viennent, mon souhait le plus cher étant de m’inscrire dans une sorte de d’accompagnement à visée collective. Comme la plupart d’entre nous. Tout simplement.

    Aujourd’hui je me positionne comme auteure en développement personnel, relationnel et spirituel, et coaching éventuel, pour ceux qui le souhaitent. J’anime des ateliers aussi. Mon blog et ma page pro sont en cours d’élaboration, bref, ça avance ! Je me sens à ma place, et comme tu le dis souvent, quand on est sur le bon chemin, alors la vie nous porte ! C’est bien ce qui arrive, ça ne se dément jamais.

    Rien n’est plus vrai 😉

    Et je continue à te suivre, j’assiste aux webinaires que tu proposes, à chaque fois que je le peux, source immense d’inspiration et de réflexion pour moi. Tu es d’ailleurs cité dans mon livre, à titre d’accompagnant personnel et spirituel même, ayant joué un rôle vraiment important dans ma vie.

    Je nous souhaite de continuer à rayonner ainsi, et que tous ceux que ça touche ou que ça interpelle nous suivent et décident eux aussi d’accéder à leur totalité, ou en tout cas, à l’idée la plus proche de ce qu’ils en ont, et de ce qu’ils s’en font.

    A tout bientôt Maxime, merci d’ETRE toi aussi

  4. Bonjour Maxime,

    Cela fait bientôt 6 mois que j’ai entrepris cette formation et j’apprends à faire confiance à la vie.
    Je tempère mes mécanismes de défense et je réagis avec moins de colère : merci à toi Maxime.

    Cependant, la vie peut être déroutante et taquine par moment…
    Un mois avec des conditions de vie en nette amélioration et, le mois d’après, tout disparaît et met en péril ces mêmes améliorations. Il m’est difficile de garder le cap et parfois je m’épuise à trouver des solutions.

    Cela voulait-il dire que je n’étais pas sur le bon chemin ?
    Toutes les épreuves nous font elles grandir ?

    Merci de m’éclairer.
    .

  5. Coucou Maxime !
    En premier lieu je me suis dit ben non pas de question ….mais alors tu es pleinement heureuse!! Bah!!il y a encore mieux ,je peux encore progresser..En fait j’en suis au stade où s’il m’arrive quelque chose de pas sympa ,je prends de la hauteur bien plus rapidement qu’avant et du coup les tempêtes extérieures ne m’atteignent plus en profondeur et beaucoup moins longtemps .Cependant j’observe les comportements autour de moi ,les gens qui se disent heureux et qui pourtant sont en pleine descente au enfers ,il y en a beaucoup la majorité d’ailleurs et moi tout ça je n’en veux plus .Pour autant il me manque ce petit truc pour passer a la vitesse supérieure ,et les laisser eux,c’est comme si je les abandonnais ,sûrement une peur bien accrochée ,peur de l’inconnu ,aussi peut être Et pourtant j’ai confiance en la vie ,et en moi .N’y aurait il pas un truc pour aller plus vite?En fait c’est plutôt Qu ´ est ce qui pourrait m’aider à être plus dans l’action ?J’ai la théorie ,l’observation ,maintenant il faudrait plus ,agir, il me semble et j’ai du mal parfois.
    Il faut du temps pour s’épanouir c est un boulot a plein temps!!Et je trouve ça génial ,passionnant, j’aime la vie!!Et je n’aurais jamais dit ça il y a quelque années !
    Merci Maxime ,c est toujours un plaisir de t’entendre.
    À plus tard !

  6. Bonjour Maxime, bonjour à tous 🙂

    Depuis quelques temps j’avais senti comme un relâchement dans mes progrès, mon mieux-être, sans trop y prêter attention me demandant par moment si c’était normal, une petite baisse de motivation en somme, mais toujours sur fond de constatation de progrès, de “preuves” que les choses changent à mesure que je change ma façon de voir de penser etc. J’étais toujours dans l’esprit positif du “c’est ma vie c’est moi qui gère c’est chouette j’ai les rennes en main let’s go”…en gros la responsabilité de ce qui se passe dans mon existence était émulante. En + je constatais les progrès, les gens autour de moi aussi, c’était vraiment encourageant 🙂

    Toutefois, depuis quelques semaines tout s’est inversé, je m’accroche à nouveau à des attentes, des rumineries, j’ai de nouveau de l’anxièté et je ne sais pas par quel procédé mais la responsabilité de ma vie m’angoisse à fond.

    Depuis quelques jours je suis pétrifiée, car envie d’agir plus, mais complètement clouée à l’idée de “rater ma vie” (alors que pour l’instant mes conditions de vie pourraient apparaître plutôt “bonnes” aux yeux des autres”). Je n’ai pas de travail pour l’instant (ce que je vis bien étant donné que je voulais du temps pour moi) mais je suis hyper stressée à l’idée de ne pas trouver ma place dans tout ça… Pas de carrière tracée (pas envie d’une “carrière”), pas de passion dévorante (j’aime plein de chose mais je peine à rester concentrée sur quelque chose à long terme), et surtout comme l’impression de “vivre” qu’au contact des autres.

    J’essaye de passer du temps entre “moi et moi” car j’étais plutôt du genre à ne jamais passer de temps seule et en + je suis en couple avec quelqu’un qui a besoin de se retrouver “seul” de temps à autre…il y a quelques temps je croyais être sur la bonne voie, et en fait je remarque que c’est difficile (mais nécessaire pour tenter de me trouver)

    Enfin bref période pas très rose moralement alors que ce n’est justifié en rien en apparence…
    Voici donc ma question : comment repartir du bon pied, et essayer de ne pas laisser se réinstaller les croyances (qui reviennent au galop bien sûr) et cette peur de perdre le mieux-être acquis depuis des mois? Et comment sortir de cette angoisse de “foirer ma vie” avec l’impression d’avoir tout entre mes mains, de ne pas savoir quoi en faire….

    Merci par avance 🙂
    (J’espère me libérer à temps pour le coaching !)

  7. Bonjour à toi Maxime et bonjour à tous,
    j’ai une question sur l’ennéagramme. Je pensais être à une écrasante majorité entreprenante et je me rends compte que j’ai beaucoup de caractéristiques d’un réfléchi. Peut-on avoir été entreprenant un temps pour ensuite devenir réfléchi? Ou est-ce que l”épreuve que j’ai traversé et dont je sors à peine (dépression avec hospitalisation, relation d’emprise avec un pervers) m’a fait changé pour un temps (fragilité expliquant ce besoin de repli sur moi pour me ressourcer, monde parallèle bien agréable à côté de la réalité) ou est-ce mon vrai profil de personnalité qui ressort à présent?
    Merci pour ton éclairage.
    Sophie

  8. Bonjour Maxime,
    Est ce que vivre le moment présent pour être heureux est compatible avec l’utilisation de la loi d’attraction ?
    Et si oui, comment allier les deux ?
    Merci.

  9. Bonjour Maxime et à tous sur ce chemin vers soi,

    Ma question est plus en relation avec le thème de la dépendance affective, car dans une situation j’ai bien avancé et j’ai conscientisé la source cachée de l’attachement/dépendance était liée à une vielle peur d’abandon et solitude vécue dans la très petite enfance; cette mise en conscience m’a permis de me libérer d’une souffrance issue d’une séparation avec une amie et collègue de travail (dans un vécu d’échange cash et sans limite mais non physique), cependant je n’arrive pas à me désensibiliser d’elle tout en étant au clair de la nécessité de “lâcher prise” de cette situation pour pouvoir avancer vers un autre vécu.
    Donc comment se libérer de cette sensibilité sans l’enfouir dans l’inconscient et se créer une nouvelle blessure handicapant les potentielles rencontres à venir.

    Pour situer le contexte je précise que je suis fraichement séparé suite à ma décision et compréhension du besoin de redonner à chacun sa chance de s’épanouir sur son chemin respectif (après 22 ans); ma femme à choisi de partir et ma fille de 20 ans a choisit de rester avec moi.
    On a aussi fait le choix de transformer notre relation en soutien si nécessaire et sans se détruire mutuellement.

    Je ne suis pas certain de réussir à vous rejoindre pour cette séance, mais au mieux du possible j’essayerai de vous rejoindre en cours de route.
    Déjà belle soirée à tous, et merci pour ton enthousiasme Maxime et tes pistes d’avancement.

    Pascal

  10. Bonjour Maxime. Exercice difficile à réaliser avec des mots mais je tente… A mult reprises, mon parcours de vie m’a amenée à me demander ce que je faisais là, à qui et à quoi je servais tellement je me sentais différente, solitaire, en quête d’harmonie et d’autre chose qu’il m’etait impossible de dėfinir mais auquel il m’était impossible de m’extraire. Aussi loin que je me souvienne (ça remonte à mes 3 ou 5 ans je crois) j’avais et défendais des convictions quel qu’en soit le prix, je portais un regard différent sur le monde et sur un environnement familial des plus contraignant dont je me suis échappée à la mort de ma mère (j’avais 16 ans) pour ne pas subir un mariage forcé et tout un tas de concepts et de croyances dans lesquels je ne me retrouvais pas !!!
    Depuis, je ne m’explique toujours pas comment, je suis parvenue à me relever, sans jamais perdre mes espoirs, mon sourire et mes rêves, de tout un tas de situations difficiles qu’il ne sert à rien de citer.
    Et puis, il y a 3 ans… J’avais 52 ans… La vie a mis sur ma route un homme bienveillant et très beau (intérieurement) qui m’a reconnecté à la vie. Il prend soin de tous… Sa famille, ses amis…. Et j’aime ça !!! Mais dès que les sentiments sont engagés, il cloisonne, compartimente, s’isole et prend le large car a peur de revivre la plus belle trahison de sa vie, sa plus grande souffrance (sa femme, son idéale, son modèle l’ayant quitté après 30 ans de vie commune et deux enfants qu’elle lui aura abandonnés après les avoir reniés pour refaire sa vie avec une femme de 20 ans sa cadette).
    Là moi je sais plus trop comment gérer.

  11. Bonjour Maxime,
    Je ne serai pas dispo demain au créneau indiqué, mais j’espère que tu pourras quand même répondre à ma question, puisque je pourrai écouter ton avis en différé! Ma question porte sur l’argent. Comment savoir dépenser son argent (avoir un équilibre)? Ma relation avec l’argent est un frein pour vivre pleinement; en l’occurrence en ce moment j’ai la chance d’avoir de quoi vivre et faire potentiellement des activités mais je ne fais pas grand chose car j’ai peur de dépenser, de peur j’imagine de gâcher de l’argent qui pourrait m’être utile plus tard. Peut-être que cela n’aide pas que les choses n’ont pas vraiment de prix (par ex un trajet en train, qui peut un jour valoir 10 euros comme 200 euros un autre jour). Dépenser m’angoisse. Je pense que je dois complètement changer mon point de vue, me libérer de quelque chose, et donc j’ai pensé que tu aurais peut-être des conseils car tu as dû déjà rencontrer ce genre de “cas” 😉 Merci d’avance pour ton éclairage!!

  12. Bonsoir Maxime, bonsoir à tous!

    Plus j’avance et plus j’ai l’impression de ne pas me connaître. Autant j’ai reconnu tout de suite le profil de mon ex mari, autant j’ai un mal fou à me situer que ce soit dans la triades ABC (très proche de B et C), et dans la triade réaction aux conflits là encore j’ai du mal à me retrouver. Suivant les personnes et les situations je ne réagis pas pareil. Par moments j’essaie d’éviter les conflits, mais au vu de l’anxiété engendrée je ne me respecte pas forcément, ou alors tout passe par les émotions fortes pour faire sortir les choses, tout cela bien sûr en période de stress.

    Parfois j’ai le sentiment que jusque là j’ai toujours été tiraillée entre ce vers quoi je tendais et ce vers quoi les autres attendaient de moi, et que j’ai stagné entre deux eaux accumulant les mécanismes de défense de plusieurs profils à la fois. Est ce possible?

    Cela ne m’empêche pas d’avancer pour autant!

    Merci par avance pour ta réponse. Je ne serai pas présente pour le coaching

  13. Bonjour Maxime!

    Quelles questions doit-on se poser pour trouver ce que l’on aime réellement faire? Pourquoi lorsque l’on se sent si proche de trouver cette fameuse chose nous avons peur? Et comment dépasser la peur pour enfin arriver à lire en nous-même?

    Merci par avance!

  14. Bonjour Maxime et bonjour à tous ici,

    J’ai fait 2 constats qui m’interpellent :

    Tout d’abord, j’ai pris conscience il y a environ 5 mois d’une chose que j’aime faire, je me suis dit que c’était peut-être ma voie et j’ai entamé une formation sur le sujet. Mais alors que je trouve le sujet passionnant et que je m’y retrouve vraiment, je ne cesse de remettre à plus tard mon travail. Je n’avance donc pas dans ma formation et ça me déçoit. Il est vrai qu’il m’est difficile de dégager beaucoup de temps pour la formation et mes travaux à réaliser mais quand j’ai du temps, je fais autre chose. Pourtant, je pense que c’est fait pour moi. J’en suis arrivée à me dire qu’une peur me bloque. Peut-être la peur de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur par rapport à d’autres personnes plus douées que moi ? Comment dépasser cette peur ? Comment trouver l’énergie de “m’y mettre” ?

    La 2ème chose est en fait une 2ème question et donc je comprendrais s’il est mieux que je la repose une autre fois. Souvent, on me dit que j’ai une grande capacité d’écoute des autres. Je constate que les gens de mon entourage me parlent, font appel à moi quand ils ne vont pas bien, et donc j’imagine quand ils ont besoin d’être rassurés, consolés, motivés… Dans un 1er temps, je suis plutôt contente qu’ils fassent appel à moi, voire même flattée, mais je réalise qu’ensuite, parfois après des heures de discussion à plusieurs reprises, quand ces personnes vont mieux, voilà, elles reprennent de la distance (normale), se détachent de moi et alors je me sens vidée et presqu’abandonnée et un peu triste (je me dis “et moi alors dans tout ça”). J’aimerais continuer à être à l’écoute des autres mais je voudrais me défaire de ce type de sentiment d’après coup, mais comment ?

    Le créneau horaire pour ce soir est un peu difficile pour moi (repas, enfants..) donc je pense que je serai dans les parages seulement par intermittence 😉

    Merci en tous cas Maxime et à très bientôt!

  15. Bonjour Maxime, bonjour à tous. Je progresse petit à petit : j’ai de plus en plus conscience de l’ instant présent, je pratique la méditation et j’ai pris de la hauteur (j’observe l’expérience). Ça m’ aident au quotidien et c’est souvent chouette sauf quand je suis fatigué et que tout se dérègle.
    Ce soir,tu m’amènes à me poser une question essentielle : ce qui m’ empêche ou ce qui me freine pour être pleinement heureux ? J’avoue que je suis incapable de répondre ! Faire cette liste me fait peur… Et pourtant, si je connaissais mieux mes besoins, ou ce qui ne me convient pas, je pourrais profiter du moment présent pour aller petit à petit vers quelque chose qui me corresponde encore plus. C’est indispensable d’identifier ce qui fait sens pour nous et quels sont les objectifs qui méritent notre implication… Difficile ta question. Aurais-tu des conseils à me donner pour m’aider à aborder cette question en douceur ? 1er point positif, j’ ai pris conscience que cette question est difficile pour moi 😉 … Merci pour tout ce que tu nous apportes Maxime.

  16. Bonjour Maxime,
    Je ne serai sans doute pas présente très longtemps ce soir hélas mais dans ce cas je regarderai avec plaisir la vidéo de ce coaching commun. Je n’ai pas de question pour le moment. C’est fluide. ça reviendra sans doute !
    Je voudrais juste partager avec vous une petite phrase que j’ai trouvé dans le livre les 4 accords toltèques, la voie de la liberté personnelle et que je me répète très souvent dans la journée. Elle me permet de me centrer et me recentrer en cas de besoin. Je l’ai modifié un peu. Voici celle du moment présent :
    ” Aujourd’hui, ma parole sera authentique. Quoi qu’il m’arrive, je n’en ferai pas une affaire personnelle, je ne ferai aucune supposition et je ferai de mon mieux pour cela.”
    Cette phrase est magique pour moi. Je peux dire aujourd’hui que j’arrive de plus en plus à être heureuse et j’ai envie de contaminer tout le monde ! Vous avez en vous tout ce qu’il faut pour y parvenir aussi, avec patience et persévérance.
    Bon chemin à tous.

  17. Bonjour Maxime

    J’ai découvert ton blog en février dernier et ça a vraiment été une sorte de révélation pour moi =)

    Un de mes problèmes majeurs est que je n’arrête pas d’hésiter. Je prends un rdv pour annuler au dernier moment.
    Jusqu’au dernier moment, je ne sais pas s’il faut que je prenne ce train ou pas.
    J’ai une sorte de résistance à la planification à l’avance, comme si il fallait que je décide tout au dernier moment.
    Aurais tu un conseil à me donner pour me sortir de l’hésitation permanente ?

    Merci beaucoup pour ton aide,

    Claire

  18. Bonjour Maxime,
    Je prends le coaching en cours, j’espère qu’on aura une rediffusion des échanges? 😉
    Question : Comment diminuer son insécurité intérieure?? Je pensais qu’en pratiquant quelques activités de loisirs, créatives, + la socialisation + une bonne relation avec mes grandes filles, je construisais cet équilibre intérieur qu’au départ malheureusement mes parents n’ont pas su m’insuffler….à priori, c’est pas assez…des turbulences de la vie, du style la Mairie qui préampte notre quartier et nous demande de leur vendre la maison, chercher autre chose, l’incertitude, en même temps la reconversion vert l’art thérapie (oui, oui :-), blocaquage quasi total pour continuer un travail alimentaire qui n’a plus de sens, et aussi une amie qui pète les plombs et me reproche de ne plus correspondre à ce qu’elle attend de moi…bref, bcp de choses en même temps, j’ai du mal à garder l’équilibre, je vascille ;-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *