6 ème Séance de
Coaching commun

Les Questions/Réponses en direct !

Retour vers vos "Espaces formation"


15 réponses à “Coaching commun N°6”

  1. Bonjour Maxime , depuis que mon ami est parti en Juin et malgré un gros travail personnel sur moi (grâce a la connaissance de votre blog notamment )je suis toujours dans la souffrance , l attente de ses nouvelles , je n ai pas fait le deuil de cette relation malgré que cela fait 3 mois que tout s est terminé ….ç est dur j ai du mal a lâcher prise je suis toujours dans la résistance et cela me fait souffrir , je médite plusieurs fois par jour pour y arriver mais malgré cela qui m aide j ai beaucoup de chagrin que puis je faire d autres? merci beaucoup

  2. Bonjour Maxime,
    je reprends le travail à mi-temps thérapeutique aujourd’hui après un burn-out et un arrêt d’une bonne année. Je me rends compte que ce qui m’a conduit à cette “explosion” est latent depuis plusieurs années. Déjà étudiante je bossais comme une tarée, ne m’accordant aucun moment de répit, de septembre à décembre et après j’explosais ! Je mène assidûment un travail sur moi et je me rends compte que cela fait partie d’un conditionnement. Mon père a fait des enfants pour qu’ils fassent des études et quand ils parlent des gens c’est leur carrière, leur statut social qu’il met en avant. Grâce à l’ennéagramme j’ai compris qu’il faisait partie des investigateurs et qu’il ne se sent aucune valeur s’il n’a pas les connaissances suffisantes pour se considérer intéressant et se permettre d’intervenir. Le travail était omniprésent dans notre famille, nous n’avons manqué de rien au niveau matériel et de tant dans les autres domaines. J’ai l’impression qu’au travers de ma dernière relation je me suis confrontée de nouveau à mes démons d’antan. Cette personne ne vit qu’au travers du travail mais cette fois-ci c’est l’argent le moteur et non la connaissance comme mon père. Le reste: les loisirs, les projets … n’ont pas leur place. Bon c’est aussi un pervers narcissique mais là n’est pas la question aujourd’hui. Je suis allée au bout du bout et j’ai atterri en clinique psy et j’ai failli en crever. Aujourd’hui je ne veux plus me faire rattraper par mes vieux démons, j’ai rencontré quelqu’un de carrément opposé pour qui le travail est un gagne-pain mais qui par ailleurs est sportif, curieux, ouvert, dynamique. Comme moi quand je suis en forme. Je pense que c’est une chance et qu’il faut que je m’en saisisse pour apprendre à compartimenter, à savoir m’arrêter, à ne pas me laisser envahir par mon travail ou par autre chose quand je suis en train de vivre quelque chose d’autre. As-tu des trucs à me soumettre pour m’aider dans cette voie ?

    Merci Maxime pour ta réponse.
    Sophie

  3. Bonjour Maxime.
    D’après mon test de personnalité, mon profil dominant serait la consciencieuse, avec aussi une belle part de réfléchie et une entreprenante qd nécessaire.
    J’ai pu aussi réfléchir sur mes essences au sein du couple grâce à ton texte sur “comment démarrer une nouvelle relation amoureuse” et il ressort que ce qui est essentiel pour moi de ressentir dans le couple, c’est la joie, la douceur, le respect, la sérénité, la confiance, la simplicité, la fluidité, l’intensité, l’écoute, la légèreté, l’authenticité, la fierté, l’équilibre, la complicité, la sécurité.
    Tu dis que si une seule de ces essences n’est pas ressentie au contact de l’autre, inutile de s’attarder.
    Masi n’est-ce-pas un des travers du consciencieux de vouloir la perfection ?
    Ma liste des essences n’est-elle pas trop exigeante ? Ne suis-je pas à la recherche de l’homme parfait ?
    Concrètement, j’ai rencontré un homme merveilleux de douceur, de respect, de bienveillance, mais très mal dans sa peau et dans sa vie.
    Je retombe pour la 4ème fois sur un homme “à sauver”, à qui je fais découvrir la voie du développement personnel et que je m’épuise à vouloir rendre plus heureux.
    Mon chemin est-il de passer mon chemin pour rencontrer le meilleur pour moi, l’homme avec qui je ressentirai l’entièreté de mes essences ? OU mon chemin est-il justement d’arriver à lâcher prise avec mon côté “sauveur” et d’arriver à vivre pleinement mes essences avec cet homme, en le laissant avancer sur son chemin à son rythme et de la manière qu’il trouvera la meilleure pour lui, sachant que ce n’est pas celle que j’aurai choisie pour moi (car en matière de développement personnel, je suis bcp dans l’entreprenante 🙂

    Merci de m’aider à y voir clair dans ce dédale. Pascale

  4. Bonjour Maxime,

    Nous passons une bonne partie de notre temps au travail, aujourd’hui je rencontre plusieurs difficultés dans ma façon d’être. Depuis peu, je suis une des responsables de 20 personnes, ma mission est de les aider à évoluer dans le commercial, la vente (vision de la Soicété) pour moi je suis là pour les aider à se sentir mieux dans leur travail, les aider à prendre du plaisir dans ce qu’ils font et les aider à savoir qui ils veulent ÊTRE au travail.
    Dans mon travail, je suis également confrontée à de la clientèle qui est de plus en plus exigeante et même voire violente dans leur attitude et leurs propos.

    Ma première question: Lors de relation confictuelle avec la clientèle, je me rends compte que j’entre à chaque fois dans le triangle de Karpmann et ai souvent la position de sauveteur puis le client me fait passer pour le persécuteur. Je vis de plus en plus mal cette violence. Comment faire pour ne pas entrer dans ce triangle ?

    Ma deuxième question : 20 personnes différentes à “gérer”, 20 personnes qui ont peur du futur, qui rumine constamment la passé, qui critiquent, jugent…. avec certains j’essaie de leur montrer ce bon côté de la vie…on apprécie ma présence mais j’aimerais vraiment les aider à avoir un autre regard sur la vie, les autres… Comment faire entrer un peu de spiritualité dans le monde du travail ? Je suis persuadée que la vie au travail serait plus agréable si les individus avaient une autre perception des “faits”.

    Et ma troisème question : Comment tenir bon dans ma croyance de mon “JE SUIS”, de mon être? Je me rends compte que je suis blessée car on veut m’imposer d’être une personne que je n’ai pas envie d’être. Apprendre à dire NON aux employés parce que la société veut que ce soit comme ça alors qu’au fond de moi je trouve qu’ils ont tort. Etre dans le faire faire et non dans le faire car je suis responsable…. Avant t’aider un client, savoir s’il nous rapporte du PNB (ça fais mal aux oreilles, n’est-ce pas ?)
    Comment s’affirmer face à de fortes personnalités, des personnalités qui veulent inconsciemment m’influencer à être ce que JE NE SUIS PAS ?

  5. Bonjour Maxime,
    Bonjour à tous,

    Tu nous dit souvent que les formes ne nous appartiennent pas et que la vie fait résonance à notre état interne, à ce que nous décidons d’installer en nous, nos essences.
    Est-il vain d’espérer qu’une forme choisie se manifeste ?
    Faut-il se dire que si cette forme désirée ne se manifeste pas alors c’est qu’elle ne nous est pas destinée ?
    Avons-nous juste besoin de nous laisser porter par la vie et ce qu’elle nous proposera ?

    Merci pour ta réponse.

  6. Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Je souhaite commencer par te remercier, Maxime, pour ton accompagnement et ton engagement. Je me sens vraiment épaulé et ça m’encourage à avancer encore et encore. Qu’il est bon ce chemin ! 🙂

    Je me penche en ce moment sur le pouvoir de l’intention, tout en continuant de surveiller de prêt Mme Ego. Je suis une fille là aussi ! 😉
    Tu en as parlé à maintes reprises et je suis récemment tombée sur la vidéo d’une conférence de Wayne Dyer. J’ai adoré certaines phrases et métaphores sur la vie et son sens. J’avais envie de les partager avec vous.
    Voici une 1ère phrase : L’univers sans sa globalité fonctionne sur la base d’un seul principe : vous devenez ce que vous pensez.
    Un 2ème extrait de phrase : Fixer son attention sur ce qu’on désire vraiment vraiment vraiment vraiment et non sur la réalité. Et cela quel que soit ce que les autres disent ou attendent de vous.
    Les 4 vraiment signifient : souhaiter ce qui fait sens pour nous, demander ou se le demander, avoir l’intention d’y accéder, être passionné.

    Je trouve ce chemin exaltant. Et en même temps, j’ai à vivre un grand inconfort. Je me sens de moins en moins à l’aise avec certains de mes amis très chers. Je vois certains freins au bonheur chez eux parce que je les ai identifié en moi. J’ai décidé de me mettre de moins en moins dans le rôle de la sauveuse, typique du 2. Et c’est difficile de lâcher ça Maxime au moment où ça se présente, vraiment difficile, ça me demande beaucoup de présence avec la question de mon intention. Qu’est-ce que tu fais toi quand ce cas se présente avec ton entourage ?
    Merci pour ta réponse.

  7. bonjour maxime,

    je ne pourrais pas être présente ce soir mais je tiens à te donner un petit retour depuis la dernière séance de coaching;
    je fais en sorte de faire taire mon mental au quotidien, et j’ai repris les méditations depuis de façon plus assidue; j’essaie de ne pas m’y attacher mais je ressens à chaque fois un bien être général, avec des sensations plus marquées au niveau de mon plexus solaire, et plus rarement au niveau du ventre. cet état de bien être dure un temps après la méditation, puis disparait; ce qui me donnerait envie de re méditer, ce qui m’est difficile par apport à mon emploi du temps! par ailleurs, il m’est arrivé encore des ennuis matériels et financiers ( plus importants cette fois ci, bien qu’ils s’accumulent ces derniers mois…) et après une grosse angoisse de ne pas y arriver et cette impression que le sort s’acharne sur moi (!!!), je relativise en me disant d’une part que ce sera une épreuve de plus qui me servira, qu’elle a peut être un sens, et que rien ne m’avancera pas de pleurer sur mon sort…j’apprends aussi à ne plus attendre de mon entourage. J’essaie aussi d’oublier le temps qui passe afin de me mettre moins de pression quand aux choix à faire dans ma vie. Beaucoup plus de sagesse dans ma vie , mais qui reste cependant plus mentalisée et raisonnée qu’acquise et intégrée; donc le mental est encore là non? je crois être dans la bonne direction, mais aurais tu des conseils ou des pistes à me donner pour garder le cap, que je sens incertain et flou?

  8. Bonjour Maxime,
    J’ai eu la chance d’avoir un entretien avec vous au mois d’août qui m’a permis de faire des pas de géant vers la connaissance de moi. (Je vais d’ailleurs vous recontacter pour un nouveau suivi. )
    Malgré tout d’importants blocages persistent ( la connaissance de soi est le travail d’une vie !!!!). Ma question serait la suivante : comment accroître la confiance en soi (et acquérir ainsi davantage de sérénité) quand on ne s’aime pas ou quand on n’est pas conscient de ses potentialités??? ( J’ai pourtant travaillé sur mes essences,, mis au clair certains paramètres blocages familiaux, j’entends des compliments que l’on peut me faire, j’ai consciente de certaines de mes réussites et pourtant…..)
    Catherine

  9. bonjour Maxime,
    Je me rends compte, et les retours des personnes qui me sont proches vont en ce sens, que je mets énormément de temps à me montrer telle que je suis aux autres, dans un contexte personnel. Apparemment, difficile de m’empêcher de montrer une apparence de sur-confiance en soi, d’assurance, de témérité et d’effronterie aussi, aux autres, pour masquer manque d’assurance et timidité. Hors cela me joue des tours!
    en résumé, j’aimerais avoir plus de maîtrise sur ce comportement, de mise des gens à distance pendant une longue période d’essai, avant de les laisser voir mes faiblesses. J’ai tendance à me montrer bien plus douce lorsqu’ils m’ont fait comprendre une première fois qu’ils avaient identifié ce comportement, en me quittant par exemple :/
    je pense que c’est une question de confiance en soi qui s’ancre loin dans le passé.
    Peut être sommes nous encore dans le fait d’accepter sa part d’ombre, et les imperfections…? 🙂
    Merci pour tout!
    Aria

  10. Vix

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Tout d’abord un grand merci à toi Maxime pour ton travail et l’aide que tu apportes à travers ce blog qui est une mine d’informations et de pistes pour tout ceux qui souhaite progresser vers plus de bonheur dans sa vie. Merci également à vous tous pour vos témoignages qui permettent de se sentir moins seul dans cette recherche.

    Ma question concerne les méditations que tu nous enseignes pour nous reconnecter au moment présent afin de ralentir notre mentale et notre égo. J’essaie régulièrement de prendre des moments dans la journée pour le faire.
    J’ai remarqué qu’en effet cela me faisait beaucoup de bien le temps de l’activité.
    Le problème c’est lorsque je suis en interaction avec des personnes et que la situation fait ressortir mes conditionnements. Je n’ai pas encore suffisamment de recul pour avoir la hauteur sur la situation et d’agir sur l’instant. Ce n’est qu’après analyse de la situation, une fois la température retombé, que je réalise que c’était une réaction automatique de défense. Et du coup, pendant le moment de crise, j’ai tendance à vouloir me retirer pour méditer, essayer de me concentrer sur ma respiration pour relativiser. Mais en temps réelle ça donne un truc très bizarre pour la personne qui est en face de moi …
    Je voulais avoir vos avis la dessus. Est-ce que cela n’est pas une forme de fuite de la difficulté du moment? Et si oui qu’est-ce qu’il faut faire?

    Merci pour votre attention et vos avis!

    Vix

  11. Bonjour Maxime ,

    Voilà un problème que je rencontre souvent lorsqu’il me faut travailler en équipe. Prenons un exemple : lorsqu’un but nous est donné, un projet, une recherche etc … mon côté ” entreprenant ” entre en jeu et je fonce droit au but … Ce qui est toujours bien vu par mes supérieurs puisque forcément j’agis vite et efficacement … Hors d’un autre côté, dans une équipe au contraire, ça passe souvent assez mal. Mes collègues se retrouvent certainement frustrés de n’avoir pu contribuer à hauteur de leur besoin à eux, ce que je comprends tout à fait. Mais considérons que je prenne le temps d’écouter les avis de mes collègues, je me retrouve alors dans un état de frustration à mon tour en ayant l’impression de perdre mon temps à écouter ce que je sais déjà et qui pourrait déjà être fait :o) … Difficile donc pour moi de changer ce coté ” entreprenant ” sans ressentir de la frustration … A coté de ça … je te le disais dans mon commentaire sous le module ” déterminer son profil de personnalité ” Je serai un plutôt un profil 9, une Réfléchie Positive :o) … Ce qui est très vrai quand je suis seule chez moi, je suis plutôt une personne créative et passionnée que le monde extérieur effraie (j’y voyais plutôt un 4). Il est vrai que j’ai tendance à m’isoler et me réfugier dans mon monde, ce qui est un besoin autant qu’une souffrance … Mais en groupe, si j’analyse mon parcours jusqu’ici … je me retrouve dans des profils entreprenants et consciencieux. Souvent fonceuse et même froide et un peu brutale dans mes rapports avec les autres … Y’aurait il deux Myriam dans ce corps ? :o) Merci de prendre le temps de me répondre lors du coaching communs de ce soir :o) A plus tard !!

  12. Bonsoir,

    Impossible de me connecter au webinaire, jusque là ça a toujours marché !! Je ne comprend pas pourquoi ça ne marche pas. Je suis décue de ne pouvoir être avec vous.
    Bises, au plaisir
    Jocelyne

  13. Coucou Maxime
    Une petite question .quand je dis “il se contente de prendre ce que l’on veut bien lui donner”…..
    Qu’est-ce que je n’ai pas compris ? Quel est l ´effet miroir?
    Stp Maxime parles nous de l l’effet miroir ,si possible .
    Moi je donne …..gratuitement ….
    Pour autant dans cette relation ,que je ne savais pas nommer ,j’ai appris ce qu’étaient mes essences ,j’ai osé expérimenter ,je savais qu’il fallait que je vive cette relation en observant ,j’ai plongé ,parfois j’avais peur et pas a pas ,j’ai progresser ,j’ai appris ….pas facile mais magique!En fait cette relation était une relation de croissance !!!!!etait ou est !!!je ne sais pas si elle va s arrêter ou si elle va continuer .j’en suis là .Faut il lâcher ou pas …??je ne sais pas …
    C est grave si je ne sais pas Maxime ? Sachant que ça ne me fait pas souffrir de ne pas savoir.

    Ça me fait plaisir de t’entendre ,toujours !Petard si tu n’habitais pas si loin je viendrais te saluer .,tu devrais être rembourser par le sécu …..

    A bientôt !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *